Chalon sur Saône

Musique/Pluriel, une association qui donne envie de s’investir

La semaine dernière, l’association Musique/Pluriel a tenu son assemblée générale annuelle. Le retour d’info-chalon.

Avec l’association Musique / Pluriel, on est à des années lumières de certaines assemblées générales associatives que certains, peut-être, ont connues, voire connaissent encore. D’abord, tout est fait dans les règles de l’art : les rapports d’activité et financiers, très clairs, sont distribués aux adhérents avant que ne débute les (nombreuses) présentations orales, épaulées par des power point que les intervenants ne se contentent pas d’ânonner maladroitement, ce qui est en général extrêmement soporifique. En outre, le budget prévisionnel pour l’année à venir correspond bien à l’idée que l’on peut se faire d’un tel document. Enfin, l’ambiance est conviviale. Diablement conviviale. Et quand une « diapo » fait état d’un nombre impressionnant d’heures de bénévolat, on n’est pas surpris outre mesure.

On n’est pas surpris parce qu’à écouter la présentation orale et à lire le rapport d’activité 2016/2017, du boulot, l’association Musique / Pluriel en abat. En effet, entre les « activités régulières », les multiples ateliers (vocaux, « Autre », « recreassons », « animassons »), les réunions diverses, les dossiers de demande de subvention connaissant une heureuse issue, le « projet camion », les bénévoles de cette association ne chôment pas. A la limite, il ne serait pas exagéré de dire qu’ils se démènent pour faire connaître et aimer la musique, cette musique qui les réunit tous.

S’ils ne comptent vraisemblablement par leurs heures, ils sont efficaces aussi. En effet, sans aller jusqu’à employer le terme de « militaire », l’organisation de l’association est sacrément bien pensée. Les commissions ne sont pas des « machins » pour donner un bâton de maréchal, afin de calmer quelque aigri n’ayant pas eu un poste dans le bureau, une pratique que l’on retrouve, notamment, dans de nombreux partis politiques. Les commissions – celle de la communication ou celle, entre autres, des ateliers – sont composées de bénévoles actifs et dont l’activité, précisément, permet à l’ensemble de l’association de tourner. De toute manière, vu que les responsabilités tournent, il n’y aurait pas besoin d’un tel stratagème.

Car les responsabilités tournent, naturellement. Un exemple ? Le président, Etienne Boggio, a souhaité ne pas se représenter, pour laisser l’opportunité à d’autres de s’investir. Pourquoi ? Parce que, a-t-il développé dans un discours bien léché sur ce qu’est la transmission, c’est une façon de contribuer à la vie, dans le temps, d’une association, qui ne perdure positivement, a-t-on compris, que lorsque la mémoire de l’organisation et les « savoir-faire » accumulés par les uns et les autres circulent, pour mieux se perpétuer.

(Etienne Boggio)

Une façon de voir les choses qui, peut-être plus que largement partagée par les adhérents de Musique / Pluriel, explique la bonne santé de l’association, même si, financièrement parlant, comme pour la plupart des associations, l’équilibre demeure précaire. Et le demeure quand bien même Laurence Fluttaz (conseillère régionale), présente lors de l’assemblée, a grandement laissé entendre qu’une subvention d’un montant non négligeable allait être octroyée à l’association par la Région Bourgogne Franche-Comté. Et le demeure même si, après avoir diminué fortement le montant des subventions aux associations il y a quelques années maintenant, la ville de Chalon contribue financièrement à cet équilibre et s’emploie à trouver un parking pour le camion de l’association, comme l’a indiqué Dominique Rougeron, conseillère municipale déléguée aux relations avec le monde culturel et sportif. 

Samuel Bon

 

Contacter Musique / Pluriel : 

Musique/Pluriel

5, rue du Cloître

71 100 Chalon-sur-Saône

contact@musiquepluriel.fr

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche