Chalon sur Saône

Avant-première du film «Petra» , en présence du réalisateur, à Chalon-sur-Saône

Jeudi, en début de soirée, «Petra», film dramatique espagnol, a été projeté en avant-première et en présence de son réalisateur, au cinéma Axel, à Chalon-sur-Saône. Ce long métrage, tourné en 35 mm, était diffusé dans le cadre du festival «Chefs Op' en lumière», qui a lieu jusqu'au 31 mars. Info-Chalon vous résume ce moment fort de ce festival consacré aux chefs opérateurs.

Le festival «Chefs Op' en lumière» se poursuit avec, hier, à 19 heures, la projection en avant-première d'un film dramatique espagnol, «Petra», en présence de son réalisateur, Jaime Rosales, réalisateur espagnol né en 1970, à Barcelone.


C'est la 4ème fois qu'il se rend à Chalon-sur-Saône, à l'invitation de Mme Chantal Thévenot, présidente de la Bobine, qui a fait sa rencontre à l'occasion de plusieurs éditions du festival de Cannes. Bien que le réalisateur était attendu dans son pays d'origine, il a tenu à faire un crochet par notre ville.


Jaime Rosales, c'est en quelque sorte le Michael Haneke catalan — lequel est du même coup, le Jaime Rosales français —, radiographie et interroge l'être humain, et notamment les rapports qu'il entretient avec le hasard et la violence, omniprésente sous toutes ses formes mais rarement évidente.


Chacun des films de Jaime est une expérience pour le spectateur. On lui doit des courts-métrages comme «Yo tuve un cerdo llamado Rubiel» (1998), «Episodio» (1998) et « The Fish Bowl» (1999) mais aussi 6 longs métrages «Las horas del día» (2003), «La soledad» (2007), «Tiro en la cabeza» — «Un tir dans la tête», dans la langue de Molière — (2008), «Sueño y silencio» — «Rêve et silence»,en français — (2012), «Hermosa Juventud» — «La Belle Jeunesse», dans notre langue —(2014) et «Petra», son dernier film, sorti en Espagne en 2018.


De nombreux cinéphiles voient en Jaime Rosales l'un des plus importants auteurs européens actuels.


Cette manifestation culturelle, consacrée aux chefs opérateurs, est organisée par La Bobine, association chalonnaise de mordus de cinéma qui fête, cette année, ses 30 ans. «Chefs Op' en lumière» se termine le dimanche 31 mars (inclus).


«Petra» a valu à son réalisateur de venir pour la cinquième fois au festival de Cannes. Parmi les acteurs, la grande actrice espagnole, Marisa Paredes, connue notamment pour avoir tourner six fois pour Pedro Almodóvar entre 1983 et 2011, dans des films comme «Tacones lejanos» — «Talons aiguilles», en français — (1991) aux côtés de Victoria Abril, mais aussi dans «La Vie est belle» (1997) de Roberto Benigni ou encore dans «L'Échine du Diable» (2001) de Guillermo del Toro.


En voici le synopsis :
«Après la mort de sa mère, Petra se met à la recherche de son père, qu'elle n'a pas connu. Elle croit le retrouver en Jaume, sculpteur célèbre, vieillissant, égocentrique, manipulateur et cruel. Elle fait également la connaissance de son demi-frère Lucas.»

Le film a été projeté au cinéma Mégarame Axel, situé au 67 Rue Gloriette, à Chalon-sur-Saône.


Fait intéressant, lors du débat qui suivit ce film dramatique sous-titré en français, d'une durée de 1 heures 47, l'échange entre Éric Gauthier, présent dans le public, un des chefs opérateurs les plus demandés au monde et parrain de ce premier festival. Tout aussi intéressantes, furent les questions de plusieurs personnes présentes dans le public qui a apprécié ce film.

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche