Châtenoy le Royal

Cérémonie de recueillement à l’église pour ce 11 novembre

Les prêtres et les fidèles de la paroisse du Bon Samaritain dont la commune de Châtenoy-le-Royal fait partie, ont tenu à renouveler des instants de recueillement et de prière dans l’église dédiée à Saint-Martin, commémoré en ce 11 novembre, et ce en marge et au début de la cérémonie patriotique de l’Armistice de 1918.

Cette cérémonie de recueillement avait été crée l’an dernier et il avait été évoqué la sonnerie aux Morts entendu avec beaucoup d’émotion, particulièrement par ceux qui ont eu à l’entendre devant le cercueil d’un frère d’armes faisant partie de son régiment ou plus particulièrement de sa section. On ne peut pas rester insensible à cette écoute.

Cette année André Genot, initiateur de cette cérémonie a voulu axer ce recueillement sur la Paix dans ce contexte national et international que nous connaissons, mais en regardant surtout vers l’avenir, tout en parlant de paix sans tourner le dos à l’histoire.

Evidemment quoi de plus fort que de rappeler ces paroles du Christ lequel a donné aux hommes comme premier commandement « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. ». Geste fort et symbolique avec la lecture d’une prière d’un imam français ou il est dit entre autres : « Les serviteurs de Dieu, les plus Gracieux sont ceux qui marchent sur cette terre avec humilité et quand nous leur parlons, nous disons « Paix ».
Prière renforcée par celle de la bienheureuse Soeur Teresa : 
« Si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui divise, alors la paix viendra.
Si tu estimes que c’est à toi de faire le premier pas, alors la paix viendra.
Si tu te ranges de coté du pauvre et de l’opprimé sans te prendre pour un héros, alors la paix viendra.
Si tu crois que la paix est possible, alors la paix viendra. »

Quelques phrases extraites de cette Prière qui rejoint celle de François d’Assise, qui avait pour devise « Pax et bonum » paix et bonheur : « Faites de moi Seigneur un instrument de paix, là où est la haine, que je mette l’amour, Là ou est le désespoir que je mette l’espérance … »
Il a appartenu à Dominique Galmiche, diacre de la paroisse de transmettre la parole du Christ par l’Evangile de Jean ou l’on peut entendre et comprendre un geste fort pour la Paix : «  C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. » Un texte qui a permis au Diacre d’apporter une réflexion à chacun « sur la réconciliation des hommes entre eux et avec Dieu, le rapprochement de ceux qui sont loin, l’unité de tous, croyants et païens. » et dans un signe de Paix pour conclure cette cérémonie.

JC Reynaud

Météo locale

Recherche

Mode et beauté