Chalon sur Saône

Le primeur qui redonne vie au quartier des Aubépins à Chalon sur Saône

À Chalon-sur-Saône, un primeur ouvert il y a trois ans a permis à tout un quartier de renouer avec le commerce de proximité. Info-Chalon a voulu connaître son secret pour survivre face à une offre particulièrement importante de grandes enseignes.

La journée commence bien avant l'ouverture de la boutique. Eray revient de chez son grossiste, il s'apprête à approvisionner le magasin. Au cœur des Aubépins, le primeur ouvre à 9h, le quartier s'anime déjà, pour fermer le soir. 

La proximité, c'est trés important

Quand on arrive aux Aubépins, après avoir traversé l'Avenue du même nom, on trouve le centre commercial juste avant une longue ligne droite.  Véritable centre névralgique du quartier, ce dernier abrite la pharmacie Dumaine, Laurent, salon de coiffure très réputé, GSM71, le spécialiste de la téléphonie, le restaurant associatif «Saveurs d'Afrique & D'ailleurs» dont nous avons déjà parlé dans nos colonnes autour de la recette d'un yassa de bœuf, une auto-école ainsi qu'un bureau de tabac. Et en face de celui-ci, une supérette fermée. Jamais bon signe de voir ce genre d'établissement fermé. Fort heureusement, il y a «Valprim», le primeur de ce quartier populaire de Chalon-sur-Saône en pleine mutation.

Ici, point de rayons brinquebalants, ni de comptoir poussiéreux ; pas d’odeurs mêlées de farine en vrac et de pommes ridées abandonnées à même dans des cageots antédiluviens, n’en déplaisent aux nostalgiques d’un monde rural révolu. Pas de fortes odeurs d'encens non plus. Non. C’est beau, c’est clair et fonctionnel. 

 À Valprim, on y trouve de tout : légumes, produits frais, épicerie, etc. On compte pas moins de 125 épices! Les rayons sont disposés de façon à créer une ambiance chaleureuse qui met en valeur des produits. Proposant de l'alimentation et des produits de la vie courante, cette épicerie de quartier soigneusement achalandée dispose d'un dépôt de pains approvisionné chaque jour. « On est livré chaque matin.», précise le gérant. L'enseigne collaborant étroitement avec « Pâte à Choux», boulangerie-pâtisserie située au 9 rue Paul Sabatier, à Chalon-sur-Saône. Valprim étant au cœur d'un quartier cosmopolite, son fournisseur réalise également des pains orientaux afin de satisfaire une clientèle originaire des quatre coins du monde.

Bien évidemment, les prix pratiqués sont parfois plus chers qu’en supermarché. Mais cela étant, pas tant que cela. On peut même trouver moins cher qu'en grande surface, cassant un peu les stéréotypes. Le responsable explique : «Je préfère faire moins de marge et rendre service et fidéliser ma clientèle. Nous nous efforçons de faire baisser les prix quand cela est possible, avec les grandes enseignes, on ne se bat pas à armes égales; nous voulons des prix bas mais pas au détriment de la qualité. Concernant notre offre, il faut être sur l’essentiel et ne pas se perdre.».

«Bien sûr,  lorsque nous avons repris ce commerce, nous voulions aussi que ce soit  un lieu de convivialité où l’on peut se rencontrer, se raconter, parler du temps qu’il fait  et de voir comment va l’autre. On tient à une certaine mixité sociale. C’est aussi pour cette raison que l’on a choisi de s’installer dans un quartier populaire comme les Aubépins. L’idée, ce n’est pas d’être juste un magasin mais bien d’être accessible au plus grand nombre. La proximité, c'est trés important», explique Eray Avci, 47ans, issu d'une famille de commerçants originaires de l'Ain et qui réside aux alentours de Chalon.

Voilà des propos dans lesquels affleurent des idées et des principes  que  d’aucuns, qui ne voient pas le monde changer, classeront aujourd’hui encore dans la catégorie des folles utopies. Mais de toute évidence Necla et Eray ne sont pas des amateurs.  

Alimentation généreuse

À première vue, quand ils se sont installés au 33 Avenue de l'Aubépin, avec l’ambition de proposer «une vraie alternative à la grande distribution», il y a presque trois ans de cela, ces commerçants chevronnés se sont vite aperçus des difficultés du quartier. Pourtant, ils pensaient être utiles et tout particulièrement auprès des personnes qui n’ont pas de moyens de locomotion. 

« Malgré les apparences, je reste convaincu que c'est un bon quartier pour le commerce », se satisfait Eray. «On a mis des années à faire oublier la mauvaise réputation de l'épicerie avant qu'on reprenne l'affaire. On travaille beaucoup, on lâche rien. Depuis peu, on sort même la tête de l'eau en doublant notre chiffre d'affaires.», poursuit-il. 

« La survie et le développement de notre petite structure reposent avant tout sur la qualité de nos produits et de notre service. Pour ce qui me concerne, ma locomotive ce sont les produits frais, en particuliers les fruits et légumes, sans oublier la boulangerie traditionnelle et l’offre rayon boucherie», précise M. Avci. 

En attendant que les habitants du quartier retrouvent le réflexe de la proximité, l'épicerie de quartier, d'une surface de 380 m2, a su rencontrer sa clientèle. «Si les gens du quartier tardent encore à venir, cela pouvant s'expliquer par un pouvoir d'achat en baisse et un chomâge endémique, notre clientèle vient d'un peu partout, aussi bien d'Autun, Mâcon, Beaune, Nuits-Saint-Georges, Dijon et même de Lons-le-Saunier!», nous annonce le gérant de cette épicerie de quartier, ouverte en avril 2016, qui fonctionne surtout le week-end.

Quelques difficultés cependant qui n'entament en rien la motivation des gérants

« Je suis conscient que pour bien du monde, Valprim n'est vu que comme un commerce de dépannage et mon activité repose essentiellement sur une clientèle fidèle, de tous âges. C’est grâce à eux que je vis, donc je dois leur rendre. C’est pourquoi, dans un commerce de proximité, le service et l’accueil sont essentiels.», nous explique Eray, «on perdure car on est totalement impliqués dans ce que l’on fait et dans le respect de nos clients. Par ailleurs, on ne reste pas les deux pieds dans le même sabot, nous nous devons d’évoluer sans cesse. Bref, il faut sans arrêt se bouger, se renouveler et ne pas tomber dans la monotonie. Par exemple, dans notre magasin totalement rénové, on pourra trouver prochainement un service pour commander en ligne».

Effectivement, dès le printemps prochain, Valprim va mettre en place un drive. Ce patron, affairé à faire des promos via un logiciel dans son petit bureau adossé à la caisse, se démène pour faire la différence. Le futur service permettra à la clientèle de retirer les commandes au magasin. Chères lectrices et lecteurs d'info-Chalon, nous vous en reparlerons ultérieurement, lors de sa mise en place.

Et pour ce faire, Valprim recherche quelqu'un de motivé afin de seconder Claude, 40ans de métier et toujours de bons conseils, au rayon boucherie; son patron dira de lui que «c'est quelqu'un sur lequel on peut se reposer, son aisance avec la clientèle, son expérience sont des plus chez Vaprim», qui compte 4 employés.

M. Avci nous fait part d'un point noir, rajoutant de la nuance au portrait de son affaire. Il y a d'abord, le problème du stationnement. Les emplacements étant sans cesse occupés par les riverains alors qu'ils ont droit à un parking souterrain, rendant difficiles aux clients venus de loin, l'accès au magasin. Eray nous explique une fois avoir aidé une personnage âgée à porter ses courses à 200m de l'épicerie, faute d'avoir pu trouver où se garer. Le responsable réclame aussi un parking pour les livraisons. «On a fait une demande auprès de la Mairie mais rien ne bouge de ce côté-là. Je me sent comme un  laissé-pour-compte», déplore-t-il.

Toutefois, même si Valprim est au cœur des quartiers, les grands oubliés de la politique municipale,zone où règne une grande précarité, M.Avci espère beaucoup de la rénovation et des constructions en cours au Sud des Aubépins. Celui aimerait plus d'activité en semaine, trouve que Chalon est une ville conviviale et en particulier aux Aubépins, «à l'image de notre clientèle, toujours souriante et toujours un petit mot gentil», conclut-il, signe qu'il garde espoir quant à une éventuelle amélioration des choses.

Et preuve que le magasin a trouvé sa place dans le quartier : en presque trois ans, pas de vol, pas de vandalisme.

Après seulement trois années d’existence, les ambitions ne manquent pas chez le gérant de Valprim. Malgré la présence de nombreuses grandes enseignes dans et autour de Chalon-sur-Saône, jouant un rôle social important dans le paysage urbain, ce commerces de proximité affiche de bons résultats et un développement constant. Sa recette : service, accueil, disponibilité, inventivité et spécialisation de l’offre. L'épicerie des Aubépins s'avère bien utile puisqu'elle est toujours là pour palier aux besoins quotidiens des familles du quartier qui l'adoptent petit à petit. Voici le secret qui permet à cette épicerie de quartier de résister à la pression de la grande distribution.

 

Adresse :

Valprim Market, 33 Avenue de l'Aubépin, 71100 Chalon-sur-Saône.

 

Coordonnées : 

Téléphone : 03 85 41 53 69

Facebook : Valprim Market

E-mail : valprimchalon@free.fr

http://www.valprim-market.com/

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche