Ailleurs

A Bourbon-Lancy, des portraits photographiques comme s'il en pleuvait !

Il ne reste plus que quelques jours pour profiter librement à Bourbon-Lancy de L’été des portraits, cette manifestation qui se décline sous de multiples formes, où il est donné de voir la binette de plusieurs centaines de volontaires représentant autant d’occasions de plonger dans les yeux de l’inconnu. Le dimanche 28 octobre constituera l’ultime chance de croiser les chemins du classicisme et du baroque. Après, cela repoussera à 2020, puisqu’elle est régie par le principe de la biennale. Alors, autres temps, autres mœurs…

A voir…et revoir le cas échéant

Pour ces 8èmes rencontres européennes du portrait photographique, ce sont plus de trois cents professionnels issus très majoritairement du vieux continent qui permettent au passant d’admirer à l’air libre leur travail, parfois savamment élaboré, ce dans d’opérantes conditions d’observation. Deux secteurs sont réservés à cet effet, à savoir le vieux Bourbon, et une zone s’étendant du parc de la piscine à l’Espace culturel Saint-Léger. En outre il y a quatre expositions spécifiques : sur le mur du jardin de la Collégiale (Gilles Vautier), dans le parc de Saint-Prix (Gianni Bellesia), ainsi que salle Pingré (avec Pierre-Anthony Allard, l’invité d’honneur) et aux Thermes (Louise et Joseph Simone). De quoi, culturellement parlant, largement amortir son déplacement et en prendre plein les mirettes, d’autant plus que c’est la première fois que les têtes pensantes de l’organisation placent en pole-position la photo de rue. Très jeunes, jeunes, personnes d’âge mûr et au-delà, femmes enceintes, nus, humour, créativité, en couleurs ou en noir et blanc, les mille clichés se laissent admirer le temps qu’ils requièrent, certains nécessitant un examen approfondi afin de ne pas passer à côté du message, fût-il subliminal.

 

Une halte à coup sûr réparatrice

Et puis, quelle formidable opportunité, tant qu’à y être, de s’adonner aux particularités locale de cette cité médiévale dont la population s’est enrichie ces trois derniers mois d’un millier d’unités, et qui est également répertoriée comme station thermale. Son antique quartier avec son beffroi au sommet duquel le beurdin règne jour et nuit, son rempart, son église romane, ses quatre musées, sa maison dite Sévigné qui a été retenue pour figurer dans le Loto du patrimoine de Stéphane Bern,  ses parcs, le Celtô…  

 

Pour les renseignements

www.letedesportraits.com , Office de tourisme et du thermalisme (03.85.89.18.27, www.tourisme-bourbonlancy.com).

                                                                                                    Michel Poiriault

                                                                                                    poiriault.michel@wanadoo.fr                   

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche