Chalon sur Saône

Mais qu'est ce qu'on attend pour l'ouverture officielle d'un 4e département à l'IUT de Chalon sur Saône ?

Le sentiment d'info-chalon.com

Avec la visite d'Alain Bonnin, Président de l'Université de Bourgogne ce jeudi à Chalon sur Saône, on aurait pu s'attendre à une très belle annonce sur l'arrivée d'un quatrième département à l'IUT de Chalon sur Saône, à savoir celui des carrières juridiques. Mais il n'en fut rien ! Selon les informations recueillies ici ou là par info-chalon.com, Sébastien Martin, Président du Grand Chalon, a mis Alain Bonnin, devant ses responsabilités, allant jusqu'à lui proposer de monter à Paris à la rencontre de Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Une invitation restée au stade de l'incantation. 

Disons-le ici franchement, l'ouverture d'un 4e département à l'IUT de Chalon sur Saône, dépasse le seul stade d'une ouverture universitaire. Il en va d'un équilibre territorial, d'un enjeu d'attractivité de notre territoire, entre Lyon et Dijon. Oui, Chalon sur Saône est à la peine sur les filières post-bac même si les annonces formulées récemment par le CNAM ou l'ENSAM via la Cité du numérique tendent vers des jours meilleurs. Chalon sur Saône et la Saône et Loire doivent être en capacité de garder sur leur territoire des jeunes en formation universitaire et ça passe nécessairement par une densification des formations universitaires. 

Politiquement, le dossier fait l'unanimité. Cécile Untermaier, députée de la 4e circonscription de Saône et Loire est d'ailleurs montée au créneau cet été dans la droite ligne de la logique portée par Sébastien Martin, Président du Grand Chalon. La députée a rappelé dans un courrier adressée à Frédérique Vidal le fait "que le DUT de carrières juridiques n'existe ni en Bourgogne, ni en Franche Comté", rappelant que "la rectrice s'est montrée tout à fait favorable au développement de l'IUT de Chalon sur Saône. L'ouverture ferait sens sur le territoire chalonnais qui connaît une forte activité juridictionnelle et qui se trouve donc en capacité d'offrir aux bacheliers des filières générales ou technologiques, la possibilité de se former puis de concrétiser un projet professionnel". Des propos réitérés ce jeudi à l'occasion de la venue d'Alain Bonnin. Alors qu'est ce qu'on attend ? 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche