Chalon sur Saône

A Chalon-sur-Saône, pour le printemps des poètes, des chalonnais vous lisent des poèmes à voix haute sur les marchés du vendredi et du dimanche.

Le clin d’œil info-chalon.com !

Pendant tout le mois de mars, sur les marchés chalonnais du vendredi et du dimanche, rue aux Fèvres à Chalon-sur-Saône, des chalonnais, à l’occasion de l’opération « le printemps des poêtes », vous liront des poèmes.

Venez rencontrer Christiane, Sonja, Geneviève, Marie, Annick, Guillaume et partager avec cette bande de joyeux lurons de l’association « La page qui rit », un moment de partage en écoutant du Verlaine, Baudelaire…

Pour les lecteurs d’info-chalon.com voici un poème distribué par cette association aux passants :

Chapeau

Une volée de pigeons sur un pommier,                                                                                                                                                                                             Une volée de chasseurs, il n’y a plus de pigeons,                                                                                                                                                                             Une volée de voleurs, il n’y a plus de pommes,                                                                                                                                                                               Il ne reste qu’un chapeau d’ivrogne,                                                                                                                                                                                             Pendu à la plus basse branche.                                                                                                                                                                                                       Bon métier que celui de marchand de chapeaux,                                                                                                                                                                       Marchand de chapeaux d’ivrogne.                                                                                                                                                                                                   On en trouve partout dans les fossés,                                                                                                                                                                                               Sur les près, sur les arbres,                                                                                                                                                                                                             Il y en a toujours des neuf chez Kermarec,                                                                                                                                                                       Marchand de chapeau à Lannion.                                                                                                                                                                                             C’est le vent qui travaille pour lui.                                                                                                                                                                                                   De petit tailleur que je suis,                                                                                                                                                                                                             Je me ferai marchand de chapeaux,                                                                                                                                                                                                 Le cidre travaillera pour moi.                                                                                                                                                                                                  Quand je serai riche comme Kermarec,                                                                                                                                                                           J’achèterai un verger de pomme à cidre,                                                                                                                                                                                         Et des pigeons domestiques,                                                                                                                                                                                                           Si j’étais à bordeaux, je boirai du vin,                                                                                                                                                                                               Et je marcherai tête nue au soleil.

Max Jacob  (Association « La page qui rit »)

J.P.B

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche