Cinéma

Jeudi soir La Bobine abordait la question de la violence ordinaire dans «Comme si de rien était»

Dernière séance présentée par l'association chalonnaise des mordus du 7ème art, La Bobine, avant la Fête du cinéma, «Comme si de rien était» est un film d'Outre-Rhin qui aborde la question de la violence ordinaire faites aux femmes. Plus de détails avec Info Chalon.

À 19 heures et 21 heures, ce jeudi 27 juin, dans une salle climatisée du Mégarama Axel, situé au 67 Rue Gloriette, à Chalon-sur-Saône, La Bobine, l'association pour le cinéma, proposait un film en VOST, signé Eva Trobisch, «Comme si de rien était» (2019) — Titre original : «Alles ist gut», «Tout va bien» dans la langue de Goethe — avec Aenne Schwarz, Andreas Döhler, Hans Löw. Le film traite du thème de la violence ordinaire faite aux femmes.


En l'absence de Chantal Thévenot, présidente de La Bobine, association qui a fêté ses 30 ans, c'est Laurence qui a présenté le film.


Janne est une femme moderne, éduquée, rationnelle, une femme qui réclame le droit d’être qui elle veut. Lors d'une réunion entre anciens camarades sa vie bascule. Mais elle va persister à faire semblant que tout va bien, refuser de se considérer comme une victime et de perdre le contrôle… jusqu’à quand ?


Dans ce long-métrage d'1 heure 30 résolument engagé, la réalisatrice allemande travaille très intelligemment sur cette thématique en questionnant l'image de la victime. Un point de vue inédit que la performance de l'actrice principale rend poignant.


«Comme si de rien était» était avec «Eric Clapton : Life in 12 bars», diffusé lundi dernier, à 19 heures 30, les deux derniers films programmés par l'association avant la Fête du cinéma, les 1er, 2 et 4 juillet, toujours au Mégarama Axel où 5 films seront projetés («Un coup de maître», «Mon meilleur ami», «Frères de sang», «Grass» et «Yuli» en avant-première) qui clôt cette saison 2018/2018).

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche