Chalon sur Saône

Les talentueux Michel Sardou et Marie-Anne Chazel ont fait de la pièce "Représailles" le régal des observateurs

Marier sa fille s’avère, en principe du moins pour les parents concernés, un moment inoubliable de pure beauté. Dans la comédie hilarante « Représailles » pondue sous la plume d’Eric Assous, c’eût pu être cela. Sauf que dans ce cas précis les épousailles vont donner lieu à l’exhumation de la vie secrète du père, lequel va se retrouver devant les faits accomplis, à savoir ses liaisons extraconjugales face à son épouse ayant flairé le coup de Jarnac renouvelé à plusieurs reprises…

Une famille décomposée

Ce vendredi soir le Parc des Expos de Chalon-sur-Saône a fait le plein pour cette pièce des Théâtrales gouvernée par le très posé Michel Sardou et la pétulante Marie-Anne Chazel, secondés par Laurent Spielvogel, Caroline Bal, Emma Gamet et Ariane Séguillon. Force est de constater que les spectateurs ont eu le nez fin, le déroulement des opérations, dans la stricte tradition vaudevillesque, leur donnant raison du début à la fin. Et dire qu’ils auraient très bien pu ne rien absorber à gorge déployée si Francis (Michel Sardou) n’avait pas été reconnu coupable d’agissements suspects durant la soirée de noces par sa moitié Rosalie…Poussé dans ses retranchements, le mari quelque peu penaud, finit par avouer l’existence de deux maîtresses. Et ce qui devait arriver arriva : la légitime réclamant à son conjoint le divorce, et ordonnant au fautif qu’il annonce sans ménagement à ses « femmes de substitution », Hélène et Jennifer, la rupture. Jamais deux sans trois, dit-on.

Sur sa lancée, Francis crache un autre morceau : une tierce personne, Josiane en l’occurrence, a également été prise dans les mailles de son filet…C’en est trop pour Rosalie, qui va asséner une vérité laissant pantois Francis. Eh oui, elle lui balance qu’il n’est pas le géniteur de leur fille Melissa. Ce serait Julien le papa, un fan de Julien Clerc. La situation devient éminemment complexe, on se rend coup pour coup dans une atmosphère kafkaïenne. Mais Julien, de passage dans la demeure familiale, dévoile que cette révélation n’était en réalité qu’un stratagème de Rosalie pour blesser profondément le libidineux personnage.

Tout semble donc prendre de plus justes proportions, mais ne voilà-t-il pas que Josiane, le troisième accroc, se pointe aussi au domicile, avec un album photo…celui du fils caché de Francis. C’est reparti pour un tour, ce dernier boira le calice jusqu’à la lie. Remarquez bien que la femme officielle trompée n’est pas la seule. Sa fille Melissa, à l’entame de son mariage, apprenait que son mari avait eu deux cents féminines conquêtes. Le comble du remue-ménage, c’est que le don Juan compte à son actif un coup de canif dans le contrat, un amour avec un homme : Julien, l’ami de sa mère ! Une histoire de fous ! Rassurez-vous, la conclusion empruntera à la légèreté : Rosalie, elle aussi dingue du chanteur, a réussi à obtenir deux places pour un concert de Julien Clerc. Ensuite, advienne que pourra…

                                                                                                                                                                          Michel Poiriault

                                                                                                                                                                         poiriault.michel@wanadoo.fr

     

      

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche