Chalon sur Saône

2ème réunion pour la création d'une association congolaise dimanche à Chalon-sur-Saône

Dimanche, en début de soirée, avait lieu la 2ème réunion en vue de la création de Bana Kongo, une association qui représenterait les intérêts de la communauté congolaise de Chalon-sur-Saône. Comme lors de la 1ère, cette réunion a une nouvelle fois fait l'objet d'âpres débats. Plus de détails avec Info Chalon.

Dimanche, à 18 heures 30, au restaurant associatif situé sous le centre commercial des Aubépins, Saveurs d'Afrique & D'Ailleurs, avait lieu la 2ème réunion en vue de la création de Bana Kongo ( «Peuple du Congo» en lingala*), une association culturelle congolaise et qui représenterait les intérêts de la communauté à Chalon-sur-Saône.


Originaire de 3 pays d'Afrique Centrale et Australe (République du Congo ou Congo-Brazzaville, République Démocratique du Congo ou Congo-Kinshasa et Angola), la communauté congolaise représente plus de 350 personnes — enfants inclus — dans la Ville de Nicéphore Niépce.


Le 8 septembre dernier, lors de la 1ère réunion, 18 personnes se sont inscrites. Réunion au cours de laquelle Afrique Terre des Hommes (ATDH), par l'entremise de son président, David Mayingila, lui-même signataire, s'était engagé à la gestation de la future association sur une période d'un an.


Les débats étaient en lingala, en français —langue officielle des deux Congo; le portugais est la langue officielle en Angola — et en frangala**. Notons également la présence de Guy Tibé, président de l'association Diaspora Africaine de Bourgogne Franche-Comté (D.A.B.F-C), en qualité de «simple observateur».


Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le débat était aussi houleux que le 8 septembre. Cela est compréhensible tant l'attente est grande au sein de la communauté congolaise.


«La transparence doit être l'affaire de tous», lance Régis, un des intervenants qui rajoute qu'avant «d'être structurés, il faut être soudés».


Estimant que la création de Bana Kongo ne doit être prise à la légère, Adèle Masengo, également représentante des femmes au sein de D.A.B.F-C, rappelle, de son côté, que «tout le monde doit respecter leurs engagements» faisant allusion à la liste des inscrits.


Le 1er axe abordé lors de cette réunion fut le suivant : Comment on s'organise pour réfléchir ensemble?


Régis a proposé la mise en place d'un cahier des doléance où chacun pourra donner ses idées. Chacun des points évoqués sera alors voté lors d'une assemblée à laquelle tout membre de la communauté congolaise âgé de plus de 18 ans pourra prendre part. Au sortir de ce vote et la constituation d'un comité de pilotage composé de 9 membres, le 29 septembre. Ce dernier désignera 3 membres pour un bureau provisoire (président, secrétaire et trésorier).


Quant à la 3ème réunion, elle aura lieu le 6 octobre, toujours au Saveurs d'Afrique & D'Ailleurs. L'horaire de la réunion sera communiqué, à l'issue de cette prochaine réunion.

 


* Langue bantoue parlée par 15 millions de locuteurs, essentiellement parlée, essentiellement dans les villes de Kinshasa, Brazzaville, Mbandaka et Kisangani, répandue dans la République du Congo, la République Démocratique du Congo, en Centrafrique, dans l'enclave angolaise de Cabinda et en Angola (dans le Nord du pays principalement dans la région de Uíge). 30 millions de personnes la parlent en seconde langue et 25 millions en troisième langue, essentiellement dans les autres grandes villes des deux Congo.
** Il s'agit d'une forme de lingala répandue parmi la diaspora congolaise à l'étranger et dans certains centres urbains, ressemble fortement à une langue créole avec beaucoup de mots de vocabulaire du français.

 

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche