Châtenoy le Royal

Le jeu d'échecs un accompagnement médico-social du handicap

Dans la logique de son fonctionnement social, l’Echiquier Royal s’investit dans le monde du handicap en enseignant ce jeu cérébral afin de mieux aider les personnes en situation de handicap.

C’est impressionnant de voir la maitrise engagée par la vingtaine de personnes réunie dans les locaux du Relais RETIS, 26 avenue Jean Jaurés à Chalon-sur-Saône, « apprentissage » pour certains ou développement de leurs connaissances échiquieres pour d’autres. Assuré par un encadrement de chevronné au jeu d’échecs, tous membres de l’Echiquier Royal de Châtenoy-le-Royal, cette séance, deuxième du genre, s’inscrit dans la continuité d’une action commencée en novembre 2016 par le club châtenoyen.

Une telle opération est voulue par la Fédération Française d’Echecs et le club « banlieusard » tient à cette action car elle revêt un grand intérêt pour celles et ceux qui reçoivent. Essentiellement des personnes suivies par le Centre hospitalier de Sevrey, le Relais RETIS ayant, comme son nom l’indique, pour but de Réhabiliter, d’Engager de manière Thérapeutique une Insertion dans un but de Socialisation des malades. En finalité ces personnes suivies et en position d’handicap, devraient pouvoir intégrer le club d’échecs, concrétisation d’une volonté de retrouver une certaine concentration et de mieux développer la mémoire, souvent cause d’échecs dans la vie. C’est un accompagnement de la personne, un geste de solidarité sous couvert également des PEP 71.

Béatrice, éducatrice au sein du SAMSAH (Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés) est très consciente de l’utilité d’une telle action :  « Cela permet à la personne de reprendre confiance en soi, d’aller chercher une solution au problème, une démarche qui peut lui permettre de travailler plus tard. et de mieux vivre la maladie psychique et dépasser les difficultés. »
Effectivement en rencontrant quelques-uns des participants à cette séance éducative au jeu d’échecs, on se rend vite compte de l’intérêt que ce jeu peut apporter.
Pour Véronique et son grand sourire : « C’est très intéressant mais j’ai du mal à comprendre le déplacement des pièces. J’ai une amie qui vit chez moi et qui joue également, cela me permet de continuer à jouer. J’ai très envie de m’inscrire au club de Châtenoy-le-Royal car cela me fait travailler le cerveau et çà me libère. »
De son coté Marine trouve : « Que c’est un jeu passionnant. Il faut beaucoup jouer pour comprendre, surtout il faut se concentrer et j’ai des difficultés à comprendre mais je vais continuer à apprendre car cela occupe bien l’esprit. »
Quant à Mamar, le joueur confirmé du groupe de ce jour : «  Je me suis fais battre aujourd’hui par plus fort que moi. mais j’ai pu surtout mettre en place de nouvelles stratégies pour mieux travailler ensuite. »
La conclusion est donnée au Président de l’Echiquier Royal, Bernard Agius, instigateur de ces rencontres : « C’est très plaisant de pouvoir participer à une telle action et surtout d’apporter quelque chose à ces filles et ces garçons avec lesquels nous créons des liens autour de notre sport. »
Il n’est pas exclu qu’il est d’autres rendez-vous de programmés en 2017.

JC Reynaud

Annonces