Chalon sur Saône

Rencontre sur le thème de l'humanitaire pour les lycéens de Pontus de Tyard, à Chalon-sur-Saône

Une ex-proviseure, présidente d'une association humanitaire au Vietnam, revient dans son ancien lycée de Chalon-sur-Saône pour sensibiliser les élèves sur les conditions de vie difficiles des enfants dans ce pays. Info-Chalon revient sur cette rencontre.

Permettre à des enfants d'un pays à l'autre bout du monde de commencer une nouvelle vie est une très belle initiative. C'est la grande mission de Solange Michel, ex-proviseure du lycée Pontus de Tyard et présidente de «Une école pour Xich-Tho», une association qui vient en aide aux écoliers de ce village vietnamien.

Sensibiliser sur les conditions de vie difficiles des enfants vietnamiens

Retraitée de l'enseignement depuis une dizaine d'années, Solange Michel aurait pu profiter de son temps libre pour faire du jardinage ou lire mais voilà, cette Chalonnaise a un grand cœur. Depuis quelque temps, comme de nombreuses personnes à travers le pays, elle parrainait une petite vietnamienne, Maria via l'ONG «Enfants du Mékong». Elle aurait pu se contenter des deux ou trois lettres habituelles au contenu plutôt banal que dictent bien souvent les associations et que toute marraine ou parrain reçoit chaque année, dans son cas en vietnamien et traduites dans la langue de Molière, c'était mal connaître l'ancienne proviseure du lycée Pontus de Tyard, qui n'entendait pas se contenter de si peu...

Ainsi, commence le récit de Mme Michel, captivant les 31 élèves de seconde de la classe de David Briere, professeur d'histoire-géographie au lycée Pontus de Tyard. L'objectif de ce dernier, en invitant la présidente de cette association humanitaire était de sensibiliser sur les conditions de vie difficiles des enfants vietnamiens, ce qui était une bonne occasion de montrer que d'autres jeunes à travers le monde évoluaient avec un niveau de confort aux antipodes des leurs.

Mme Michel, continuant de raconter son histoire et ce qui l'a amené à fonder l'association «Une école pour Xich-Tho», explique s'être longtemps poser des questions concernant ses lettres laconiques et succintes de sa jeune expéditrice. Elle, qui s'enquérait sans cesse de l'état de santé de Maria, fut intriguée par un détail : la jeune vietnamienne lui parlait parfois de sa peur de tomber dans l'eau. En effet, la gamine vivait avec sa famille dans une petite barque recouverte par une bâche «pas plus haute que votre pupitre», précise-t-elle à son jeune public. Solange avait souvent fait part à ses collègues de travail sur son désir de se rendre dans ce lointain pays qu'est le Vietnam. Et quelle ne fut pas son agréable surprise lorsqu'elle reçut en guise de cadeau de départ en retraite de la part de ses collègues qui s'étaient cotisés pour le lui offrir, un billet d'avion aller-retour pour le Vietnam.

Un choc pour la Chalonnaise

Nous sommes en mars 2008, les préparatifs vont bon train mais pour Solange, la Baie d'Halong, c'est certes joli mais ce n'est pas le véritable objectif de son voyage. Elle voulait se rendre là où vivait la petite Maria, Xich-Tho, tout petit village de pêcheurs à une centaine de kilomètres au Sud d'Hanoï, la capitale du pays, dans la région du delta du Fleuve Rouge. Arrivés sur place avec son conjoint, c'est le choc pour la Chalonnaise. La famille de Maria vivait dans une très grande précarité, sur de frêles esquifs qui tenaient lieu d'habitation. C'était pire que ce qu'elle imaginait. Images, via le rétroprojecteur, à l'appui. Aussi, elle décida de faire quelque chose pour leur venir en aide.

Mais pas simple dans un village où personne ne parle français. Elle rencontra toutefois le père Joseph, un prêtre catholique qui parlait l'anglais. «Il y a à peu près 7% de catholiques au Vietnam», explique-t-elle aux élèves de seconde qui l'écoutent religieusement. Elle explique que là-bas, les professeurs ne sont pas titularisés et que la moitié des cours sont payants, ce qui permet qu'à une minorité de poursuivre leurs études, en précisant que « seulement 10 % des 3èmes vont au lycée». Même si l'école est obligatoire, suivre une scolarité correcte au Vietnam demande un investissement coûteux aux familles. Désirant leur venir en aide et soutenue par de nombreux enseignants locaux, elle décide avec le père Joseph qui rêvait de devenir instituteur de faire une école. Le conseil du village leur octroya un terrain en zone non-inondable. 

Aider les enfants comme les parents

Suite à ce voyage qui a bouleversé sa vie, en août 2008, Solange décide de créer «Une école pour Xich-Tho», association ayant pour but de venir en aide aux Vietnamiens de Xich-Tho et des villages avoisinants qui vivent dans des conditions de très grande précarité. Le père Joseph, qui supervise les opérations sur place, rend compte régulièrement de l'avancée des travaux

Le rayon d'action de l'association s'étend sur quelques 15  villages dans le du delta du Fleuve Rouge ainsi qu'une autre au Sud, sur un village vers Hô-Chi-Minh-Ville (ex-Saïgon), la capitale économique de ce pays d'Extrême-Orient. «Nous agissons en quelque sorte là où on a des correspondants», dit, en guise d'explication, Solange. L'association compte 10 membres, «sans compter les lycéens et les étudiants, notamment ceux de l'Université de Montpellier», précise-t-elle. 

«Une école pour Xich-Tho», qui a récolté en dix ans, pas moins de 100 000 euros, a permis la construction d'une école et des maisons ont vu le jour, des vélos et des fournitures scolaires ont été offerts. Elle a également permis d'aménager de plusieurs bibliothèques (rayonnages, livres, tables, chaises, ordinateur) dans un pays qui en manque cruellement et apporter l’aide médicale si précieuse à de nombreux habitants.

Pêle-mêle, voici une liste non exhaustive des actions réalisées sur une série impressionnante qui force le respect : 70 bicyclettes distribués à des élèves, l'achat de 350 bidons de 20 litres nécessaires à l'adduction d'eau, l'assurance à 9 familles, 63 personnes opérées de la cataracte, 17 bibliothèques, une centrale de purification de l'eau, une bourse à un étudiant en université. 

De leur côté, les lycéens de Pontus organisent une vente de viennoiseries, tous les jeudi matin, à 90 centimes le pain au chocolat. Un chèque est remis à l'association chaque année. Et mine de rien, en dix ans, les lycéens ont réussi à envoyer dans les 10 000 euros. Le genre de petits gestes qui font avancer l'association dans cette noble mission. 

D'ailleurs, à ce propos, la venue de Solange Michel a été particulièrement attendue par les élèves du lycée Pontus de Tyard qui œuvrent au quotidien pour récolter des dons. Et pour cause, ils ont eu le plaisir de remettre un chèque de 1821€ à l'association, geste louable et fruit de leur engagement solidaire dans l'action portée par cette Chalonnaise au grand cœur. 

Ces derniers, après quelques questions à son attention concernant l'association, signe d'un vif intérêt, l'ont applaudi. Depuis, l'ex-proviseur du lycée a été neuf fois au Vietnam et compte revenir là-bas en 2021, se rendant tous les deux ans dans  cette magnifique contrée du bout du monde, en plein essor. Maria, qui avait décroché son baccalauréat, s'est mariée à un capitaine de marine marchande et a deux enfants. Le père Joseph, qui a été muté par son diocèse à une soixantaine de kilomètres de Xich-Tho, continue de superviser les opérations pour l'association qui a dépensé 22 000 euros en 2018. L'État a même fait goudronner la route qui mène à Xich-Tho qui compte de nouveaux commerces et Solange Michel, qui a des nouveaux filleuls, espère récolter plus de 20 000 euros de dons supplémentaires. 

Félicitant les lycéens de Pontus de Tyard — continuez d'acheter des pains au chocolat mais pensez à Jean-François! —, Info-Chalon, qui salue également l'action menée par cette Chalonnaise d'une grande générosité, vous encourage vivement à faire un don (NDLR : coordonnées ci-dessous) à cette association et s'il se trouve parmi nos lecteurs quelques âmes charitables désireuses de lui prêter main forte, en organisant des opérations au profit de «Une école pour Xich-Tho», faites-le nous savoir! 

Coordonnées :

 «Une école pour Xich-Tho», 64 avenue de Bordeaux, 11100 Narbonne

Solange MICHEL 06.81.40.31.85

http://www.uneecolepourxichtho.com 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche