Chalon sur Saône

" Les arbres de la Place de Gaulle sont en bonne santé Gardons les platanes des quais !" plaide le Collectif chalonnais pour un urbanisme responsable

Communiqué de presse

Une fois encore lors du dernier conseil municipal lundi soir, le maire a fustigé la poignée d’irréductibles irresponsables qui s’oppose toujours à la construction « attendue par tous » d’un magnifique centre commercial sur cette pauvre Place de Gaulle, « encombrée de voitures et plantée d’arbres souffreteux ».

Ces irresponsables, c’est nous, c’est vous !

Ces irresponsables, qui ne sont même plus nommés mais néanmoins pointés du doigt, ce sont les membres du Collectif Chalonnais pour un Urbanisme Responsable qui luttent depuis plus de deux ans contre la construction insensée d’un bâtiment commercial haut de 13 m sur cette place centrale de Chalon. Place certes à réaménager, des idées sur la question ont émergées en octobre 2018 dans le cadre d’ateliers participatifs, mais qui demeure une respiration verte dans une zone urbaine très dense. 

Ces irresponsables, « totalement instrumentalisés par l’opposition » selon le maire, ont soutenu toutes les actions en justice qui ont été possibles, celle des riverains contre le permis de construire, celle d’habitants citoyens contre une délibération du conseil municipal fixant les modalités de l’accord entre la ville et le promoteur immobilier, celle enfin de Nathalie Leblanc, conseillère municipale d’opposition, dont la requête est actuellement en appel. Ce dernier recours juridique* est la seule voie qui puisse stopper un projet immobilier inadapté face à une municipalité sourde aux appels de sa population.

Mépris de milliers de signataires

Qu’importe si le combat est légitime, que notre collectif soit représentatif d’une grande partie de la population et de beaucoup de commerçants indépendants, contrairement à ce que prétend le maire ! Fort de ses seules convictions, Gilles Platret persiste à soutenir ce projet d’implantation commerciale dans les grandes orientations budgétaires de la ville. 

Avec cette nouvelle annonce provocatrice, il oublie et méprise les 3300 signataires de la pétition contre cette construction. Il répète à l’envi que le centre commercial Place de Gaulle revitalisera le centre ville, mais sur quelle étude sérieuse s'appuie t-il ? L'enquête sur le commerce qui a eu lieu au printemps dernier, à grand renfort de publicité pour un coût de 40 000 euros, a certes posé un diagnostic sur le commerce chalonnais mais n'a pas mis en évidence les attentes des clients ni proposer de remède ni fait de préconisation.

Des arbres souffreteux, Monsieur le Maire ?

35 érables ornementaux trentenaires ornent la Place de Gaulle, mesurant entre 10 et 15 mètres. Ils datent dans leur grande majorité des années 80 lorsque la station service a été démolie. Vendredi 15 mars, Alain Desbrosse, ingénieur écologue et spécialiste des arbres, est venu les examiner à notre demande : Selon lui « Loin d’être souffreteux, les arbres de la Place se portent bien !  Seuls 4 arbres autour du kiosque semblent avoir été frottés par des engins, peut-être lors de l’installation du kiosque et montrent quelques cicatrices. »

Quand on parle arbres à Chalon, le maire brandit la 4ème  fleur de la ville et réplique : « je n’ai pas de leçons à recevoir sur les arbres, toujours replantés là où il faut ! » Mais est ce qu’un arbre replanté vaut un arbre de plusieurs dizaines d’années en bienfaits environnementaux ? Certainement pas. Il vaut mieux conserver l’existant en l’améliorant mais surtout pas tout détruire. 

Aujourd'hui, les Chalonnais sont inquiets pour les arbres de la place de Gaulle mais aussi pour ceux des quais. Sont ils menacés eux aussi ? Seront ils protégés car classés ? Rien n’est sûr. 

En effet pas un mot de plus lundi soir au conseil municipal sur le projet de réaménagement des quais, pourtant bien inscrit dans le Rapport d’Orientations Budgétaires. Quand connaîtrons nous les grandes lignes de ces travaux qui devraient commencer en juin ? Ne sera-t-il pas alors trop tard pour défendre nos arbres ?

 

 

Les Chalonnais ne veulent plus être mis devant le fait accompli.

Choisissons nos aménagements urbains et gardons nos arbres.

Nos quais méritent un débat.

Et vite !

 

* Rappelons qu’à 1 jour près, la délivrance du permis de construire Place de Gaulle n’était plus possible car le nouveau plan de lutte contre les inondations (PPRI) interdit pour cause de sécurité publique la construction de bâtiment pouvant recevoir entre 700 et 1500 personnes par jour.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche