Châtenoy le Royal

Alexis Peulson en a terminé avec son Tour de l’Agriculture Française

3353 kilomètres parcourus, près de 4 mois à sillonner les routes agricoles de France, Alexis Peulson revient à la ferme familiale avec beaucoup d’initiatives et de réflexions en tête.

Dernière étape du Tour de l’Agriculture Française pour Alexis Peulson, parti le 16 septembre 2018 depuis la ferme familiale du Grand Coppis à Châtenoy-le-Royal afin d’effectuer un tour de la France agricole. Près de quatre mois sur un vélo pour aller à la rencontre du monde agricole pour ce jeune étudiant ingénieur de 22 ans.

info-chalon.com l’a suivi tout au long de son périple et c’est avec plaisir que nous avons pu faire les derniers mètres ensemble pour son arrivée ce mardi 15 janvier 2019.
Un parcours de 3353 kilomètres qui a permis à Alexis Peulson de faire quelques 71 rencontres de tout type : des agriculteurs bien sur, mais aussi des chercheurs ou encore représentants du monde syndical agricole.

Des pratique innovantes

Ce qui a frappé notre globe-trotter c’est d’avoir découvert de très nombreuses initiatives d’une grande diversité : «  J’ai pu voir plein de pratiques innovantes et qui fonctionnent. Des initiatives individuelles mais hélas il manque des structures qui les accompagnent. J’ai senti ce manque d’accompagnement auprès des agriculteurs auxquels s’ajoute ce mal-être, cet acharnement au regard des produits Phyto. Le monde agricole le vit très mal, sans doute à cause d’une information de certains médias, loin du monde agricole, qui en finalité font que les agriculteurs ne sont pas aimés. Certes il a beaucoup de problématique et mes rencontres avec les chercheurs m’ont permis d’avoir une bonne analyse de la situation d’autant que parfois cela est difficile du fait de la dépendance avec la PAC. »

Un voyage bien organisé

Revenant sur le parcours effectué, il faut savoir que notre jeune étudiant ingénieur avait bien préparé son voyage par des contacts pris à l’avance, pour les deux tiers. Ensuite il fallu faire des recherches le long du parcours : « J’ai toujours eu un accueil super de la part du onde agricole. J’anticipais mes trajets deux semaines à l’avance et je faisais des parcours journaliers de 70 à 80 km. En gros je passais 3 à 4 heures sur le vélo et toujours hébergé chez l’agriculteur. J’ai pu ainsi me rendre dans tout type d’exploitation. »

Trois réflexions à chaud

C’est encore transpirant et descendant du vélo que nous avons pu partager quelques questions avec Alexis. A chaud nous lui avons demandé trois temps forts de ce périple, sachant que dans la tête d’Alexis est déjà programmé un bilan d’ensemble qu’il va décanter et synthétiser dans les semaines à venir. Peut-être le verront nous donner quelques conférences ou écrire un livre.
En attendant il revient de son périple en ayant ces trois constatations : «  Je retiens le dynamisme des agriculteurs, ce sont des gens passionnés par leur métier et qui connaissent bien leur boulot. Ceci est valable pour toutes les générations que j’ai rencontré et un vrai plaisir de partager ce qu’ils font.
J’ai aussi remarqué leur technicité que ce soit pour le monde vivant, pour la nature. ils savent les choses essentielles de la vie. Ils savent faire le lien avec la nature, un vrai et authentique « Bon sens paysan »
Et en troisième point j’ai constaté que de nombreux agriculteurs ne sont pas issus du milieu agricole. Que ces personnes sont venues avec des idées innovantes que l’on ne peut pas toujours appliquer en reprenant une ferme parentale. Si j’avais un conseil à donner à des jeunes : qu’ils découvrent les différentes pratiques; qu’ils fassent des recherches documentaires pour bien s’engager dans le monde agricole. »

Retour aux études d’ingénieur

Une belle expérience pour Alexis Peulson qui va reprendre le cours de ses études à Sup-Agro de Montpellier dans un domaine qui l’intéresse également : l’eau et sa gestion. La gestion de l’eau est une des pratiques courantes du monde agricole. Beaucoup d’agriculteurs surveillent la qualité de l’eau d’autant qu’il n’est pas exclu d’adapter les cultures traditionnelles du fait du réchauffement climatique. Des réflexions sont en cours, y compris dans le monde de la viticulture, ce qui pourrait un jour changer le visage de notre Bourgogne. Encore un grand Bravo Alexis et merci pour sa collaboration au cours de ce Tour de l’Agriculture Française.

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche