Bourgogne

Ils sont la voix de la Bourgogne-Franche Comté à Bruxelles

Chaque région française dispose d'une délégation plus ou moins étoffée à Bruxelles. Une présence régionale qui permet aux collectivités bourguignonnes d'être au plus près du centre de décisions qu'est Bruxelles et l'Union Européenne.

L'Association Bourgogne-Franche Comté Europe implantée à Bruxelles est la cheville ouvrière de la région mais également d'un certain nombre de collectivités locales dont le Pays du Chalonnais. C'est en quelque sorte l'interface entre les institutions européennes et la région. Une association qui a reçu la visite d'une trentaine de chefs d'entreprise issus de l'organisation patronale qu'est la CGPME. Une trentaine de chefs d'entreprise tout secteurs économiques confondus ont souhaité profiter du moment pour aller au devant des mécanismes européens. L'opportunité pour les uns et les autres de mieux appréhender les rouages des institutions européennes notamment en matière d'économie. 

L'association BFCE affiche comme "clients" la région Bourgogne-Franche Comté mais pas seulement puisque le Grand Dijon, la communauté d'agglomération de Nevers, la ville de Mâcon, le conseil départemental du Doubs, le conseil départemental du Jura, le Grand Besançon, l'agglomération de Belfort, l'agglomération de Montbéliard, l'agglomération de Vesoul et le syndicat mixte du Chalonnais, ont également intégré le dispositif. Un moyen pour toutes ces intercommunalités d'accéder à une vieille européenne très présente. 

L'occasion pour les chefs d'entreprise d'intégrer que l'Europe se joue à Bruxelles certes mais que les collectivités locales n'ont pas pour autant tourner le dos à une présence physique sur place. 

Plutôt associés à ses adhérents, l'association BFCE n'a pas vocation à accompagner les entreprises spécifiquement. Et c'est bien là tout l'enjeu pédagogique qui  a été mené par l'équipe composé de Christophe GOULT, le directeur, Joanna GENTELET et Eugénie BARDIN, les chargées de mission pour la BFCE.

Un agent de lobbying

Car avant toute chose, le BFCE s'adresse essentiellement à ses adhérents afin de fluidifier les rapports avec la Commission Européenne lors des prises de décisions législatives. A Bruxelles, le lobbying n'est pas un gros mot. Et il faut vite s'en convaincre au risque d'apparaître exclu du système qui prévaut au quotidien. Peser sur les négociations, essayer d'en tirer le meilleur des partis, c'est tout l'art qui est mené au quotidien, par des dizaines de bureaux à l'image de celui de la BFCE. "Accompagner le développement des projets locaux à vocation européenne en aidant les porteurs de projets Bourguignons ou Franc-Comtois à solliciter des financements européens", voilà le sens du bureau Bruxellois. "On accomapgne dans la rédaction et la présentation de leurs dossiers" afin de coller au plus près au mode de fonctionnement de l'Union Européenne. 

"On joue la veille informative pour les décideurs régionaux". Se tenir informé en temps réel de l'ensemble des procédures et des dispositifs susceptibles d'accompagner financièrement ou techniquement tel ou tel projet en région, c'est aussi l'un des sens du bureau de la BFCE. "On coordonne les échanges entre les services des collectivités et les services européens".

Les entrepreneurs Saône et Loiriens de la CGPME ont ainsi pu mettre un visage sur cette lointaine Europe, trop souvent décriée. 

Envoyé spécial à Bruxelles

Laurent Guillaumé

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche