Chalon sur Saône

CONSEIL MUNICIPAL CHALON - Arbres coupés contre arbres en jardinière

La polémique des arbres coupés sur le quai des Messageries a une nouvelle fois été abordée en conseil municipal de Chalon sur Saône ce jeudi soir.

La lettre ouverte publiée sur info-chalon.com ce mercredi matin, est revenue sur la table du conseil municipal. C'est Nathalie Leblanc, conseillère municipale de Chalon Autrement qui est revenue sur la disparition des trois arbres, dénonçant au passage le changement d'aménagement de la Place du Châtelet "sans concertation" remplaçant "des arbres coupés par des arbres en pots". Des propos corroborés par Mourad Laouès, conseiller municipal d'opposition et qui vient d'officialiser sa candidature aux prochaines municipales pour le Collectif Bien Vivre à Chalon, "l'enjeu, c'est la réduction des ilôts de chaleur par un accroissement de la végétalisation des toitures et des façades. Je m'interroge aussi sur l'abattage des arbres sur les quais, remplacés par des arbres en jardinière qui n'auront jamais le rôle d'arbres en terre".

Conscient de la polémique qui avait du mal à s'éteindre, Gilles Platret est resté posé pour répondre à ses détracteurs, démonstration que la période de la campagne électorale est bel et bien lancée. Le maire a rappelé que les arbres avaient été plantés dans les années 50 et qu'en aucun cas le quai des Messageries n'avait été construit pour accueillir une allée bordée d'arbres mais bien avec une vocation dédiée au commerce initialement. 

"On a eu l'accord des services de l'Etat et de l'Architecte des Bâtiments de France"

Se retranchant derrière les autorisations officielles, Gilles Platret a réaffiché ses objectifs de "fenêtre sur la Saône" à l'image de ce qui existe depuis la Place du Port Villiers. "Il s'agissait de créer une échappée visuelle. C'est le projet qui nous anime depuis le début du mandat. Tout est construit pour que la perspective parte en direction de la Saône" soulignant que des "végétaux bas viendront prendre place sur les quais le long de l'ancien chemin de halage".

"Ce projet n'a pas été mené sans l'accord de l'Architecte des Bâtiments de France. Cela n'aurait pas été possible autrement. Ce genre d'aménagement a été soumis à la critique publique" a insisté le premier magistrat.

"On n'est pas les ennemis des arbres en ville"

Devant la polémique, Gilles Platret a sorti la calculatrice une nouvelle fois, évoquant les 622 arbres plantés depuis 2015 face aux 307 arbres abattys (dont 47 au cours de la tempête) - 60 arbres seront d'ailleurs plantés à l'automne. Le maire a mis en avant le plan canicule, avec "la  volonté de végétaliser  une partie des cours de chaque école de Chalon sur Saône. On n'est pas les ennemis des arbres en ville".

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche