Chalon sur Saône

Dernière réunion d’information de la Capacité en droit de Chalon-sur-Saône : une soirée pleine d’enthousiasme

Avant de faire sa rentrée solennelle le jeudi 24 septembre, l’équipe pédagogique de la capacité en droit de Chalon a souhaité organiser une dernière réunion d’information, au Media Pole de Chalon. Une soirée conviviale, durant laquelle Info-Chalon a pu aussi bien mesurer l’enthousiasme des « anciens » ayant préparé le diplôme que le dynamisme et la disponibilité de l’équipe pédagogique.

Le moins que l’on puisse dire à propos du diplôme de la capacité en droit dont Info-Chalon se faisait encore l’écho il y a peu [1], c’est que l’équipe pédagogique qui encadre celui-ci, récemment renouvelée et féminisée, ne ménage pas ses efforts pour faire connaître cette formation et recruter des étudiants qui au terme de leurs études, et à l’instar de « capacitaires » célèbres », comme par exemple l’actuel président du Conseil constitutionnel – Jean-Louis Debré – [2], verront s’offrir à eux de nouvelles opportunités d’évolution professionnelle.

En effet, ce vendredi 18 septembre après une réunion d’information en juillet [3] et une autre début septembre, Denis Blondaux – le directeur des études de la capacité en droit –, entouré d’enthousiastes « vétérans » de cette formation, présentait de nouveau ce qui, pour beaucoup, constitue un incontournable sésame, lorsque l’on n’a pas le bac en poche, pour poursuivre des études dans le supérieur, passer des concours de la fonction publique ou encore changer de métier, voire…de vie.

Ceci rappelé, ne faut-il voir dans cette formation « qu’ » un levier essentiel d’évolution professionnelle ? Certainement pas ? Pour s’en convaincre, il suffisait d’écouter les « vétérans » du diplôme ce vendredi pour se convaincre de ce que la capacité en droit est bien plus qu’un moyen d’acquérir de solides connaissances juridiques, reconnues sur le marché du travail : un ensemble d’expériences inoubliables pour ceux qui se sont lancés dans l’aventure.

Lesquelles ? En tout premier lieu, celle de faire partie d’une famille : « la famille de la Capa » (Denis Blondaux). En effet, de l’avis de tous ceux qui ont décroché leur diplôme ou leur première année, les étudiants d’une même promotion forment très vite un groupe soudé, solidaire, où il fait très bon se trouver. Pourquoi ? Parce que l’on s’y entraide au lien de tirer dans les pattes et parce que, se faisant, « on n’éprouve jamais l’impression d’être seul, lâché en pleine nature, livré à soi-même » (Denis Blondaux), sentiment qui peut tenailler l’étudiant plongé dans un amphithéâtre de plusieurs centaines d’étudiants en première année de fac. Un état d’esprit fort bien résumé par Valentin, un étudiant qui a obtenu sa première année en juin dernier : « L’équipe pédagogique est toujours disponible, que ce soit pour expliquer ce que l’on n’a pas compris ou échanger. Et au-delà, on peut toujours compter sur ceux qui suivent la formation avec nous ». Si bien que, comme l’illustrent des témoignages rapportés par Denis Blondaux, « si l’on est content que ça s’arrête, une fois le diplôme en poche, on regrette presque de ne pas continuer l’aventure encore un peu ».

Ceci étant, si, parmi les expériences inoubliables – dans le bon sens du terme -, celle-ci est assurément celle qui marque le plus, ce n’est pas la seule. Il y en d’autres, par exemple cette impression que tous disent avoir éprouvé, au fur et à mesure de leur progression dans l’apprentissage des connaissances, de ne plus voir le monde comme avant, de le comprendre d’avantage. Ce qui fait que le comportement que l’on adopte à son égard est chaque jour plus adéquat, plus approprié.

C’est-à-dire ? « Concrètement, au lieu de se faire avoir avec un contrat parce que l’on ne le lisait pas ou parce que l’on ne comprenait pas totalement ce qu’on lisait, quand on a fait la Capa, c’est terminé. Parce que l’on lit le contrat et, surtout, parce qu’on le comprend ». Idem en cas de succession chez un notaire. Fini le temps où celui-ci vous parlait une langue obscure, hermétique, ce qui ne vous laissait guère d’opportunité de converser avec lui et de vous assurer que vos intérêts étaient bien pris en compte. Quand vous passez par « la Capa », les rapports se rééquilibrent entre lui et vous. Et même si vous ne vous entretenez pas tout à fait d’égal à égal avec lui, ça se passe d’une toute autre façon. Du moins lorsque vous avez fait ce qu’il faut pour décrocher haut la main votre diplôme de capacitaire…

Car il ne faut pas non plus se leurrer, Denis Blondaux et le nouvel enseignant chargé du cours de droit public l’ont rappelé, la capacité en droit, c’est énormément de travail, beaucoup d’investissement personnel, de la discipline et de la méthode. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que celui-ci, qui condense en deux ans l’équivalent de quatre années d’enseignement de droit en faculté, est non seulement reconnu comme un vrai diplôme mais comme « un diplôme préparé par des personnes à qui on ne demande pas de démontrer leur motivation pour évoluer professionnellement ou décrocher un poste » (Denis Blondaux). Pourquoi ? Parce qu’il est pour le moins incongru de demander à quelqu’un capable d’obtenir un tel diplôme en plus de son job et de sa vie de famille, de faire la preuve de sa détermination : celle-ci va de soi, est implicite.

Cette formation vous intéresse mais vous hésitez encore à sauter le pas ? Venez donc faire un tour au Media Pole, ce jeudi 24 septembre, à partir de 17 h 30. Le Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM) de Bourgogne et « la Capa » feront leur rentrée solennelle. Ce sera une très bonne occasion de rencontrer l’intégralité de l’équipe pédagogique et, qui sait ?, de demander un dossier d’inscription ou de prendre rendez-vous avec l’un des nombreux piliers de la formation : Pascale Sarrazin, qui assure le secrétariat de « la Capa ».

 

S.P.A.B

 

[1] Voir l’article d’Info-Chalon :

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2015/09/15/16086/capacite-en-droit-une-reunion-d-information-aura-lieu-ce-vendredi-18-septembre-dans-les-locaux-du-media-pole-a-chalon/

[2] http://www.liberation.fr/portrait/1998/03/11/jean-louis-debre-53-ans-ex-ministre-de-l-interieur-confident-de-chirac-auteur-de-polars-et-president_232761

[3] Voir l’article d’Info-Chalon :

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2015/07/10/14978/capacite-en-droit-de-chalon-une-reunion-d-information-pleine-d-enthousiasme-en-compagnie-de-nombreux-anciens/

 

Pour plus d’informations, voir le site de la Capacité en droit de Chalon-surSaône :

http://www.capacite-en-droit.net/La-Capa-de-Chalon-sur-Saone.html

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche