Bourgogne

Vers un budget de l'Université de Bourgogne en déséquilibre de 2,8 millions d'euros...

Un courrier explicatif de la situation de l'université régionale a été adressé à tous les salariés et aux étudiants. Info-chalon.com vous propose l'intégralité du courrier.

Cher(e)s collègues, cher(e)s étudiant(e)s,

 

Je souhaite m’adresser directement à vous aujourd’hui pour vous tenir informés de l’action que nous menons depuis quelques semaines pour préparer le budget 2017 de notre université et surtout, pour vous présenter les enjeux qui sous-tendent la phase difficile que nous traversons en ce moment. Je sais que nombre d’entre vous connaissent un certain désarroi et il m’importe, aujourd’hui encore plus qu’hier, de vous rassurer et vous dire que nous pouvons rester fiers de notre belle université et confiants en ses forces. Ce message sera long car je me dois d’être clair ; ayez la patience de le lire intégralement.

 

Notre université assure avec succès une double mission de service public, la formation des étudiants et la recherche. L’université de Bourgogne est fière d’avoir accueilli depuis 4 ans un nombre croissant d’étudiants, plus de 2.000 étudiants supplémentaires depuis 2012, soit l’équivalent d’une importante composante, mais aucun moyen supplémentaire à la hauteur de cet enjeu ne nous a été octroyé. Pour la seule année 2016, ce sont 600 étudiants de plus qu’en 2015 qui ont fait le choix de l’université de Bourgogne, de ses formations et de la qualité de sa vie étudiante. Des étudiants issus de toutes origines sociales ; des étudiants venant d’un vaste territoire puisque notre université est implantée à Auxerre, Chalon-sur-Saône, Dijon, Nevers, Le Creusot, Mâcon et Nevers. Cet ancrage permet à des jeunes dont les familles sont éloignées de Dijon d’accéder à l’enseignement supérieur. C’est un choix de service public que nous revendiquons.

 

Notre université est fière également d’avoir maintenu la totalité de son offre de formation depuis 2012. Cette pluridisciplinarité est constitutive de notre histoire et fonde notre identité. Pour sa pérennité — en particulier celle des masters — une recherche de haut niveau doit lui être associée. La recherche conditionne la vitalité et l’attractivité des formations, car une université enseigne, dans ses amphithéâtres, les savoirs qu’elle crée dans ses laboratoires. C’est ce lien de la formation à la recherche qui distingue l’université du lycée et en fait un établissement d’enseignement supérieur. 

 

Les orientations budgétaires pour 2017 nous concernent donc tous, étudiants et personnels. Dans un contexte budgétaire contraint, déclinaison locale de la situation économique de notre pays et alors que le nombre d’étudiants est à la hausse, il nous faut prendre des décisions qui permettront à la fois le maintien de la qualité de l’offre de formation, la sauvegarde de la recherche, et le bon fonctionnement de l’établissement (entretien des bâtiments, chauffage, équipements pédagogiques et numériques…). C’est une équation difficile.

 

Cette équation est d’autant plus difficile que les règles budgétaires imposent de voter un budget à l’équilibre. J’ai toujours fait voter un budget à l’équilibre depuis que je suis président. Cette année, je ne pourrai malheureusement le faire car compte tenu de nos besoins, un budget à l’équilibre imposerait une tension insupportable à nos activités et nos personnels. Pour la première fois, et parce que la situation l’exige, je propose donc un budget en déséquilibre. Cette situation, soyez assurés que je la dénonce auprès de la ministre et son secrétaire d’Etat (cf. le courrier envoyé avant même le CA du 29 septembre), au sein de la Conférence des Présidents d’Université, mais également des médias locaux et nationaux (cf. le Journal du Dimanche du 9 octobre par exemple) et de nos élus locaux et nationaux.

 

Face à cette équation à résoudre, deux options s’opposent depuis quelques semaines.

 

La première est que le montant du déficit à introduire dans le budget 2017 corresponde à l’idéal de nos besoins, montant estimé à environ 3.5 millions d’euros. Ce montant va au-delà de notre capacité à équilibrer le déficit par notre fonds de roulement, ce qui, inévitablement, projetterait notre établissement dans une situation de forte incertitude, avec des dettes transférées sur les années à venir.

 

Cette option peut aussi conduire à la mise sous tutelle de l’établissement par l’Etat qui déciderait alors de notre budget, avec des conséquences possibles sur la pluridisciplinarité (souvenons-nous de l’université de Versailles St Quentin où une UFR complète a été fermée) ou sur l’ancrage territorial (souvenons-nous que la Cour des Comptes s’interroge au sujet du surcoût lié à l’existence de campus territoriaux, estimé à plus de 3 millions d’euros par an pour le seul fonctionnement, pour ce qui concerne la part uB) ou sur tout autre volet de nos missions et engagements financiers (régime indemnitaire des BIATSS, accès au sport gratuit pour les étudiants, etc…).

 

La seconde option est celle d’un déficit budgétaire maîtrisé, car équilibré par un prélèvement sur notre fonds de roulement. Un déficit budgétaire de l’ordre de 2,5 millions d’euros était envisageable. Cette option évite les risques du premier scénario. Mais elle impose nécessairement des choix et décisions difficiles parce qu’elle ne couvre pas tous nos besoins, contrairement à la précédente. Nous avons à faire ces choix, en assumant nos responsabilités face à l’autonomie qui nous est reconnue.

 

C’est l’option que je défends, et que je continue de défendre, avec des aménagements importants que j’exposerai plus loin. Pourquoi ce choix ? Parce qu’il est de mon devoir de président de représenter et protéger les intérêts de l’uB au plan local et national. Parce qu’il est également de ma responsabilité de faire en sorte que notre établissement ne connaisse pas une situation de tutelle que personne ne peut souhaiter, au vu des conséquences qu’elle entraînerait. Je ne suis pas un « bon élève » docile et passif face au ministère : j’assume la proposition de voter un budget en déficit. Mais je ne serai pas un président irresponsable, démissionnant devant la lourdeur des décisions à prendre. Les choix que je propose doivent en revanche être justes, c’est-à-dire suffisamment équilibrés pour faire peser équitablement l’effort nécessaire sur l’ensemble des missions de l’uB. Sur cette base, ma proposition de budget répartit cet effort de la manière suivante : 15,27% de réduction du budget des services communs et généraux, 15% de réduction de celui de la recherche, 15,25% de celui de la formation, 16,70% de celui du service patrimoine, avec notamment le report de projets).

 

Depuis le report du Conseil d’Administration du 29 septembre, j’ai engagé des consultations auprès des directeurs de composante, des directeurs de laboratoire, des directeurs d’école doctorale et de représentants de l’ensemble des listes élues au Conseil d’Administration. Au terme de ces consultations, il apparaît que le second scénario peut faire l’objet d’un large accord, sous réserve de renforcer encore davantage le budget de la formation pour l’année en cours, entraînant une augmentation supplémentaire du déficit budgétaire initialement envisagé, ce qui amènera à la limite du raisonnable.

 

J’assume ce pari sur notre capacité à rééquilibrer le budget dans les années suivantes. Dès lors, je soumettrai au Conseil d’Administration du 19 octobre une proposition basée sur un déficit de 2,8 millions d’euros, permettant de renforcer le budget de la formation à hauteur de 300.000 euros (soit 6.000 heures) pour l’année universitaire en cours. J’ai engagé un dialogue avec la Rectrice en ce sens pour obtenir l’accord de l’Etat, encore incertain à cette heure. Il faut rappeler qu’une décision de flécher 430.000 euros supplémentaires sur la formation avait déjà été prise à la suite du Conseil d’Administration extraordinaire du 7 septembre, où j’ai été à l’écoute des demandes d’alléger les contraintes à faire peser sur la formation. Au total, ce sont donc 730.000 euros, soit 14.600 heures de plus sur la ligne formation par rapport à la proposition initiale de budget présentée début septembre et qui était basée sur un déficit de 2.07 millions d’euros. Aller au delà d’un déficit de 2.8 millions d’euros serait tout simplement dangereux pour notre établissement car le fonds de roulement ne pourrait pas compenser un tel déséquilibre, nous plaçant de fait dans une situation décrite plus avant.

 

Il importe que nous engagions rapidement les discussions sur la préparation de l’offre de formation du nouveau contrat qui débutera à la rentrée 2017 et engagera notre université pour 5 ans. Nous devrons démontrer à l’Etat sa soutenabilité financière. Dès ce mois d’octobre, un groupe de travail associant les directeurs de composantes, des directeurs de laboratoires et représentants élus des conseils centraux sera réuni par les vice-présidents en charge de la formation pour construire une offre de formation ambitieuse mais financièrement soutenable. Une fois validée par la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire et par le Conseil d’Administration, cette offre 2017-2021 recevra de l’équipe de gouvernance un engagement stable, exprimé en heures, pour les 3 années restantes de mandat.

 

Pour conclure, il est utile de rappeler que notre université est loin d’être la seule à subir de manière douloureuse le contexte économique difficile de notre pays. L’Etat doit faire des choix à la hauteur des enjeux et adapter son modèle de financement de l’enseignement supérieur et la recherche. Car à travers la formation supérieure et la recherche, c’est de la jeunesse et donc de l’avenir qu’il s’agit. C’est l’économie de demain et le bien-être de nos sociétés qui sont en jeu. Je sais qu’au-delà des désaccords normaux qui peuvent et doivent s’exprimer, dans le respect du cadre républicain, nous partageons la même ambition pour un grand service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. Je poursuivrai d’ailleurs régulièrement le dialogue avec l’ensemble des listes représentées au Conseil d’Administration de notre université.

 

Je continuerai également de m’adresser à vous de façon directe pour vous expliquer comment agit l’équipe de gouvernance de notre université et quelles sont les motivations de ses choix. Avec cette équipe, je poursuivrai la mission que vous m’avez confiée, en assumant mes responsabilités et pour cela, j’ai besoin de votre soutien et votre confiance. Il importe, en ces années de mutations, d’incertitudes politiques et de difficultés économiques, que nous restions unis pour faire face aux défis qui nous attendent encore.

 

Je vous assure, cher(e)s collègues, cher(e)s étudiant(e)s, de mes sentiments dévoués.

 

Alain BONNIN

Président de l’université de Bourgogne

Météo locale

Recherche

Mode et beauté