Chalon sur Saône

À Chalon-sur-Saône, plus de 500 manifestants dans le calme pour le 1er mai

Ce 1er mai est marqué, à travers tout le pays, par des inquiétudes autour des violences possibles, dans un contexte national toujours très tendu. Mais à Chalon-sur-Saône, comme on s'y attendait, plus de 500 militants, syndicalistes, Gilets Jaunes, sympathisants de gauche et extrême-gauche ont défilé en ville sans le moindre heurt. Résumé de la manifestation par Info-Chalon.

Pour cette fête du travail 2019, Paris et les grandes villes françaises sont sous tension. Mais à Chalon-sur-Saône, la CGT, FO, FSU, Solidaires, le Parti communiste (PCF), la France Insoumise (FI) et une bonne trentaine de Gilets Jaunes se sont retrouvé à 10 heures, Place de Beaune (Kiosque), pour défiler, côte à côte, dans le calme, au son habituel des chants révolutionnaires, des revendications et des slogans scandés au travers d'un micro.


Avec une seule et même cible, sans surprise : Emmanuel Macron.


«L'espoir est dans nos luttes»
Une nouvelle fois, la manifestation du 1er mai a mobilisé du monde, et ce en dépit du temps estival.


Cela n'a pas empêché le cortège de faire entendre une nouvelle fois ses revendications. Sans surprise, les annonces faites par Emmanuel Macron au sortir du Grand débat, la semaine dernière, n'ont ni rassuré, ni convaincu.


«L'exécutif s'enferme dans une dérive autoritaire», dit à l'assistance, Claude Cadot, secrétaire général de l'union locale CGT. Dans ce contexte, «les conclusions du Grand débat national n'ont pour unique objet que de chercher à imposer à marche forcée des reculs sociaux d'une gravité sans précédent».


Le représentant CGT a été relayé par les syndicalistes Mickaël Maréchal (FO), Pascal Poyen (Solidaires) et Cyril Milien (FSU), pour la lecture d'une déclaration commune. Daniel Faivre, un Gilet Jaune a également pris la parole, réaffirmant la volonté du mouvement, apparu en octobre 2018, de continuer son bras de fer avec le gouvernement.


Au cœur des revendications, de nombreuses préoccupations comme la revalorisation des salaires et des pensions (SMIC à 1800 euros), du point d'indice pour les fonctionnaires, réindexation des retraites sur le coût de la vie ou les services publics, et plus largement, la cherté de la vie.


Le cortège est parti de la Place de Beaune en direction du Boulevard de la République en passant par la Rue Émiland Menand et l'Obélisque. Son objectif, comme à l’accoutumée, la permanence de Raphaël Gauvain, député LREM de la 5ème circonscription de Saône-et-Loire, qui se trouve au 35 Rue d'Autun. La devanture de la permanence a été recouverte d'affiches et d'une grande pancarte à l'attention du président. Ensuite, les manifestants ont repris le Boulevard dans l'autre sens en direction de la Maison des Syndicats, située au 2 Rue du Parc.


Ils étaient plus de 500, au plus fort de la manifestation, à battre le pavé, ce mercredi. Ce qui est déjà pas mal pour une ville comme Chalon-sur-Saône.


En fin de défilé, les manifestants l'ont assuré:


L'année prochaine, peu importent le Grand débat et les réformes, ils auront encore de bonnes raisons de descendre dans la rue.


Et ils seront fidèles au poste!

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche