Chalon sur Saône

Cécile Giroud démontrera avec pertinence qu'elle a plus d'un tour dans son sac le 23 mars à Chalon

Qui dit Yann Stotz à l’heure actuelle dit Cécile Giroud. Qui dit Cécile Giroud dit…Yann Stotz ! L’effet boomerang qui aimante, aimante, aimante…Le vendredi 23 mars à 20h30 en la salle Marcel-Sembat de Chalon-sur-Saône l’ex-« Taupes Models » (avec Céline Iannucci et Florence Foresti) et championne du monde d’impro inondera le public de ses faits et gestes à géométrie variable en compagnie de son « camarade de jeu ». Un ouvrage de belle facture. Interview pour info-chalon.com

Quel festin culturel promettez-vous aux spectateurs de Chalon le 23 mars prochain ?

«Il s’appelle « Classe ! » C’est un peu notre hors-d’œuvre, c’est un spectacle d’humour, de musique, de chant, de mime, du music-hall comique. »

 

Qu’est-ce qui  a fait qu’à un moment votre duo  se soit formé, et quelle est votre recette pour qu’il dure ?

« Alors notre duo s’est formé parce que, je pense, l’on appréciait nos qualités artistiques respectives, je parle pour Yann, car en tout cas pour moi c’est ça. Et puis ce qui fait que ça dure, c’est qu’on les aime toujours, que l’on parle, crée, que l’on partage nos lectures, notre vision du monde, nos coups de cœur cinématographiques, musicaux et théâtraux. »

 

N’êtes- vous pas un peu déboussolée lorsque vous vous retrouvez ensuite seule sur scène ?

« Si, un petit peu, j’ai oublié mon texte la dernière fois (rires) ! C’est sûr, c’est déboussolant, ça demande deux fois plus d’énergie, puisqu’on divise le nombre de personnes par deux. On a l’impression qu’il manque un peu quelque chose. »

 

Comédienne, humoriste, chanteuse, musicienne, vous êtes en quelque sorte une décathlonienne de l’univers artistique. Cela ne vous oblige-t-il pas trop ?

«Si, ça demanderait de la rigueur, je culpabilise un peu parfois de ne pas travailler plus mon piano, parce que comme tout instrument ça exige un travail quotidien que malheureusement avec les déplacements, etc. je n’ai pas le temps de faire. Mais c’est un bonheur, je passe de l’un à l’autre avec plaisir. Ca permet en fait d’exprimer ce qu’on a envie de dire par plein de moyens, de médias, c’est très agréable. »

 

Vous qui avez touché le firmament du théâtre d’improvisation, s’agirait-il d’un passage obligé pour tout artiste qui se respecte ?

«Je ne dirais pas que c’est un passage obligé, mais j’aurais tendance à dire que ce serait un passage formidable dans les écoles pour tout gamin. Pas forcément pour une carrière artistique, mais pour toute personne. Ca et les colonies de vacances, ça apprend énormément de choses d’être animateur, d’aller en colonie ou de diriger un centre de vacances et faire de l’improvisation. Ca me semble être de très bonnes écoles. »

 

Ne pas avoir d’équivalent dans la forme élaborée qui est la vôtre, et développer vos arguments, ce doit être particulièrement stimulant ?

« C’est extrêmement stimulant, parce que du coup on se dit : on peut faire ça, on pourrait faire ça. En ce qui me concerne c’est peut-être au niveau de la danse que j’aurais beaucoup plus de limites, et c’est vrai que ça permet de rêver des choses et de se dire que ça on pourrait le faire. »

 

Qu’est-ce qui vous plairait, que vous n’avez jamais abordé ?

«Yann, il se met au dessin, il est très, très fort dans ce domaine. Moi, ce serait plus l’arrangement musical, c’est-à-dire se mettre à orchestrer, ça je ne l’ai jamais fait. Enfin je l’ai fait de temps en temps, mais pas à un bon niveau.»

 

Les modalités pratiques

Prix de la place : 25,00 euros. Placement libre. Infos auprès d’A Chalon Spectacles au 03.85.46.65.89, ou à cette adresse : spectacles@achalon.com

                                                                                   Propos recueillis par Michel Poiriault

                                                                                   poiriault.michel@wanadoo.fr    

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche