Chalon sur Saône

PETA demande des repas réellement laïques dans les cantines de Chalon sur Saône

Communiqué de PETA France

 

Après un jugement du tribunal administratif qui vient clore un débat vieux de deux ans, les repas de substitution au porc reviennent au menu dans les cantines de cette commune de Saône-et-Loire. Mais PETA demande au maire, Monsieur Gilles Platret, de sortir de cette situation par le haut en proposant une option végane aux enfants de Chalon-sur-Saône, plus saine, respectueuse des animaux et de l'environnement, et appropriée à toutes exigences alimentaires.

« Les repas végans sont les plus laïques de tous », écrit Cyril Ernst, porte-parole de PETA France, dans sa lettre à Monsieur Platret. « Adaptés à toutes les religions et pratiques alimentaires, ils permettent aux cantines d'accueillir tous les usagers sans discrimination et sans entorse à la laïcité. »

L'association note également que l'alimentation végétale – sans cholestérol, pauvre en graisses saturées, et riche en glucides complexes, fibres, vitamines et minéraux – est optimale pour tous les âges de la vie. Les personnes se passant de produits d'origine animale sont moins susceptibles d'être atteintes d'obésité et de développer de nombreuses maladies, telles que le diabète, les maladies cardiaques et certains types de cancer.

Un ménu végan sain serait donc dans « l'intérêt des enfants » et permettrait également de combattre les pires effets du changement climatique. En effet, selon l'ONU, une alimentation végétale utilise moins de ressources et provoque moins d'émissions de gaz à effet de serre que la viande et les produits laitiers.

PETA – dont la devise dit notamment que « les animaux ne nous appartiennent pas et [que] nous n'avons pas à les utiliser comme nourriture » – rappelle que l'alimentation végane épargne d'immenses souffrances et une mort atroce à des milliers d'êtres sensibles. En effet, dans l'industrie de la viande, des jeunes cochonnets se font couper la queue et arracher les dents, et les poules se font cautériser le bec, tandis que dans l'industrie laitière, les jeunes veaux sont arrachés à leurs mères peu après la naissance. Ces animaux finissent à l'abattoir, où ils sont suspendus à l'envers et égorgés, devant le regard terrifié de leurs congénères. En France et partout dans le monde, le bien-être animal est un débat de société de plus en plus important aux yeux des jeunes générations.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche