Cinéma

Projection jeudi de «Papicha» ou un combat d'une jeune femme algérienne pour sa liberté dans la Décennie noire

Jeudi soir, La Bobine, association Chalonnaise pour le cinéma, vous propose 2 chances de voir «Papicha» , un long-métrage qui nous plonge dans l'Algérie des années 90 où une jeune femme se bat pour sa liberté et brave tous les interdits de la société en organisant un défilé de mode. Plus de détails avec Info Chalon.

À 19 heures et 21 heures, jeudi, les passionnés du 7ème art ont rendez-vous, avec La Bobine, l'association des cinéphiles Chalonnais, au Mégarama Axel, pour «Papicha», un film algérien réalisé par Mounia Meddour.


Ce long-métrage avec Lyna Khoudri, Shirine Boutella, Amira Hilda Douaouda, Zahra Doumandji, Yasin Houicha, Nadia Kaci et Meryem Medjkane, d'une durée d'1 heure 46 minutes nous plonge dans l'Alger des années 90, période appelée la Décennie noire.


Nedjma (Lyna Khoudri), 18 ans, est une étudiante à la personnalité indomptable habitant la Cité Universitaire, rêve de devenir styliste. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds par le discours machiste dominant dans la société algérienne et n'hésite pas à enfreindre les règles pour assouvir sa passion. À la nuit tombée, elle se faufile, avec son amie Wassila (Shirine Boutella), à travers les mailles du grillage de la Cité avec leurs meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux papichas* dans les toilettes.


Les deux copines se maquillent, fument, mais se camouflent aussitôt sous un hijab** lorsque l'armée croise leur route.


L'ambiance est pesante et la situation politique et sociale en Algérie ne cesse de se dégrader alors que la radio égrène de terribles nouvelles d'attentats. Au même moment, d'étranges affiches envahissent les murs d'Alger appelant les femmes à revêtir «l'hijab de la musulmane» et le désir d'exil est à son paroxysme.


Refusant cette fatalité, Nedjma, qui n'a pas envie de quitter ce pays qu'elle aime, décide de se battre pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits.


1er long-métrage de Mounia Meddour, «Papicha» est un film émouvant et salutaire qu'il ne faut absolument pas rater. Il a obtenu le Prix du public et du meilleur scénario ainsi que le prix de la meilleure actrice pour Lyna Khoudri, au Festival du film francophone d'Angoulême 2019.


Signe des temps et qu'un vent nouveau souffle sur le plus grand pays d'Afrique, «Papicha» représentera l'Algérie aux Oscars du cinéma 2020, à Los Angeles.

 


(Crédits photos du film: ©Jour2Fête)

 

 

* En argot algérien, les jolies jeunes filles.
** Voile ou foulard porté par des femmes musulmanes et qui couvre leur tête en laissant le visage apparent.

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche