A lire

Livre de Robert J. Boidron - Où va le pinot noir ?

Robert Jean Boidron est passionné par le plus emblématique des cépages bourguignons : le pinot noir. A tel point qu’il a décidé d’écrire un livre qui ressemble à une véritable encyclopédie, mais en plus lisible, le tout illustré de plus de 150 photos.

Responsable du service viticole à la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire depuis sa création en 1967 et ce jusqu'en 1990, Robert Jean Boidron, ingénieur agronome, a longuement expérimenté la sélection clonale à Aluze, Rully, Lugny... notamment ceux sur pinot noir et sur chardonnay - et sur gamay en lien avec ses homologues du Beaujolais - ce qui le conduira à la direction de l’Entav Grau-du-Roi (Etablissement national technique pour l’amélioration de la viticulture) à Montpellier où il sera à l’origine de la marque Inra-Entav®. Il a travaillé également au niveau régional avec l’ATVB et animé le Grapvi (Groupement Régional d’Amélioration et de Prémultiplication  de La vigne  du Centre Est ), structure interprofessionnelle - regroupant viticulteurs et pépiniéristes - dont il a imaginé le sigle.

Un ancien cépage minoritaire

Pourquoi cette « passion » pour le pinot noir spécifiquement ? « Parce que c’est un grand cépage dont l’histoire est riche et ancienne. Le chardonnay en est d’ailleurs un descendant, fruit du croisement avec le gouais blanc », rappelle-t-il. Sortie aux éditions Lavoisier (55 € TTC), la première partie de son livre retrace d’ailleurs les origines du cépage pour mieux comprendre ses évolutions de nos jours. En Bourgogne, des vestiges très probables d’une vigne datant du 1er siècle de notre ère ont été découverts récemment à Gevrey-Chambertin et il pourrait bien s’agir de pinot noir. « Rien ne permet de l’affirmer ou non », continue de chercher Robert J. Boidron qui aimerait pourtant bien croire à cette hypothèse séduisante. Emblématique de la bourgogne viticole contemporaine, il sait néanmoins que le pinot noir n’a pas toujours été plébiscité par les anciens polyculteurs-éleveurs de la région. « Il était même minoritaire. Il ne s’est imposé en Bourgogne qu’à la fin du XXe siècle. C’était un cépage produisant peu et donc peu rentable. Il était mélangé avec d’autres dans les plantations ». Depuis les choses ont bien changé… même si ces dernières décennies, la Bourgogne « blanchie ».
Dans les années 1960, 8.000 ha de pinot noir sont plantés en France. Aujourd’hui, environ 30.000, dont 10.000 ha en Bourgogne sur les 100.000 au niveau mondial. « Le vignoble américains devrait vers 2020 dépasser les surfaces de pinot noir françaises. Ce qui pose questions aussi à la Bourgogne », alerte-t-il déjà dans la deuxième grande partie de son livre.

Diffusion pour les concurrents ?

Outre les aspects historiques, l’ouvrage traite de différents thèmes : botanique, morphologie, particularités culturales, amélioration variétale (clones), génétique ; enfin une large partie est consacrée à la diffusion passée et actuelle du cépage en France et dans le monde. Une œuvre on ne peut plus complète qui s’adresse à tous les professionnels de la vigne et du vin  comme aux amateurs de tous horizons. Ajoutons, qu’aucun autre cépage n’a fait l’objet à ce jour d’une telle sorte de publication. C’est une première.



C.M.

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche