Chalon sur Saône

Rassemblement devant la Sous-Préfecture de Chalon-sur-Saône contre la loi «anti-casseurs»

À l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme de Chalon-sur-Saône, un rassemblement réunissant un grand nombre d'organisations et de syndicats était organisé ce samedi 13 avril devant la Sous-Préfecture de Chalon-sur-Saône. Info-Chalon revient sur ce rassemblement visant à protester contre la loi «anti-casseurs».

Ce samedi 13 avril à 10 heures, il y avait du monde devant les grilles de la Sous-Préfecture de Chalon-sur-Saône, située au 28 Rue Général Leclerc. En effet, à l'initiative de la Ligue des droits de l’Homme de Chalon-sur-Saône, présidée par Mme Aline Mathus-Janet, un rassemblement était organisé pour défendre la liberté de manifester et protester contre la loi «anti-casseurs» partiellement censurée par le Conseil constitutionnel et promulguée par le président Emmanuel Macron le jeudi 11 avril dernier.


Non, militer n'est pas un délit!
Plusieurs organisations ont répondu à l'appel de la manifestation : le Parti Communiste (PCF), la Libre Pensée, la France insoumise ainsi qu’Europe Écologie Les Verts, représentée par M. Mourad Laoues, conseiller municipal, et les Gilets jaunes du Chalonnais.


«Bien sûr, l'annulation de l'interdiction administrative de manifester est une bonne chose. Mais le Conseil constitutionnel a laissé le reste! Et ce reste constitue des entraves sérieuses au droit de manifester. Laisser au procureur de la République, magistrat non indépendant au sens de la Convention européenne des droits de l'Homme, le soin de bloquer l'accès à une manifestation en imposant des fouilles et des contrôles à son approche, prévoir que le simple port du masque de protection peut constituer un délit, brandir une menace du recours pécuniaire de l'État contre les manifestants, tout ceci marque la volonté de décourager celles et ceux qui veulent exprimer dans la rue leur opinion», dit Mme la présidente de la Ligue des droits de l’Homme de Chalon-sur-Saône,dans son discours.


Sa prise de parole a été suivie des interventions de la Libre Pensée, de Daniel Faivre, un Gilet Jaune évoquant la violence dont auraient fait preuve les forces de l'ordre à son égard suite à la tentative avortée de manifester devant Amazon, à Sevrey, le 18 mars dernier avant de terminer par un tonitruant «On lâche rien!», vivement acclamé par la foule, d'un représentant du PCF et celle d'une infirmière concernant les conditions d'interpellation de jeunes lycéens et étudiants suite à des manifestations.


Le rassemblement, qui s'est terminé à 11 heures, comptait jusqu'à 80 personnes.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche