Chalon sur Saône

Focus sur le diagnostic commerce réalisé à la demande de la ville de Chalon sur Saône

C'est une étude riche en enseignements qui a été dévoilée ce lundi soir à la petite salle Marcel Sembat devant une quarantaine de commerçants.

Dans le cadre des Etats Généraux du Commerce de la ville de Chalon, la 4e édition du nom, Gilles Platret et son équipe ont invité les commerçants chalonnais à une réunion d'échange ce lundi soir à la petite salle Marcel Sembat. Une réunion qui s'est déroulée finalement en comité restreint alors qu'on aurait pu s'attendre à une plus large participation des principaux intéressés, à savoir les commerçants. 

En attendant, au titre de l'information, le bilan du diagnostic commerce commandité par la ville de Chalon sur Saône auprès du cabinet d'étude AID, s'est révêlé très riches en informations. Au travers d'une enquête menée par le cabinet, le diagnostic s'est appuyé sur une collecte de données qui s'est étalée de mars à juillet 2018, s'appuyant sur les réponses  de 193 commerçants chalonnais (dont 112 de l'hypercentre) et d'une enquête clients autour de 600 réponses. 

La part de marché des commerces du centre ville reste loin derrière la zone de Chalon sud

Premier enseignement et pas des moindres, la zone de Chalon Sud représente par an par moins de 230 millions d'euros de chiffre d'affaire, représentant à elle seule 27 % du total réalisé. Le centre-ville arrive en 3e position avec un total cumulé de 122 millions d'euros et 14 % en part de marché, derrière la zone de la Thalie qui représente 138 millions d'euros et 16 % du chiffre d'affaire. Le cabinet AID a rappelé ce que tout le monde sait depuis des années, à savoir la densité de la zone commerciale sud. 

La ville de Chalon sur Saône totalise 876 locaux actifs dont 23 % sont des services non commerciaux, 22 % des cafés, restaurants et hôtels, 17 % des équipements à la personne, 16 % des services commerciaux, 11 % des commerces liés à la culture et aux loisirs et 9 % à l'alimentaire. 

Une petite spécificité de l'hypercentre 

Sur les 321 locaux actifs, 37 % sont liés à l'équipement de la personne, 25 % des café, restaurants et hôtels, 10 % des services commerciaux, 7 % des services non commerciaux, 9 % culture et loisirs et  9 % alimentaire. L'enquête menée par le cabinet d'expertise s'est adressée particulièrement aux indépendants pour 71 % des réponses reçues avec une moyenne d'âge à la tête de leur commerce assez élevée.

54 % des commercants de l'hypercentre considérent que leur chiffre d'affaire a baissé 

Autre information cruciale dans les résultats rendus publics, un commerçant sur deux de Chalon sur saône estime que son activité ne lui permet pas de vivre convenablement. 90 % affirment que les touristes représentent moins de 20 % de leur clientèle. Pire 77 % affirment que leur activité est stable ou en baisse lors des animations et événements organisés sur le territoire. 

Où consomment les Chalonnais et finalement qui ? 

Autre enseignement assez intéressant en terme d'informations à traiter, l'audit a révélé la part d'évasion qui révèle que très majoritairement la part de la bijouterie, maroquinerie, plantes, fleurs, jeux jouets, sport, mobilier, décoration intérieure, bricolage, informatique...  est réalisée à l'extérieur du centre ville. Enfin côté client type du centre ville de Chalon, il est plutôt âgé de plus de 45 ans et même senior, soit seul ou en couple, socialement avec des revenus plus élevés que la moyenne. 

En fait la vraie cible pourrait être ceux qui ne sont pas clients du centre ville, à savoir les trentenaires et quadra, les famillles et les classes moyennes qui semblent concentrer leurs dépenses sur les zones commerciales plutôt qu'en centre ville. 

Une fois dressé ce bilan, l'heure est donc aux interventions à mener, sujet sur lequel reviendra en détails info-chalon.com

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche