Ailleurs

Aérez-vous l'esprit et mettez du plomb dans votre tête en compagnie du philosophe-écrivain Alexandre Jollien

Au côté de ces autres poids lourds de l’entendement que sont Matthieu Ricard et Christophe André, Alexandre Jollien avait été la coqueluche du public chalonnais le mardi 31 janvier 2017 au Parc des Expos, à la faveur de la conférence braquée sur « Trois amis en quête de sagesse ». Le vendredi 6 décembre 2019 l’homme au charisme certain répandra la bonne parole dans la cité de Niépce, salle Sembat, au motif « Le métier d’homme ». Interview pour info-chalon.com afin de marquer l’empreinte du contrefort de cet entre-deux.

A quel moment la sortie de la suite de “Trois amis en quête de sagesse” est-elle prévue ?

« Le livre "A nous la liberté", fruit de notre amitié, paraîtra le 23 janvier 2019. »  

La continuité de cet ouvrage est-elle rapidement tombée sous le sens pour tous ?

« C'est d'abord l'histoire d'une amitié spirituelle qui se tisse depuis de longues années, le fruit d'un "nous", la rencontre de trois êtres en quête de sagesse. Ensemble, nous envisageons ce qui fait l'essentiel de nos vies, les obstacles aux progrès, les rechutes, les faux et toutes les ressources qui peuvent habiter un coeur humain. C'est de ce dialogue continu qu'est née cette nouvelle aventure qui a pour vocation première de transmettre, de partager des outils, des exercices spirituels aptes à libérer de ce qui nous empêche d'accéder à la vraie joie qui est, ultimement liberté et amour inconditionnel. »

Qu’apprendront de nouveau les lecteurs ?

« L'ouvrage traite des différents obstacles à la liberté, de ce qui nous empêche de vivre dégagés des passions tristes. Combien de nos journées se déroulent sous le mode du pilotage automatique ? Ensemble, nous avons souhaité examiner le thème du découragement, de la peur, de l'égarement mais aussi de l'acrasie, ce divorce intérieur entre nos plus hautes aspirations et le terreau du quotidien et ses contradictions. La liberté est tout sauf une corvée. Elle appelle une ascèse quotidienne, une véritable libération. Elle ne saurait faire fi de l'environnement. Aussi, nous avons aussi eu à coeur d'aborder un sujet d'une actualité brûlante: l'écologie, à savoir comme l'atteste l'étymologie du mot, l'art d'habiter ensemble cette grande maison qu'est notre planète. » 

Autour de quoi a tourné votre intervention dans le livre considéré ?

«Précisément, inscrire sa vie dans une dynamique, s'orienter vers plus d'altruisme, s'arracher millimètre par millimètre aux aliénations appelle un itinéraire de libération. "A nous la liberté" tente de dessiner quelques pistes pour oser un art de vivre loin du consumérisme, du narcissisme et des émotions perturbatrices qui nous conduisent tout droit à l'insatisfaction. La liberté est une aventure qui embrasse tout l'être. Il s'agit ainsi de se réconcilier aussi avec l'affectivité pour qu'elle devienne non le lieu de l'addiction ou de la dépendance, du manque et de l'insatisfaction, mais de l’ouverture et de la disponibilité. »

Comment entrevoyez-vous le futur de l’homme toutes caractéristiques confondues ?

« Je ne suis pas devin. Je n'ai pas l'habitude de lire dans le marc de café. Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est l'individualisme, cette idée que l'on puisse confectionner le bonheur seul dans son coin. Le défi écologique consiste à prendre conscience que nous sommes tous embarqués sur la même galère et qu'une éthique, une solidarité, une véritable conversion intérieure demeure la seule solution qui nous soit donnée pour ne pas foncer droit dans le mur. Ce défi représente une chance. Comprendre que  l'interdépendance de chaque être humain est un cadeau. Après tout, comme le disait Aristote, nous sommes des animaux sociaux, c'est ensemble que nous sommes conviés à bâtir la joie et le bonheur. Nous avons devant nous une échéance, un rendez-vous à ne pas louper. »

Quelles formes prendront les semaines et les mois à venir en ce qui vous concerne ?

« Pour ma part, je viens de publier aux éditions Gallimard la Sagesse espiègle, livre double qui relate à la fois sous la forme d'un journal intime, une passion amoureuse pour un homme et les mille et un détours qui m'ont conduit à faire tenter la joie au coeur du chaos et un traité de sagesse qui entend examiner la question du tragique de l'existence. Sur le plan intérieur, j'aspire à méditer davantage pour descendre au fond du fond au-delà justement des passions tristes, des délires émotionnels et de la tyrannie du mental. Vaste programme ! » 

Auriez-vous un message à adresser en cette fin d’année à qui veut se montrer réceptif ?

« A mes yeux, l'essentiel consiste vraiment dans l'intuition que le bonheur n'est pas de l'ordre de l'accumulation mais du dépouillement, du lien à l'autre au-delà des attachements et dans la solidarité. C'est peut-être cela la révolution, la douce rébellion à opposer à l'individualisme : contrecarrer le repli narcissique, l'égoïsme, pour vivre librement ces mille et une rencontres que nous donne la vie pour en faire autant d'occasions au don de soi, à la liberté intérieure et à la générosité. »

 

                                    Propos recueillis par Michel Poiriault

                                    poiriault.michel@wanadoo.fr     

 

--

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche