Bresse Chalonnaise

Verdun-sur-le-Doubs : rencontre avec Mireille Fouchecourt, démiurge de "Conflu'Art"

En ce moment, aux anciennes halles de Verdun-sur-le-Doubs, c’est Conflu’Art. Portrait de la cheville ouvrière de cet événement artistique désormais bien ancré dans le paysage Verdunois : Mireille Fouchecourt.

De prime abord, rien, ou presque, ne distingue Mireille Fouchecourt d’une autre (belle) femme de son âge, si ce n’est une légère impression que, sous le velours, se cache une armature d’acier, trempé qui plus est. Une impression très vite corroborée, pour peu que l’on engage une discussion à bâtons rompus avec elle, ce qu’a fait votre serviteur d’Info-Chalon.com. Car par-delà l’apparence, Mireille Fouchecourt est un personnage, en plus d’être une figure locale du Verdunois.

Actuellement présidente de l’Office de tourisme Saône Doubs Bresse, Mireille Fouchecourt n’est pas tout à fait du cru. Provençale, cette professeure de gymnastique accroc à la danse classique et contemporaine, qu’elle a pratiquée à l’insu de ses parents dans sa jeunesse, a vécu pendant vingt-huit ans en Afrique, plus exactement au Gabon, au Cameroun et au Congo. Là-bas, elle a ouvert une école privée, où elle dispensait ses cours, très prisés.

De retour en France, elle a choisi de s’établir dans le Verdunois, parce que, pour elle, « Verdun a une âme », en tout cas quelque chose qui lui « a plu ». D’où son engagement pour faire connaître cette commune et ses alentours au sein de ce syndicat d’initiatives qu’elle a contribué à transformer en véritable Office de tourisme, et dont les bénévoles et employées ne ménagent pas leur peine pour promouvoir le territoire aux destinées desquels ils président, au même titre que les élus locaux, mais dans un registre plus spécifique.

En la matière, ce qui fait l’originalité de l’approche de Mireille Fouchecourt, c’est que loin de se contenter de la promotion des initiatives locales et du patrimoine existant, la président de l’Office de tourisme Saône Doubs Bresse s’est évertuée à créer, faire sortir quasi ex-nihilo de terre des manifestations devenues au fil du temps de véritables évènements, attendus et courus, comme votre serviteur le soulignait il y a peu dans un de ses articles* sur l’un des « bébés » de Mireille Fouchecourt : Conflu’Art.

A la base de Conflu’Art, il y a, dit-elle, la danse, encore et toujours. En effet, précise Mireille Fouchecourt, « c’est par la danse que j’ai eu cette approche de la peinture, de la sculpture, de l’art. La danse, c’est avant tout le mouvement, une petite musique. Ma sensibilité, c’est ça ». Mais c’est surtout en voyant la salle des fêtes de Verdun que tout s’est enclenché : « j’ai voulu lui donner une âme ». Ne restait plus qu’à mettre en œuvre cette volonté…

C’est en 1999 qu’a lieu une sorte de répétition générale. Conflu’Art ne s’appelle pas encore Conflu’Art mais l’esprit est là, qui soufflera de 2000 à 2007 puis, après une interruption de 7 ans, recommencera à souffler à partir de 2014.

Cet esprit, en quoi consiste-t-il ? Mireille Fouchecourt serait tentée de le résumer ainsi : « faire rencontrer des artistes entre eux et avec l’extérieur ». En effet, pour elle, même si elle nuance aussitôt, l’artiste est souvent seul dans son coin, dans sa tour d’ivoire. Or, sa créativité se développe aussi et souvent de façon surprenante au contact des autres, artistes ou non. Avec Conflu’Art, il s’agit d’être un « confluent des arts », où viennent s’entrechoquer, se côtoyer, se caresser aussi bien la peinture, la sculpture, la photographie que la musique**. Il s’agit aussi de mettre à portée de main des habitants du Verdunois (et d’ailleurs) des œuvres qu’ils n’ont pas forcément l’occasion de voir, en raison de la distance, qu’elle soit géographique et symbolique. Il s’agit, en somme, de « dédramatiser certains aspects de l’art ».

Comment ? Par exemple, en faisant venir des « tagueurs », pour montrer qu’un graff ‘ ou un tag’, c’est aussi de l’art. Pour faire changer le regard sur quelque chose qui n’a a priori pas très bonne presse, faute d’y avoir été concrètement confronté.

Ceci posé, difficile de décrire à la perfection ce qu’’est un « esprit ». Et le mieux est peut-être d’aller sentir sur place en quoi il consiste. Et, en la matière, vous avez de la chance, car Conflu’Art continue jusqu’au 30 août.

 

S.P.A.B.

 

*Voir l’article en question :

http://www.info-chalon.com/articles/bresse-chalonnaise/2016/08/20/24016/verdun-sur-le-doubs-inauguration-de-la-10eme-edition-de-conflu-art/

**Voir l’article d’Info-Chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/bresse-chalonnaise/2016/08/24/24089/verdun-sur-le-doubs-yves-hasselmann-en-concert-ce-vendredi-26-aout-aux-anciennes-halles

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche