Cercle d'Aviron de Chalon sur Saône

Marie Jacquet Vice-championne de France d’aviron (Skiff) représentera la France mais aussi la ville de Chalon-sur-Saône !

« Moi, je veux tout gagner à commencer par une compétition internationale ! » a déclaré l’athlète.

Plusieurs fois classée 3ème dans les différents championnats, de France et du Monde, en catégorie jeunes et juniors, dimanche 15 avril à bord d’un vieux bateau (plus de 5 ans) en catégorie skiff, la compétitrice d’aviron Marie Jacquet a réalisé un véritable exploit en  se classant deuxième du Championnat de France et en éliminant toutes ses rivales.

Cette championne qui vient d’intégrer le groupe France a mené toute la course avant de céder dans les 150 derniers mètres devant la favorite. Ce titre lui permet d’entrevoir et de participer à un double ou à quatre en équipe de France lors des prochaines échéances européennes, internationales et mondiales.

Cette chalonnaise issue d’une famille composée de 4 enfants (3 frères) reste une athlète sportive humble, sensible, profondément humaine, dotée d’une grande gentillesse mais au tempérament bien trempé et dont la volonté de gagner ne fait aucun doute. Info-chalon.com était présent à son retour en terre chalonnaise pour recueillir les premiers sentiments de cette championne âgée de 25 ans.

Marie,  revenons sur  les Championnats de France, comment s’est déroulée cette course ?  

« Les Championnats de France se sont déroulés sur trois jours les 13, 14 et 15 avril. J’ai commencé les deux premières courses le vendredi ensuite je me suis qualifiée pour la demi-finale le samedi et ensuite pour la finale de dimanche. Je dois dire que les deux premières courses de vendredi m’ont permis à la suite de cette compétition de pouvoir monter en puissance. Car la première course j’ai été moyenne, la deuxième mieux car j’ai gagné ma série. En demi-finale le plateau était relevé avec beaucoup de favorites mais je termine deuxième en réalisant une très bonne course et c’est à ce moment là que je me dis que je peux encore monter d’un cran. La finale, j’ai tout donné et j’ai fait une excellente course en terminant à la 2ème place et en éliminant toutes mes rivales. J’ai surpris beaucoup de gens car on ne m’attendait pas sur le podium. J’ai surtout surpris et épaté tout le monde car j’ai fait toute la course en tête et je ne me suis fait gratter que lors des 150 derniers mètres par la grande favorite Hélène Lefèbvre qui a fait 2ème l’année dernière mais qui est déjà 4 fois championne de France. Pour cette compétition Skiff sénior féminin toute catégorie, je suis très contente d’avoir terminé 2ème car cela me permet d’être essayée en double avec la championne de France en équipe France lors des prochaines courses, ce qui était inespéré pour moi au départ. Là, non seulement j’intègre le groupe France mais on va vraiment me donner ma chance et c’est à moi de la saisir pour intégrer le bateau numéro 1. Nous partons tout le  groupe France à Soustons (Landes) lundi, pour dix jours, avec à la fin du stage 2 parcours de 2000 mètres que je devrais faire à fond dans le but d’intégrer et de peaufiner les équipages qui composeront le double français. Après la première phase importante sera une 1ère étape de Coupe du Monde à Belgrade (Serbie) et la 3ème étape de Coupe du Monde à Lucerne (Suisse) avant de participer aux Championnats d’Europe à Glasgow en août et les Championnats du monde à Plovdiv en Bulgarie en septembre. Une chose est sûre et certaine maintenant, c’est que dans ma catégorie, il y a six places en équipe de France et je suis sûre d’y être et de participer aux courses soit en couple ou à quatre ».

Comment s’est passée votre préparation avant ces championnats de France ?

« Pas très bien puisque en début de saison c’était chaotique car après avoir été 4 ans aux Etats-Unis, je suis rentrée en septembre en France avec une hernie discale, ce qui m’a privé de faire les championnats du monde alors qu’au début j’étais prévue dans le bateau de quatre. Ensuite, d’octobre à décembre, je n’ai pas fait de bateau mais uniquement du vélo d’appartement. A partir de décembre,  j’ai repris le bateau et j’ai fait des moitiés de distance pour m’entraîner mais avec des concurrents qui se situaient en fin de classement. En janvier, j’ai fait un test à l’ergomètre (rameur) qui s’était bien passé, parce que j’étais loin de mon record mais j’étais dans les clous pour revenir au groupe France ! J’ai pu donc participer aux différents stages avec les autres athlètes de l’aviron. En février, j’ai fait un test en concourant aux Championnats de France indoor où j’améliore mon temps sans arriver à mon record mais je gagne 2 secondes au temps par rapport à janvier. Mi-février, j’étais comme tout le monde, j’avais repris à plein le bateau et la musculation afin de préparer le début des sélections qui commençaient mi-mars. 1ère compétition qui ne se passe pas très bien mais où j’arrive néanmoins à me placer 3ème. Arrive ensuite, le championnat des zones et je tombe en finale contre Noémie Kober qui est prétendante au double avec la championne de France (Hélène Lefèbvre) et elle me bat sur cette compétition en terminant 1ère et moi 2ème  alors qu’il n’y a pas d’autre membre de l’équipe de France en finale. C’est d’ailleurs cette course qui m’a boosté car je me suis dit « je ne suis pas bien loin au temps ! ». Il me restait donc deux semaines pour me préparer aux Championnats de France et je dois dire que là, j’ai travaillé comme une forcenée. Je me rendais compte que je progressais ».

Quelle a été votre stratégie pour la  course ?

« Justement au départ de la course, je savais que je n’étais pas la meilleure et j’ai pris des risques en faisant un parcours à fond lors des premiers 1000 mètres comme si la course ne faisait que cette distance alors qu’elle fait 2000 mètres. Je suis donc partie à fond en me disant aux 1000 mètres il faut que je sois absolument devant, ce que j’ai constaté car j’avais une longueur et demi de jour devant tout le monde. Ensuite, je me suis dit il faut résister le plus longtemps possible et surtout finir la course ! De toute façon mon but c’était cette stratégie là afin de voir jusqu’où cela pouvait m’emmener. Même si j’ai été rattrapée par la favorite lors des 150 derniers mètres, j’ai fini 2ème alors que Noémie Kober l’autre favorite terminait 4ème. J’avais donc réussi mon pari ! ».

Des remerciements à adresser ?

« Oui bien sûr, d’abord à Philippe Lafoix mon entraîneur depuis 10 ans, c'est-à-dire depuis l’âge de 15 ans quand j’ai commencé l’aviron car il a toujours été disponible pour moi, même lorsque j’étais aux Etats-Unis. Quand je revenais pendant les vacances, il était toujours disponible pour m’entraîner. Actuellement, je m’entraîne à Paris sur le Pôle INSEP et je voudrais adresser également mes remerciements à Camille Ribes qui m’entraine et Christine Gossé qui est la chef de secteur et qui me suit aussi. J’ai la chance d’être entourée de bons entraîneurs et c’est important pour moi. Egalement à toute ma famille et leur dire que je les aime ». 

Si vous aviez un message à  faire passer, lequel serait-il ?

« Je vais tout faire pour représenter de la plus belle façon la France et  la ville de Chalon-sur-Saône. Je vais garder un œil sur la saison internationale car c’est le début de la saison et je compte bien tous vous épater ! Sinon, j’essaye aussi de trouver des sponsors pour avoir un nouveau bateau car le mien à déjà 5 ans, et de faire parler au mieux de notre sport ».

Vos souhaits ?

« Je veux tout gagner ! Mais j’avoue que je commencerai bien par gagner une compétition internationale car je n’ai jusqu’à lors jamais été alignée en catégorie sénior. Pouvoir m’aligner sur une finale serait formidable ! ».

Quelles sont les écuries que vous redoutez le plus dans vos compétitions ?

« Au niveau des Championnats d’Europe, il y a l’Allemagne, l’Angleterre et la Roumanie, sinon pour les compétitions mondiales, on ne peut pas grand-chose contre les néo-zélandaises qui dominent de la tête et des épaules et qui sont au-dessus du lot ! ».

Hier soir, Marie Jacquet nous confirmait par mail sa participation à la Coupe du Monde d'aviron qui se déroulera à  Belgrade du 1-3 Juin, en double associée à la championne de France Hélène Lefebvre.  Info-chalon.com souhaite bonne chance au Skiff couple français!

J.P.B            

   

   

           

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche