Chalon sur Saône

CONSEIL MUNICIPAL CHALON - "Sérieux budgétaire évident" contre "démagogie pré-électorale" ce lundi soir

Comme il fallait s'en douter, majorité comme opposition ont campé sur leurs positions, chacun accusant l'autre de précipiter les finances de la ville de Chalon sur Saône.

Avant de céder la parole à Maxime Ravenet, adjoint en charge des finances, Gilles Platret a tenu à préciser les contours de la politique municipale, pendant un long moment. Des précisions permettant de contextualiser la présentation plus technique de son adjoint. Alors que le vote définitif du budget interviendra à l'occasion de la prochaine séance publique en avril, le Débat d'Orientations Budgétaires est ce moment clé dans la vie d'une collectivité qui permet à chaque camp politique d'affiner ses prises de positions, et ce d'autant plus à un an des élections municipales. 

La lecture de l'héritage de l'autre

Afin d'expliquer les choix financiers pris à partir de 2014, Gilles Platret a pris soin d'évoquer l'héritage de l'équipe précédente pilotée par Christophe Sirugue. Des accusations qui n'ont pas trainé à être balayées d'un revers de la main par Chalon Autrement, même si dans sa présentation Maxime Ravenet a mentionné que"le niveau d'endettement est équivalent à celui du début de mandat". Est-ce à dire que finalement Gilles Platret n'a pas fait mieux que Christophe Sirugue ? C'était  bien là tout l'enjeu de chacun, que de rappeler que parfois on fait avec ce que l'on a. Alors qu'au moment de la campagne de 2014, la notion de "mise sous tutelle" revenait sans cesse dans les débats municipaux, on pourra toutefois se réjouir de la disparition de cette notion. Est-ce à dire que la situation financière est assainie ? 

"5 ans que vous êtes aux manettes, l'héritage est terminé, c'est l'heure du bilan"

C'est Nathalie Leblanc qui est montée au créneau ce lundi soir, pointant du doigt la gestion Platret, prenant bien soin d'effectuer un comparatif entre la situation financière recueillie en 2008 par l'équipe Sirugue et la situation en 2014 par l'équipe Platret. "Vous me faites penser au Serpent Kaa avec son Aie Confiance" a lancé la représentante de Chalon Autrement. "Vous ne cessez de vous référencer à l'héritage, c'est pratique, j'en conviens, cela vous dédouane de vos responsabilités. Je vous invite toutefois à relire le rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui relevait qu'en 2008 les recettes de la ville de Chalon sur Saône ne permettaient pas l'équilibre. Je vous invite à relire que le rapport précise qu'en 2004, 2006, 2007 et 2008, la commune était incapable de couvrir ses dépenses sans recours à l'emprunt. La réalité est toute autre que celle que vous affirmez". 

Une capacité de désendettement qui passe à 13,8 années

L'annonce d'un endettement "équivalent à celui de début de mandat" par l'adjoint aux finances aura été du pain benni pour Chalon Autrement, qui s'est saisi surtout de la capacité de désendettement qui est passée à 13,8 années alors qu'elle était d'un peu plus de 10 ans en début de mandat. "C'est au-delà de ce qui est demandé par l'Etat" a rappelé Nathalie Leblanc. "Et d'ailleurs où est le fameux audit des comptes publics sur lequel vous vous étiez engagés pendant la campagne électorale. Un audit tous les deux ans vous aviez annoncé ! Le dernier date de 2014 ! Chacun pourra en tirer les conclusions" a conclu l'élue chalonnaise. 

"J'ai cru que vous alliez nous refaire le match de 2008. Vous avez du mal à digérer le vote des Chalonnais"

Gilles Platret est bien évidemment monté au créneau afin de démontrer que la dette de 2014 était bien supérieure à celle d'aujourd'hui. "Si on ajoute les transferts de compétences au Grand Chalon, vous étiez à 92 millilions d'euros" a rajouté le maire avant de rappeler les "4 millions de recettes en moins par an en terme de dotations par l'Etat, les 800 000 euros en moins par an de recette par la Lyonnaise des Eaux, les 2 millions d'euros de charge nouvelle et le million d'euros de recettes en moins lié au cadeau fiscal de la taxe d'habitation. Malgré tout ça, nous maintenons la dette et nous ne touchons pas la fiscalité, et mieux nous la baissons. Si ce n'est pas la démonstration d'une bonne gestion !". 

La question de l'investissement

Gilles Platret a annoncé une volonté de fixer les investissement de la ville de Chalon sur Saône à plus de 14 millions d'euros cette année. Un chiffre qui a fait bondir l'opposition municipale, rappelant que les engagements de campagne avaient fixé le montant à 10 millions, un montant déjà à l'époque pointé du doigt.  Le maire de Chalon sur Saône a rappelé à l'occasion des débats, "c'est l'ambition qui nous guide". 

Laurent Guillaumé

Un retour complet et détaillé à venir sur info-chalon.com 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche