Chalon sur Saône

Vernissage réussi pour l’exposition de l’artiste peintre- plasticienne Cécile Bart « Deuxième Donne, 2002-2005 »

Une exposition à voir à l’Espace des Arts

Vendredi soir, à 18 heures 30, à L’Espace des Arts, Scène nationale de Chalon-sur-Saône, dans l’espace situé à proximité de la billetterie, se déroulait le vernissage de l’exposition de l’artiste peintre-plasticienne Cécile Bart, en présence de Philippe Bucquet, Directeur de l’Espace des Arts, assisté de ses collaborateurs et collaboratrices et Sébastien Martin, Président du Grand Chalon.

Une soixantaine de personnes sont venues contempler les œuvres de cette artiste qui vit à Marsannay-la-Côte (21), composées essentiellement de polychromiques prenant place dans un espace quadrangulaire. Composées de huit peintures écrans et d’un châssis, les œuvres ont comme figure de base le décagone et elles sont présentées suivant trois possibilités d’accrochage.

Installées de guingois avec un seul point d’appui au mur et au sol, ces œuvres dont les écrans et les couleurs peuvent être changés à chaque présentation ont  la possibilité de redistribuer les rôles. Une exposition à contempler d’une façon temporelle de zénitude du 2 février au 26 avril.

Cécile Bart confiait à info-chalon : « Ce que j’aimerais, c’est que le public arrive sans avoir d’a priori dans la tête et qu’il se contente de regarder et de se déplacer dans une temporalité qui n’est pas le stress ni l’urgence, c'est-à-dire qu’il prenne son temps. C’est vrai que les couleurs peuvent paraître pastelles ! C’est la transparence car c’est l’une de mes caractéristiques ; C'est que je peins, ensuite j’essuie la peinture et comme le tissu que j’utilise, c’est du tergal et qu’il est transparent voire translucide, je conserve cette transparence, ce qui fait qu’il y a une douceur dans les couleurs qui peut-être ressentie. Combien de temps pour une œuvre ? Pour chaque œuvre, il y a plusieurs processus. Il y a le fait de tendre la toile, de la  peindre en passant plusieurs couches donc plusieurs jours et ensuite, transférer la toile et la coller sur un cadre aluminium, ce qui lui permet de conserver sa tension et le fait que la peinture soit partout. Sur mes œuvres, vous constaterez que la peinture se trouve aussi bien au centre de la toile et sur les bords mais aussi jusqu’au bord du cadre. Il y a donc cette histoire de hors champs, c'est-à-dire que ma peinture est coupée là où le cadre arrête la toile ! ».

Le Photoreportage info-chalon.

J.P.B              

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche