Chalon sur Saône

Raymond Gonthier et Françoise Verjux-Pelletier au contact des habitants de leur canton

Mardi soir, Raymond Gonthier et Françoise Verjux-Pelletier, les conseillers départementaux du canton de Chalon 1 tenait une réunion publique. Le retour d'info-chalon.com.

En 2015, Françoise Verjux-Pelletier et Raymond Gonthier s’étaient engagés à le faire s’ils remportaient les élections sur le canton de Chalon 1, alors ils organisent comme promis des réunions publiques, pour informer de leurs actions au sein du Conseil départemental de Saône-et-Loire.

Mardi soir, l’une d’entre elles a attiré une bonne quarantaine de personnes dans la salle polyvalente de l’Espace Jean Zay, aux Prés Saint-Jean. Dans le public, des habitants du quartier et du canton, une conseillère régionale (Francine Chopard) et même des maires d’un bord politique qui n’est pas forcément celui des conseillers départementaux en question : Alain Gaudray (maire de Fragnes-La Loyère, vice-président du Grand Chalon), Sylvain Dumas (maire de Frages-lès-Chalon, parrain d’Emmanuel Macron, lorsque celui-ci était candidat à la présidentielle*). Celui de Champforgeuil,  René Guyennot, qui avait malencontreusement organisé une autre réunion au même moment, était excusé.

Une présentation claire du Département, une photographie du canton de Chalon 1

Un peu plus d’une heure, c’est le temps qu’a duré cette rencontre. Après des salutations et remerciements d’usage, les deux conseillers départementaux se sont attelés à présenter la collectivité dont ils sont les élus. Pour peu qu’on ait en tête les confusions que suscite l’existence du « mille-feuille territorial et administratif », à juste titre critiqué pour la complexification qu’il n’est pas sans engendrer, ce n’était pas du luxe. Ils se sont en tout cas bien sortis de l’exercice. Raymond Gonthier, notamment, s’est montré particulièrement clair et pédagogique sur les compétences du Département, les spécificités du canton de 19 000 habitants, répartis sur 50 km², dont Françoise Verjux-Pelletier et lui sont les conseillers. Il a en quelque sorte poursuivi, à l’oral cette fois-ci, le travail, analytique et et synthétique, auquel il s’astreint régulièrement, en envoyant des messages numérotés pour « tenir informé de notre activité au niveau des instances départementales » à une liste de diffusion (58 à ce jour). Un travail qu’il définit comme « quelques lignes pour dire ce que nous faisons au Conseil départemental, qui résument 400 pages de documents ».

(Raymond Gonthier)

Réputé pour être à l’aise avec les chiffres et les dossiers techniques, c’est également lui qui a dressé un portrait financier du canton. « Pour 2017, ce territoire s’était vu affecter un montant de presque 1 400 000 euros »[NDLR : 1 388 352 euros, exactement]. Une enveloppe irriguée par différentes mannes : produit des amendes de police (affectées aux communes pour mener à bien des opérations de sécurité), aides spécifiques diverses (« habitat durable », « habiter mieux 71 »), subventions, fond d’aide à la vie associative locale, etc). « Sur ce montant, Champforgeuil a perçu 62 233 euros ». Farges-lès-Chalon a reçu 17 300 euros, tandis que Fragnes-La Loyère a reçu 17 297 euros et Crissey, commune pas très demandeur, 700. « La commune de Virey-le-Grand, elle, en raison du siège de nombreux organismes dédiés aux personnes en situation de handicap, est celle qui a reçu le plus : 106 897 euros ». Bref, a conclu Raymond Gonthier, « on n’a pas laissé un centime de l’enveloppe ».

François Verjux-Pelletier a quant à elle tenu un discours plus politique, sans une once d’obscurité. Au contraire, elle a été très claire dans ses critiques à l’égard du gouvernement Philippe et de la présidence Macron et des politiques menées par l’actuelle majorité du Conseil départemental de Saône-et-Loire, dirigée par André Accary. Une critique plutôt constructive En effet, Françoise Verjux-Pelletier n’est pas montée dans les tours pour canarder et sulfater tout ce qui bouge qui ne serait pas de gauche, en vertu du principe selon lequel « l’opposition, ça s’oppose ».

(Françoise Verjux-Pelletier)

Concrètement, ses critiques à l’égard de la majorité départementale actuelle se sont principalement portées sur les points suivants : la lutte contre la fraude sociale et les choix de la majorité départementale vis-à-vis de la dépendance.

Françoise Verjux-Pelletier : « Il faudrait plutôt lutter contre le non recours » aux aides sociales

Partant de l’explosion du nombre de bénéficiaires du RSA, suite à cette crise économique venue des Etats-Unis (celle des « Subprimes ») qui a fortement impacté les Etats membres de l’Union européenne, Françoise Verjux-Pelletier a précisé que ce nombre augmente désormais moins vite, et que l’on constate un ralentissement du nombre de bénéficiaires. Pas exactement une bonne nouvelle, puisque ce nombre augmente encore. Et pas une bonne nouvelle puisqu’il est vraisemblable que, s’il augmente moins vite, c’est parce que des gens qui pourraient prétendre bénéficier de cette aide renoncent à le faire.

Pourquoi ? En raison des politiques de lutte contre la fraude sociale, que « la nouvelle majorité a proposé de renforcer ». Pour Françoise Verjux-Pelletier, il faut arrêter de toujours stigmatiser les mêmes. « La fraude sociale, ça existe », convient-elle. Mais s’il est vrai que des montants sont perçus indument, ils ne partent pas dans la nature. Ils sont récupérés et des amendes sont infligées quand il y a eu véritablement fraude – plutôt trop efficacement si l’on en croit un récent rapport du Défenseur des droits**. Surtout, comparée à l’évasion fiscale, mise en lumière par l’affaire des « paradise papers » dernièrement, on ne boxe pas dans la même catégorie***. Alors, au lieu de « renforcer la lutte contre la fraude sociale », la nouvelle majorité départementale ferait mieux d’écouter son opposition, qui lui demande de « mettre en place une évaluation » des prétendues fraudes.  Bref, pour Françoise Verjux-Pelletier, « il faudrait plutôt lutter contre le non recours » au RSA. « On voudrait que le Département se saisisse plutôt de cette question-là », a-t-elle conclu sur ce point.

Françoise Verjux-Pelltier : en matière de dépendance des personnes âgées, la majorité départementale « ferait mieux de voter un autre budget »

Ce souhait formulé, Françoise Verjux-Pelletier a fait état d’un mouvement social, au sein de l’EHPAD Roger Lagrange, aux Prés Saint-Jean. Dans une lettre qu’ils ont envoyée, des employés ont rapporté un certain nombre de faits troublants, notamment le fait que certains pensionnaires n’ayant pas besoin de soins quotidiens, ne bénéficient plus d’une douche que tous les 16 jours. Partant de ce cas particulier, elle a dressé un panorama assez sinistre de l’état des établissement accueillants des personnages âgées. Ceci pour expliquer le choix des membres du groupe « Gauche 71 » de voter contre une proposition de la majorité actuelle de diminuer les montants alloués aux EHPAD. Un choix qui a recueilli l’assentiment du public présent mardi soir. Et d’autant plus que certaines personnes ont déploré le manque de place, les délais d’attente, l’énormité des coûts de ceux-ci, par rapport aux revenus d’enfants qui peinent déjà à joindre les deux bouts en temps normal.

Vis-à-vis de la dépendance, Françoise Verjux-Pelletier a clairement considéré qu’il vaudrait mieux voter un autre budget, que le financement dédié à la dépendance change. Certes, en organisant un salon comme Evoluvies****, la majorité départementale est dans son rôle. D’autant plus que les virtualités économiques de la « silver économie », l’économie des cheveux argentés, ne sont pas négligeables. Certes, c’est bien de chercher des solutions pour que les gens restent le plus longtemps chez eux et relativement autonomes. Mais ça ne peut-être l’alpha et l’omega d’une politique départementale en matière de dépendance.

Samuel Bon 

*Consulter la liste officielle des parrainages validés par le Conseil constitutionnel :

https://presidentielle2017.conseil-constitutionnel.fr/

**Lire l’article d’info-chalon.com à ce sujet :

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/09/21/32640/globalement-tout-fonctionne-selon-l-une-des-delegues-du-defenseur-des-droits-en-saone-et-loire-noelle-fontaine/

*** Selon un rapport du Défenseur des Droits :

 

Lire le rapport, page 9 :

https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapportfraudessociales-v6-06.09.17_0.pdf

****Lire les articles d'info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/10/27/33541/le-salon-evoluvies-du-departement-de-saone-et-loire-officiellement-inaugure-ce-midi/

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/10/27/33540/salon-evoluvies-belle-demonstration-de-tennis-fauteuil-avec-andre-accary-gilles-platret-et-le-medaille-paralympique-de-tennis-en-fauteuil-roulant-michael-jeremiasz/

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/10/27/33542/salon-evoluvies-les-elus-ont-visite-les-nombreux-stands/

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/10/27/33544/au-salon-evoluvies-testez-le-mur-digital-de-digisport/

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/10/28/33549/au-salon-evoluvies-mettez-vous-dans-la-peau-d-une-personne-agee/

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/09/08/32305/chalon-sur-saone-accueillera-le-1er-salon-evoluvies/

http://www.info-chalon.com/articles/opinion/2017/10/25/33495/evoluvies-a-chalon-sur-saone-la-position-de-la-cgt/

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche