Chalon sur Saône

Commémoration du centenaire du retour du drapeau du 56ème Régiment d'Infanterie à Chalon-sur-Saône

Mercredi, en début de soirée, avait lieu une cérémonie commémorant le centenaire du retour du drapeau du 56ème Régiment d'Infanterie dans notre ville, devant la Caserne Carnot, en présence de nombreuses personnalités locales, associations patriotiques et hauts gradés. Plus de détails avec Info Chalon.

À 20 heures, le 17 juillet 1919, le 56ème Régiment d’Infanterie arrivait en gare de Chalon-sur-Saône, en provenance de Paris où il a assuré, lors du défilé de la Victoire, la garde d’honneur du Roi d’Angleterre, George V, du Roides belges, Albert Iᵉʳ, du Roi d’Italie, Victor-Emmanuel III et du président des États-Unis, Woodrow Wilson.


La municipalité avec le maire de l'époque, Jean Richard — celui du Pont —et le comité du Boulevard de la République s'étaient employés à bien faire les choses. De l’entrée du Boulevard jusqu’à la Caserne Carnot, les rues étaient décorées de bouquets de fleurs, de guirlandes et d’oriflammes. Deux arcs de triomphe furent également dressés. Au centre du parcours, avait été installé un vaste blason aux armes de Chalon, sur lequel un bandeau mentionnait «Honneur à notre glorieux régiment».


«Pour ce faire, on a effectué une collecte dans le quartier. Son produit a dépassé les dépenses nécessaires. On a donc décidé d’ajouter l’accessoire au nécessaire : 1400 cigares seront distribués aux glorieux Poilus! De son côté, le Comité de quartier Saint-Laurent n’est pas en reste et a préparé la décoration de la Rue de Strasbourg. Partout dans Chalon, répondant à l’appel de la municipalité, on a décoré fenêtres et pieds de portes. La fête se poursuit le lendemain. À 9 heures, un cortège se reforme du côté de la Gare. La fête se prolonge encore le dimanche 20 juillet, à 9 heures, lorsqu’une salve est tirée du champ de tir par les canons de 220mm des chantiers Schneider implantés au Petit-Creusot.


Ce même jour, la cour de la Caserne Carnot est le théâtre d’un banquet en l’honneur des soldats. Et dès 17 heures, la musique du 56ème joue se produit au kiosque de la Place de Beaune. En soirée, un feu d’artifice est tiré. Pour clore cette journée, un bal populaire est donné Place de Beaune de 22 heures à 2 heures à du matin » explique Gilles Platret, le maire de Chalon-sur-Saône.


Hier, cent ans après, jour pour jour, heure pour heure, notre ville commémorait le retour du drapeau du 56ème Régiment d'Infanterie.


Si les réjouissances ont mis du baume au coeur aux soldats survivants de retour dans leur garnison, elles n’ont pu effacer leur baptême du feu, le 20 août 1914, à Gosselming (Moselle) et les terribles journées qui suivirent, lesquelles furent une véritable hécatombe. En effet, le régiment déplora 434 hommes tués durant la période courant jusqu’au 31 août 1914.


Les festivités organisées en l'honneur du retour des survivants n'ont pu effacer également les combats des Hauts-de-Meuse, à compter de septembre 1914, et plus particulièrement ceux du secteur de Saint-Mihiel et du Bois d’Ailly, lieux où le régiment combattit jusqu’à fin septembre 1915, laissant plus de 1000 morts sur le terrain, notamment dans les apocalyptiques combats du printemps 1915 Le 56ème Régiment d'nfanterie quitta alors la Meuse pour rejoindre la Champagne où son chef de corps, le lieutenant-colonel Duchet, fut mortellement blessé, le 5 octobre 1915. Ensuite il rejoignit le secteur du Bois d’Ailly où il combattit jusqu’au 2 décembre 1915.


Le 26 juillet 1916, le régiment fit mouvement pour être engagé dans la terrible Bataille de Verdun. Le 2 août, il fut à son tour lancé dans le secteur de Fleury-sous-Douaumont, d’où il fut relevé le 9 août, plus de ses 800 hommes ayant été mis hors de combat.


Ensuite, il gagna ensuite la Somme, d’où il fut relevé le 5 janvier 1917, après un terrible séjour durant lequel les Poilus furent englués jusqu’au ventre dans la boue glacée. Le régiment revint sur le front de Champagne en septembre 1917 et y lutta jusque fin mars 1918. Engagé dans la guerre de mouvement qui débutait alors après une stagnation de plusieurs années, les Poilus du 56ème combattirent du 2 avril au 28 mai 1918 dans l’Oise. Le 11 novembre 1918 , date où fut signé l'armistice qui mit fin à la Première Guerre Mondiale, surprit le régiment dans sa progression à 4 km du Guise, dans l’Aisne.


Le bilan humain de tant de sanglantes campagnes fut une immense douleur : 2750 tués sur les 4157 morts pour la France que comptèrent les quatre régiments chalonnais.


«Laissant des familles décimées. À Chalon, comme partout en France. Et, si vous me le permettez, comme partout en Europe et dans le monde!», poursuivit le maire.


Étaient présents à la cérémonie, hormis le maire, Christian Marmillon, conseiller municipal de la majorité représentant le président du Grand Chalon, Sébastien Martin, en charge du monde patriotique, Sylvain Hilairet, nouveau directeur de la Base Pétrolière interarmées (BPIA) Caserne Carnot et commandant d’Armes de la place de Chalon-sur-Saône, le Major Laurent Texeraud, adjoint du commandant de la Compagnie de Gendarmerie de Chalon-Sur-Saône, Lionel Gauthier, adjoint du commandant de Police de Chalon-sur-Saône, Dominique Melin, conseillère municipale et vice-présidente du Grand Chalon en charge des équipements sportifs d'intérêts communautaires et du soutien aux activités sportives, Dominique Rougeron, conseillère municipale déléguée aux relations avec le monde culturel et sportif, Jacqueline Gaudillière, conseillère municipale déléguée chargée des relations avec les clubs d'Anciens, Pierre Carlot, conseiller municipal délégué aux sports, François Mosca, président de l'Union nationale des parachutistes de Chalon (UNP), section 712 Guy De Combaud Roquebrune et Jean-François Drillien, président du comité de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA) de Chalon-sur-Saône, pour ne citer qu'eux.


Une cérémonie encadrée par d'une dizaine de porte-drapeaux placés sous la direction de Marcel Landré de l'Union Nationale des Parachutistes (UNP) et des hommes de la Caserne Carnot.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche