Chalon sur Saône

Chalon-sur-Saône - Format inédit pour les Lycéades

Habituellement répartis en plusieurs ateliers de moins de vingt personnes,cette année, compte tenu de la fermeture de l'Espace des Arts pour deux ans de travaux, les élèves ont évolué en un seul groupe au Clos Bourguignon. Un vrai défi pour les 134 participants et l'équipe d'encadrement! info-chalon a rencontré Yohann Domagala, Théo Moisson et Antoine Segeral, tous trois élèves de Terminale, option théâtre au lycée Hilaire de Chardonnet.

Initiées par l'Espace des Arts, soutenues par le ministère de la Culture, la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, l'Académie de Dijon et le Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté, les Lycéades sont une manifestation théâtrale qui réunit depuis 2004, les élèves de Première et de Terminale option théâtre des lycées de Saône-et-Loire. Ainsi, ce sont plus de 130 élèves qui sont venus, les 10 et 11 janvier, "respirer d'un même souffle" et faire choeur, thème développé cette année par le parrain de ce grand chantier théâtral, le metteur en scène Laurent Fréchuret. Cette nouvelle configuration hors les murs et cette nouvelle manière de faire du théâtre ensemble, a quelque peu bousculé les habitudes des élèves pour qui cette édition 2017 était la deuxième rencontre.

En effet, pour Yohann, Théo et Antoine, cette expérience était, en tout point bien différente de celle de l'année passée : "travailler à plus de 130 personnes lors d'un même atelier, c'est éprouvant", nous confient-ils. "Cela demande de gros efforts et comme il y a beaucoup d'acteurs, il y a eu forcément plus de temps d'attente. De plus, l'année dernière, les groupes étaient mixtes, cela permettait de faire la connaissance d'élèves d'autres lycées. Du fait d'être tous ensemble, les élèves d'un même lycée sont restés entre eux, c'est dommage." Aussi, les trois élèves ont également regretté de n’avoir pu travailler l’improvisation. "Nous avons eu moins d'espace de liberté, la direction de la part du metteur en scène était assez forte mais en revanche, nous avons touché à plus de sujets et de disciplines comme le mime, la musique, le choeur, les exercices de voix et de ‘corps en chute’... Travailler en si grand nombre nous a demandé beaucoup de discipline", concluent-ils.

"J'étais très curieuse de voir comment ce grand atelier allait prendre forme", nous avoue Emeline Seghetto, professeure au Lycée Hilaire de Chardonnet. "C'était un vrai défi. Il a fallu avancer collectivement et individuellement. Chacun a fait son petit parcours et a su capter l'émotion sur un exercice qui l'a vraiment ému. Bien sûr, tous ont vécu cette expérience différemment et il y a eu des moments forts, intenses. C'était une vraie aventure collective!", poursuit-elle. 

Les lycéades en chantier théâtral posait la question : Est-ce qu'on arrive à s'entendre à plus de 100 ? A ne faire qu'une seule voix? A jouer un grand poème dramatique? A s'étonner de la force d'une oeuvre collective? La réponse est oui! Et le résultat de la restitution de cet atelier à plus de 130 personnes s'est conclu par une mêlée poétique impressionnante pour les spectateurs que nous avons été.

Lire aussi : http://info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/01/13/27302/lyceades-chalon-sur-saone-2-jours-d-immersion-pour-134-eleves-du-departement/ 

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche

Mode et beauté