Chalon sur Saône

Manifestation dans les rues de Chalon-sur-Saône pour le pouvoir d'achat, les salaires et pour le maintien des services publics

Dans le cadre d’un appel intersyndical contre la politique antisociale du président de la République, Emmanuel Macron, une manifestation s’est élancée ce mardi après-midi depuis la Maison des Syndicats de Chalon-sur-Saône. Retour avec Info-Chalon sur les moments forts de cette journée de mobilisation pour réclamer davantage de pouvoir d'achat et défendre les services publics.

FO, CGT, FSU, UNEF, SNEP U, SNU. EP, SNES SU, SUD-Solidaires, CFDT, SNFOLC, FSU, les retraités et une bonne délégation de Gilets Jaunes. Ils étaient tous là, y compris, fait nouveau, une poignée d'anarchistes, mardi après-midi, à 14 heures 30, réunis, dans le cadre de cette nouvelle journée d’action, devant la Maison des Syndicats, située 2 Rue du Parc, à Chalon-sur-Saône. Des préavis de grève ont notamment été déposés un peu partout par des fonctionnaires, à l'instar de ceux de l'Hôtel des Impôts, et des salariés de tout le Chalonnais.


Chaque syndicat est venu avec sa liste de revendications, et pour dénoncer, entre autres, les différentes réformes programmées à tous les étages de la fonction publique.


En tête, les syndicats, FO en pole position, qui avaient bien la ferme intention de marteler leur présence, scandant d’une seule et même voix la défense du service public et une revalorisation du pouvoir d’achat. Même revendication pour les retraités, à laquelle s'ajoute celle de leur refus du régime de retraite universel par points.


Les enseignants également présents


Et sur plus une partie du cortège, des enseignants de tous les collèges et lycées de Chalon-sur-Saône, inquiets de la loi sur «l'école de la confiance» de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale depuis 2017. Inquiétude quant à la formation des futurs enseignants, quant à la disparition des directeurs d’écoles avec le rapprochement avec les collèges, réformes du Bac ou des lycées, quant au muselage des profs et de manière plus générale un système éducatif en asphyxie. Les enseignants demandent au ministre «de revoir sa copie».


Manifestement, la confiance n’y est pas...


Le parcours de la manifestation


Parti de la Maison des Syndicats, les manifestants se sont dirigés vers la Rue de Belfort, traversant la Place de Beaune puis le cortège a emprunté la Rue Émiland Menand, en passant devant Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval, qui fumait sa cigarette devant les marches du Tribunal de grande instance. Ce dernier qui plaidait pour une autre affaire, est, rappelons-le, poursuivi pour violation du secret de l'instruction par le parquet de Besançon qui a décidé d'engager une action en justice contre l'avocat, à la suite d'informations parues dans la presse en décembre 2018. Me Schwerdorffer aurait révélé des informations couvertes par le secret de l'instruction à la mère du suspect du meurtre d'Alexia.


Une fois, l'Obélisque dépassé, les manifestants ont emprunté le Boulevard de la République, objectif : la permanence de M. Raphaël Gauvain, député de la 5ème circonscription de Bourgogne. Sa permanence est située au 35 Rue d'Autun. Hélas pour les manifestants, le député n'était pas là. Cette nouvelle n'empêcha pas les différentes organisations de coller des stickers sur les vitres de la permanence.


Prochaine destination : la gare. Les guichets de la gare de Chalon-sur-Saône ne sont ouverts que 5 heures par jour et totalement fermé les dimanches. Longeant la Rue d'Autun, puis reprennent le Boulevard de la République avant de se diriger vers l'Avenue Jaurès, en passant devant la Grande Roue, située Place Pierre Sémard. Elle était en phase de démantelement.


Presqu'arrivé à destination, le cortège a tout de même été stoppé par un dénommé Pascal Bordas. Ce dernier avait une dent contre la SNCF pour 3 annulations de trains. Un vif échange entre les manifestants et M. Bordas, a eu lieu, avant que la situation s'apaise. La décision d'envahir le hall de la gare fut également prise.


La manifestation a ensuite repris son chemin en direction de la Grande Rue Saint-Cosme, tenant le siège du MEDEF de Saône-et-Loire puis remontant en direction du Quai Gambetta puis la Rue du Port Villiers avant de fondre sur la Place de l'Hôtel de Ville.


Afin de prévenir tous risque, le personnel de la Mairie s'est barricadé. M. Claude Cadot, secrétaire générale de la CGT du Chalonnais, a alors lu un discours appelant à «construire un rapport de force plus grand».


Vers les 17 heures, une fois fini le discours, la manifestation se termine. Le cortège, qui a rassemblé environ 500 personnes, se disperse dans le calme.

Les Gilets Jaunes et les enseignants du secondaire appellent à manifester le samedi 30 mars prochain. 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche