Chalon sur Saône

Ce weekend, la Librairie Develay de Chalon vous fait une offre que vous ne pourrez pas refuser

Ce weekend, la librairie Develay se la joue « Don Corleone », en vous faisant une offre que vous ne pourrez refuser : acquérir des albums de bande-dessinée pour un euro symbolique.

Rappeler que la bande-dessinée n’a pas toujours eu le droit de cité dont elle bénéficie aujourd’hui, c’est sans doute parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Il y eut néanmoins une époque, pas si lointaine que cela, où la « BD » avait (très) mauvaise réputation, tant auprès des parents que des « hussards noirs de la République », ces instituteurs chargés d’instruire, puis éduquer les enfants, qui ne juraient (alors) que par le bon vieux livre et par les « humanités ».

Accusée de nombreux maux, vue comme le symptôme d’une dégénérescence mentale précoce ou tardive, la « BD » était alors assez mal vue. C’est donc peu dire qu’il en aura fallu du temps pour faire admettre que « la bande dessinée n’était pas réservée aux débiles et aux enfants » [1], et que l’adepte de celle-ci était aussi sain d’esprit que n’importe qui.

Aujourd’hui, ce « combat pour une culture » [1], pour avoir le droit de lire une planche de Franquin sans passer pour un demeuré, semble gagné. Et dévorer une « BD » passe pour une activité on ne peut plus "normale". Néanmoins, et Louis Aragon le disait fort bien dans l’un de ses plus fameux poèmes [2], « rien n’est jamais acquis ». C’est comme tout ce qui, peu à peu, au fil de pénibles luttes, finit par s’imposer avec, semble-t-il, la force de l’évidence, plus sûrement à coups d’épée dans les reins : fragile, vulnérable. Pour le dire autrement, le droit de prendre du plaisir en lisant une bande-dessinée s’exerce. Sous peine, comme d'autres droits et libertés, de disparaître.

A sa manière, la librairie-papeterie Develay vous offre l’opportunité, ce weekend-end, d’exercer ce droit, qui n’est pas encore un droit de l’homme protégé par le préambule de la Constitution, donc fragile, en vous proposant d’acquérir 13 albums de bande-dessinée pour un euro symbolique chacun. Une offre à la Don Corleone : une offre que vous ne pourrez pas refuser.

S.P.A.B.

 

(1) Frédéric Roussel, « Portrait. Philippe Druillet », Libération, 7.01.2011, p 40

(2) Louis Aragon, « Il n’y a pas d’amour heureux », écrit en 1943, paru dans La Diane française, en 1946

Librairie-papeterie Develay – 1, place du général de Gaulle – « 48HBD » - vendredi 1er avril et samedi 2 avril 2016

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche