Chalon sur Saône

A Chalon-sur-Saône, derrière Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes Publics, ils étaient ‘En Marche’ !

Une visite ministérielle qui s’est déroulée dans une grande sérénité où le Ministre s’est montré très à l’écoute et accessible. L’interview par info-chalon !

Ce dimanche matin, avec la venue du Ministre chargé de l’Action et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, en visite officielle sur le marché de Chalon-sur-Saône, on pouvait craindre le pire suite aux nombreuses revendications des uns et des autres et l’éventuelle présence de gilets jaunes ou d’opposants venant protester et crier leur mécontentement sur la politique gouvernementale et si les forces de sécurité civiles peut nombreuses étaient aux aguets, il  n’en fut  rien bien au contraire.

Le Ministre, quant à lui, était bien entouré de toute sa force politique du département : Raphael Gauvain, Député de la 5e circonscription, Rémy Rebeyrotte, Député de la 3e circonscription, Vincent Chauvet, Maire d’Autun, Philippe Decroocq, Maire de Bey et Président de la Communauté Saône-Doubs-Bresse et Membre du conseil National LREM, Alain Rousselot-Payet, Maire de Châtenoy-en-Bresse, Philippe Exertier, Référent Départemental LREM, Jean-Thomas Désiré, Référent  départemental Jeunes LREM … mais aussi François Patriat, Sénateur et 1er soutien de LREM  venant du département voisin. pour une visite ministérielle qui s’est déroulée dans une très grande convivialité.

Arrivée aux alentours de 11 heures 45, toute la délégation a arpenté la rue aux Fèvres à Chalon-sur-Saône (rue du marché) pour se rendre dans un premier temps Place Saint Vincent afin de partager un verre de l’amitié au restaurant ‘Le Verre Galant’ et dans un second temps, prendre une collation à la 6e édition des festives, Place de l’Hôtel de Ville.

Aussi en fin de parcours, Gérald Darmanin répondait à trois questions d’Info-chalon :

Qu’avez-vous pensez de l’accueil des chalonnais ?

G.D : « C’est un accueil très chaleureux dans une très jolie ville, avec un marché très sympathique un dimanche matin et l’important pour un homme politique, c’est de venir rencontrer ses concitoyens. Il y a des gens qui sont d’accords, il y en a d’autres qui ne le sont pas mais moi j’ai trouvé que l’on a pu avoir un échange sur tous les sujets, pas seulement européens. Je constate malheureusement que la campagne européenne est peu connue alors que l’on vote le 26 mai, il faut le dire et le redire ! J’ai constaté ici, qu’il y avait aussi beaucoup de sujets municipaux avec des gens qui se plaignent, des gens qui souhaitaient également interpeller leur député et c’est le rôle d’un homme politique d’être proche de ses concitoyens !

 Au cours de votre parcours dans les rues chalonnaises, quelles sont les revendications les plus nombreuses auxquelles vous avez du répondre ? 

G.D : « Alors il y a eu un peu de tout, surtout pour l’Europe, afin de savoir pourquoi il fallait voter, notamment pour Nathalie Loiseau le 26 mai prochain, puisqu’on était là et qu’on distribuait le programme. Vous savez, l’Europe, c’est un petit continent de 6% de la population mondiale et ces 6% de la population mondiale, c’est la première puissance commerciale du monde et c’est aussi 50%  de toutes les dépenses sociales du monde. On est 6%  de la population mondiale et on fait 50%  de toutes les dépenses sociales du monde, cela veut dire que l’on a : Les universités… une espérance de vie de 80 ans pour vivre en bonne santé, par exemple, quand vous avez un cancer on vous soigne, lorsque vous êtes à l’école vous êtes éduqués gratuitement… et bien c’est cela notre dépense sociale, c’est bien notre modèle européen qu’il faut absolument sauvegarder. Alors bien sûr, il y a certains modèles ou certaines choses à améliorer, l’Europe n’est pas parfaite mais c’est un continent qui nous permet depuis de nombreuses années d’avoir ce système de protection sociale. Donc nous, aujourd’hui, on est venus dire aux gens qui s’interrogeaient qu’il fallait garder ce modèle et ne pas donner l’Europe à ceux qui veulent la détruire, notamment le Front National ! ».

Qu’est-ce qui vous fait peur à LREM pour ces prochaines élections européennes ?        

G.D : « Je suis comme tout le monde, je suis un peu inquiet. Je suis inquiet parce que j’aime mon pays et depuis que j’ai l’âge de voter, c'est-à-dire depuis mes 18 ans, les gens qui sont contre l’Europe, ce sont les gens du Front National et que la famille Le Pen qui profite allègrement de l’argent de l’Europe, on voit bien qu’elle surfe sur les peurs. Moi, je comprends les français qui sont inquiets, ceux qui ont perdu leur travail, ceux qui ont du mal à finir leur fin de mois… mais aller vers l’inquiétude en se disant que cela peut être une force pour demain ? C’est donc notre travail à nous de leur donner de l’espoir, bien sûr il y a ceux qui malheureusement voudront aller vers les prophètes de malheur qu’est le Front National et c’est dans ce cas, là oui, et bien que je suis inquiet pour mon pays ! ».

Lors de sa progression le Ministre a été abordé à de nombreuses reprises,

Fait des rencontres fortuites, comme ici avec l’ancien Ministre Christophe Sirugue,

Mais aussi confronté à des revendications du personnel des impôts,

Saluer des commerçants,

S’arrêter sur le stand des sompteuses épices de Fahrane,

Rencontrer le  ‘Zizou’ des macarons,

Confronté aussi à des revendications par l’opposition municipale en place,

Pour terminer par le repas aux festives !

Le photoreportage info-chalon.com 

J.P.B

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche