Ailleurs

Quand la transgression permanente est érigée en "art" politique...

Le sentiment du jour d'info-chalon.com

Pas un jour ne passe sans que les Politiques sur l'ensemble du spectre n'aillent sur le terrain de la transgression. Un positionnement politique dans lequel certains sont devenus de véritables artistes. Finalement bien plus que la transgression, les politiques usent et abusent de l'art de la provocation, de l'outrance et de l'indécence, de l'art subtil de "twitter" qui a perdu au fil du temps d'ailleurs toute subtilité. 

Mais au-delà de cette transgression permanente prônée par les uns et les autres, que reste-t-il sur le véritable fond, celle de la vraie pensée politique, celle de la volonté d'apporter un mieux être à nos concitoyens, si ce n'est que ce plaisir personnel de surfer sur la vague médiatique, pour s'octroyer un quart d'heure de gloire personnelle au sein des rédactions parisiennes, qui raffolent du tweet qui lui permettra de vendre la dernière petite brève. 

Là encore, on se dit qu'on a les élus qu'on mérite, dans cette société de consumérisme dont on veut taire le nom mais qu'on raffole tout particulièrement dès lors qu'elle nous permet d'alimenter nos brèves de comptoirs. 

Ces dernières heures, le parti Les Républicains par son ténor Laurent Wauquiez a remporté le pompon de la transgression politique, sans nul doute par calcul politique bien évidemment. Sauf qu'à trop vouloir transgresser, renverser la table, le risque n'est-il pas grand de se retrouver à manger par terre ? Laisser planer l'idée que la France est un Etat de non-droit, un état dictatorial devant des étudiants... n'est-il pas là la transgression de trop de la part de celui qui dit vouloir incarner l'opposition française et faire règner l'Etat de droit si il devait être appelé aux plus hautes fonctions ? 

Laurent Guillaumé

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche