Culture

Le 26 avril à Chalon la voix d'Anaïs Delva déposera sur un piédestal les princesses de Disney

Alors que tout prédispose en ce moment à la féerie, et pour cause, Anaïs Delva, elle, la fera perdurer le mercredi 26 avril 2017 à 14h30 à la salle Marcel-Sembat de Chalon-sur-Saône. L’interprète du monumental «Libérée, délivrée » y chantera les princesses tout droit sorties de l’univers ô combien enivrant de Disney. « Blanche-Neige et les Sept Nains », « Pocahontas », « Raiponce», etc. renaîtront ainsi pour le plus grand plaisir de tous, et surtout de toutes. Noël, c’est maintenant…et plus tard ! Interview pour info-chalon.com

Combien de titres vivrez-vous en concert à Chalon-sur-Saône, et comment cela se passera-t-il sur scène ?

«On va interpréter tout simplement l’album (plus d’un million quatre cent mille écoutes en streaming, et plus de 30.000 ventes N.D.L.R.) dans son intégralité : « Anaïs Delva et les princesses Disney », qui est sorti l’année dernière, plus une chanson du film « Descendants » de Disney. Le nombre de titres je ne peux pas vous le dire, je ne l’ai pas en tête. C’est un vrai concert, je suis avec mes quatre musiciens, donc c’est du live de A à Z avec des réinterprétations et des réarrangements de grands titres de Disney que tout le monde connaît, de manière un petit peu différente, un petit peu plus moderne. »

Comment en êtes-vous arrivée à chanter les princesses de Disney ?

« L’effet déclencheur a été « La reine des neiges », parce qu’effectivement ça a été une belle aventure qui a pris une tournure assez inattendue avec l’énorme succès que l’on connaît du film. Et donc du coup on a eu envie de continuer à travailler ensemble avec Disney. Je viens de la comédie musicale, j’ai déjà sorti pas mal de choses, Disney m’a proposé de faire un album de reprises des princesses. J’ai trouvé que c’était une super bonne idée, ça me plaisait beaucoup car j’adore ces chansons. Nous n’avons pas réfléchi longtemps, nous y sommes allés. »

Très ciblé, votre public ne doit avoir pour vous que les yeux de Chimène ?

« Ce qui est marrant, c’est qu’avec Disney il y a un public qui est quand même assez intergénérationnel. Effectivement, il y a beaucoup d’enfants pour qui je représente Elsa, et Elsa c’est le personnage que les petites filles en particulier ont aimé ces dernières années. C’est magique là-dedans, et ce qui est assez chouette, c’est aussi de se rendre compte que finalement il y a autant d’adultes qui vont venir au concert et redécouvrir les chansons de Disney. C’est quelque chose que j’aime bien observer. Les chansons que je chante s’adressent même encore plus aux adultes, puisque c’est davantage leur génération. Des chansons comme « La Belle et la Bête », « La Belle au bois dormant », etc. les petites filles les connaissent finalement beaucoup moins bien que leur mère. C’est assez agréable. »

Disney a-t-il le sentiment de vous devoir une fière chandelle ?

«Il faudrait leur demander, mais je ne pense pas (rires). Je crois que ça a été un travail d’équipe et que moi aussi je leur dois une fière chandelle !  Ils ont amené quelque chose de très joli dans ma vie, et puis beaucoup de choses ont changé depuis « La Reine des neiges », donc je leur en suis très reconnaissante. »

Le regard illuminé des petites filles dans les salles vous renvoient-ils à votre propre enfance ?

« Oui, complètement. J’ai beaucoup rêvé devant Disney,  j’ai rêvé d’ailleurs de faire une voix de Disney quand j’étais plus jeune. Je trouve ça assez beau comme parcours, je me dis que quelque part la boucle est bouclée, et j’espère créer quelques vocations chez les petites filles, et les petits garçons d’ailleurs. Ce sont les futures voix de Disney. »

Vous sentez-vous prisonnière de l’emprise du fameux titre « Libérée, délivrée » ?

« Non, ça fera toujours partie de ma vie, car c’est un tube, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, partout. C’est une chanson qui a gagné quand même un Oscar, par conséquent c’est une chanson emblématique maintenant, mais ça ne m’empêche absolument pas de faire plein d’autres choses. Donc, ça va. »

Votre carrière artistique ne se résume pourtant pas qu’aux princesses Disney. Vers quelle forme va votre préférence ?

« J’aime la comédie musicale, je suis autant comédienne que chanteuse, je fais aussi du théâtre, etc. Il n’y a pas spécialement de registre dans lequel je suis le plus à l’aise, mais en tout cas je ne me cantonne pas du tout aux princesses de Disney, ça fait sept ans que je suis sur les planches, que j’enchaîne les rôles. La rencontre avec Elsa a été une belle rencontre, ça ne résume cependant pas tout ce que j’ai pu faire. »

Aux douze coups de minuit signifiant la fin de la tournée, Cendrillon réenfilera-t-elle le bleu de chauffe ?

« J’ai des projets, même qui vont avoir lieu pendant la tournée. Je devrai retourner sur scène pour un projet de pièce musicale à la rentrée prochaine, mais je ne peux pas vraiment en dire plus pour le moment. »

 

Anaïs Delva effectuera une tournée en France et en Belgique à partir du 8 avril prochain, à la suite d’un premier concert à La Cigale en avril 2016, suivi d’un autre au Trianon de Paris au mois de septembre. Malgré son jeune âge, Anaïs a déjà pris part à pas mal de comédies musicales : « Roméo et Juliette », « Cendrillon », « Dracula », « Hansel et Gretel », « Salut les copains ». Elle a également joué aux côtés d’Arthur Jugnot dans La Dame Blanche, participé par ailleurs à une palanquée de doublages. La bande originale de « Libérée, délivrée » a cartonné : 400.000 albums physiques écoulés, 48 millions d’écoutes en streaming, et une présence dans le Top 100 des ventes pendant 110 semaines consécutives ! 

 

 

Les modalités pratiques

Tarifs de 26,00 à 65,00 euros. Réservations : Fnac, Carrefour, Magasins U, Intermarché, Géant Casino…et sur http://bit.ly/2eXAj1Y

                                                                         Propos recueillis par Michel Poiriault

                                                                         poiriault.michel@wanadoo.fr

  

 

 

 

 

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche

Mode et beauté