Chalon sur Saône

Les enseignants manifestent à Chalon-sur-Saône contre la réforme Blanquer, ce samedi

Les principaux syndicats d’enseignants appellaient à manifester samedi matin dans les rues de Chalon-sur-Saône. Les professeurs opposés au projet de loi pour «l’école de la confiance » dénonçaient un ministre de l’Éducation nationale «autoritaire» et une atteinte à la qualité de l’enseignement. Résumé de cette matinée de contestation par Info-Chalon.

Samedi 30 mars, les professeurs en colère se sont donné rendez-vous, à partir de 10 heures, à Chalon-sur-Saône. Ils se rejoindront sur la de Beaune avant de se diriger dans les rues piétonnes jusqu'aux abords de la Mairie. Les principaux syndicats enseignants contestent le projet de loi dit «École de la confiance» du ministre de l’Éducation nationale.


Une réforme qui ne répondrait pas aux enjeux
Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, SUD, UNSA éducation, SGEN/CFDT, etc) nous ont fait part des principaux reproches adressés à M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse :


— L'abaissement de l'âge de la scolarisation obligatoire pour tous les enfants, passant de 6 à 3 ans. Ainsi, l’argent public va être versé à des écoles privés. En effet, pour de nombreuses communes, cette mesure entraînera des dépenses supplémentaires puisqu’elles devront désormais financer également les maternelles privées sous contrat.
Les principaux syndicats d'enseignants voient dans cette disposition, une mesure favorable aux établissements privés, «au détriment du public».
— Avec le devoir de réserve, les enseignants ne pourrons plus s'exprimer librement. Autre motif de colère, l'«exigence d’exemplarité» qui vaut « y compris hors du service».
— Avec le regroupement collège-écoles du secteur, le poste de directeur d'établissement primaire va disparaître ou deviendrait un principal adjoint.


Pour les différentes organisations syndicales, ces transformations, par leur contenu et la méthode, vont le plus souvent accroître les inégalités, dégrader les conditions de travail des personnels sans répondre à la nécessité d’améliorer le service public d’éducation pour assurer la réussite de tous les élèves et l’élévation du niveau de qualification.


Ils étaient environ 180 à battre le pavé, ce samedi matin, contre la réforme Blanquer, la réforme des lycées et le projet de loi dit «École de la confiance».

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche