Chalon dans la rue

CHALON DANS LA RUE 2018 – Dîtes-le bien autour de vous : le spectacle de la Compagnie GIVB est à voir !

Avec "Ne le dis surtout pas !", la Compagnie GIVB a bluffé info-chalon.com, qui en est resté la mâchoire décrochée. A voir.

N’allez pas croire que, pendant le Festival des arts de la rue de Chalon, la cour de l’évêché privilégie les récitals des Petits chanteurs à la croix de bois ou des spectacles sur les aventures fabuleuses de louveteaux et louvettes scouts. En effet, on peut y voir, et depuis quelques années déjà, des spectacles plutôt critiques à l’égard des positions et pratiques de l’Eglise catholique (Lire ICI). Cette année, elle est même l’écrin d’un percutant one-man-show sur l’homosexualité : Ne le dis surtout pas !

Ne coupons pas les cheveux en quatre : Ne le dis surtout pas ! aborde les « délicates » questions que soulève la découverte de son orientation sexuelle par un jeune homme, sur la période qui court de la fin du XXème siècle à aujourd’hui.

Cela étant dit, si Stéphane, le narrateur, évoque les « paquets dans les maillots de bains » et les pratiques sexuelles entre deux hommes (ou à plusieurs), il ne parle pas que de cela. L’histoire qu’il raconte, personnelle et authentique à ce que l’on a compris, ne laisse finalement que peu de place au cul, qui n’est là que pour donner du relief à un récit poignant et drôle à la fois. Car ce que nous dit Stéphane est aussi drôle que poignant. Le public rit quand il narre sa découverte de « Fréquence Gay » ou campe le personnage de sa grand-mère au langage fleuri, une vieille dame à la voix de Jeanne Moreau. Le public, sauf à être exclusivement composé de brutes épaisses, sent aussi sa gorge se serrer et ses yeux s’humidifier lorsqu’il évoque le moment où sa mère, découvrant son homosexualité, lui enjoint de ne surtout rien dire à son père. En un sens, le public tombe salutairement de Charybde en Scylla.

Ni dans le pathos lacrymal, ni dans la caricature pure et dure, Stéphane nous ballade surtout d’émotions en émotions avec une virtuosité qui force l’admiration. C’est tout simplement…beau. D’autant plus beau que, par-delà la question même de l’homosexualité, Stéphane décortique avec brio une  période qui fut certainement délicate pour chacun d’entre nous - l’adolescence –, sans esquiver la question, complexe, des rapports entre enfants et parents à ce moment-là.

Bref, à voir.

Samuel Bon

Infos pratiques :

Compagnie : GIVB

Spectacle : Ne le dis surtout pas !

Lieu : Cour de l’évêché

Durée : 1 h

Jauge : 400 personnes

Dates et horaires :

-vendredi 21 juillet, de 14 h 40 à 15 h 40 et de 17 h 40 à 18 h 40

-samedi 22 juillet, de 14 h 40 à 15 h 40 et de 17 h  40 à  18 h  40

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche