Chalon sur Saône

Un Chalonnais écrit un dictionnaire des mots oubliés de la forêt et du bois

Reconstituer l'histoire humaine des forêts et du bois pour l'inscrire dans la continuité de notre présent, telle est la vocation qu'un Chalonnais s'est donné à travers un dictionnaire dont il est l'auteur, riche de plus de 6000 entrées. Info-Chalon est allé à sa rencontre.

En l'espace d'un siècle, environ 18 000 mots nouveaux sont apparus dans le Petit Larousse, tandis que quelques 10 000 termes inutilisés en disparaissaient. Les linguistes estiment à environ 8 millions le nombre de mots qui ont constitué notre langue alors que seulement 300 000 sont recensés dans les plus riches encyclopédies. 

Emporté par la passion du bois

«Pour moi, l'idée de départ était d'écrire un ouvrage sur les anciens métiers du bois. Au cours de ma carrière, je me suis aperçu qu'il m'arrivait de tomber sur des termes que je ne connaissais pas. Au début, c'était des notes éparses puis au fur et à mesure, de plus en plus sérieusement pour aboutir à un dictionnaire de plus de 6000 mots autour du bois»

C'est ainsi que nous résume Pierre Rousselin, 73ans, résidant depuis une quarantaine d'années à Chalon, la genèse de ce formidable ouvrage dont il est l'auteur. Cet expert forestier natif d'Autun emporté par la passion, petit-fils et fils d'exploitant forestier , a également exercé le métier d'exploitant-scieur durant plus de 40 ans, il devient directeur de Margaritelli, société spécialisée dans la production de parquets et de lames de terrasse en frêne thermo traité (PEFC), basée à Fontaines, pendant dix ans.

Un travail de longue haleine au service d'une passion

C'est tout naturellement que sa passion pour la forêt, le bois, l'Histoire et la linguistique l'ont mené à la rédaction de ce dictionnaire, fruit d'un travail de plus de dix longues années de recherches. Pierre Rousselin nous invite à un voyage dans le temps pour mieux comprendre l'évolution de forme, de sens et d'usage des termes forestiers, mais aussi à la découverte des significations des noms de famille, des lieux, ou des spécificités régionales.

«Je me suis pris au jeu et pris des mots qu'on ne trouve plus depuis le début du 20ème siècle», nous explique Pierre, continuant son passionant récit. Citant pêle-mêle dans cette synthèse de plus de 200 ouvrages anciens consultés, la Grande Encyclopédie Larousse de 1898, tous les dictionnaires de l'Académie Française de 1694 à 1836, l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert (1751) et les Annales forestières de 1840 à 1970, mille volumes qu'il a acquis en vingt ans,«dans tout mon travail, ce sont les annales qui m'ont le plus rapporté».

En ce qui concerne les dictionnaires et encyclopédies anciennes, M. Rousselin s'est rendu à la Bibliothèque Universitaire de Bourgogne, à Dijon. «Je n'ai pas compté mon temps mais j'ai cru intéressant de mettre au service des linguistes et des universitaires, le fruit de mes recherches», nous dit ce mordu de linguistique qui concède cependant avoir été aidé dans la correction par sa compagne, Solange. Ancienne proviseure du lycée Pontus de Tyard, elle a relu deux fois son manuscrit avant envoi.

Une fois ce dernier terminé, Pierre a ensuite contacté l'Institut pour le développement forestier qui possède une maison d'édition autour du bois, ils ont tout de suite accepté. Ce sympathique Chalonnais a mis également à disposition de l'éditeur la centaine de cartes postales en sa possession, pour l'élaboration de cet ouvrage qui a mis 6 mois à être réalisé.

Toutefois, l'éditeur a retiré des milliers de mots, les jugeant trop «patoisants». Pas du tout rancunier, Pierre, qui sera présent à la Fête du livre d'Autun 6 et 7 avril 2019, nous confie avoir effectivement «mis beaucoup de mots bourguignons» dans ce livre sorti en toute fin 2018.

Chaque mot est expliqué avec son étymologie et une définition est donnée avec sa source. Des pictogrammes illustrant les métiers de la forêt et du bois permettent un accès facile et rapide à l'information. On  découvre dans ses pages que le mot «fagot»a 130 synonymes et le «branche» 150. Qu'une frâche que beaucoup de Chalonnais originaires de l'autre côté de la Saône pensent comme étant du bressan s'avère en fait un terme issu de l'ancien français et qu'il signifie lui aussi «branche» tout comme une broutille!  Que le verbe «scier» a un rapport avec l'ancien français pour une hanche. Quelques exemples que vous aurez tout loisir de découvrir dans ce livre que votre serviteur dévore à l'heure où l'on vous parle.

Infatigable chercheur, Pierre a depuis trouver des centaines de mots et expressions. Il en avait même oublié l'expression «vieille branche»! Quelque chose nous dit qu'il est sur un autre projet de livre...

Une magnifique ode à la forêt, au noble matériel qu'est le bois et à la langue de Molière. Nous laissons le dernier mot à l'auteur qui dédie ce dictionnaire «à tous les curieux des mots et autres amoureux de la langue française».

Chalon peut s'enorgueillir d'être le lieu de naissance d'un magnifique ouvrage que nous vous conseillons vivement, convaincus qu'il existe , chères lectrices et lecteurs d'info-Chalon, parmi vous des curieux, des êtres sensibles à la magie des mots et à la richesse de notre belle langue pour ce qu'elle révèle de l'inventivité des hommes tout au long de notre riche histoire. 

Rousselin, Pierre, «Dictionnaire des termes anciens : Les mots oubliés de la forêt et des bois», Paris, Centre National de la Propriété forestière, 2018. Prix : 24€

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche