Chalon sur Saône

Les accompagnants au commissariat contre l'expulsion d'une mère isolée à Chalon-sur-Saône

Cet après-midi, avait lieu une conférence de presse organisée par les accompagnants au commissariat de Chalon-sur-Saône pour alerter sur l'expulsion imminente d'une mère isolée et ses enfants vers la République Démocratique du Congo. Plus de détails avec Info Chalon.

À 14 heures 30, se tenait une conférence de presse organisée par les accompagnants au comissariat, devant l'Hôtel de Police de Chalon-sur-Saône, situé au 2 et au 4 Rue Émile Roux.


Les accompagnants sont soutenus par l'Association de solidarité avec tous les immigrés de Chalon-sur-Saône (ASTI 71), le Comité inter-mouvements auprès des évacués (CIMADE), Agir tous pour la dignité (ATD) Quart monde, la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) Chalon sur Saône, la Fédération Conseil Parents d'Éleves (FCPE), qui intervient car 2 enfants sont scolarisés en primaire et au collège, et de simples citoyens.


L'objet de la conférence : alerter sur l'imminence de l'expulsion de Gina W., une ressortissante de la République Démocratique du Congo (RDC), mère de deux filles, femme d'un opposant à Joseph Kabila, qui dirigea le 2ème plus grand pays d'Afrique après l'Algérie, de 2001 à 2019.


Elle décide de fuir son pays en 2012 après l’arrestation de son mari.


Arrivée en France avec un visa pour le Portugal, Gina, qui vivait depuis 7 ans dans notre pays, a été déboutée du droit d'asile. Sous le coup d'une assignation depuis 45 jours déjà, assignation renouvellée, elle est, depuis 10 heures 30, au commissariat.


Gina est «maintenue au secret», selon les mots d'une accompagnante. Sa vie et celles de ses filles sont menacées dans son pays d'origine, lequel a élu Félix Tshisekedi, fils de l'homme politique Étienne Tshisekedi, comme nouveau président le 30 décembre 2018.


Après trois tentatives pour avoir des nouvelles, les soutiens de cette mère de famille ont appris qu'elle a été emmenée au Centre Hospitalier (CH) de Chalon sur Saône William Morey. Après vérification, il s'avère qu'elle aurait été admise aux urgences.


Selon le collectif, «l'expulsion de Gina remettrait en cause le droit d’asile et les valeurs de fraternité et de solidarité».


«C'est une femme fragilisée, une mère isolée qui plus est, avec deux fillettes qu'on pourchasse, c'est un comble!», nous dit une Chalonnaise venue soutenir Gina.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche