Culture

Angelico Surchamp, s’est éteint le 1er mars

Fondateur des Editions du Zodiaque, ce bénédictin a consacré sa vie à transmettre la beauté de l’Art Roman, tout en laissant aussi une trace de sa vie de peintre aux motifs abstraits.

Il est des personnages qui traversent parfois votre vie et qui vous apportent un rayonnement simple, empreint de sagesse et beauté. C’est le cas avec Dom Angelico Surchamp, moine de la Pierre qui Vire depuis 1942, né à Troyes en 1924 et décédé ce 1er mars 2018 à l’âge de 94 ans. Il vint se retirer au couvent des bénédictines de Venière à Boyer (71) ou il en était aumônier durant près de 20 ans.

Il fonda les Editions du Zodiaque, une collection éminemment reconnue, éditée et imprimée, il n’y a pas encore si longtemps, par les moines de l’abbaye de la Pierre qui Vire (89) et traitant de la beauté de l’Art Roman. Ce sont près de 200 volumes qui ont édité et qui continuent à l’être, depuis 2015, grâce à l’éditeur Stéphane Bachès.

L’autre facette de José Surchamp était la peinture, sans doute liée à sa vie d’enfance, mais aussi attiré par l’oeuvre du moine Florentin Fra Angelico duquel il prendra le nom lors de son entrée au monastère.

Cette passion il la transmettra sur quelques 400 toiles, mais aussi en réalisant des oeuvres au sein de chapelles, oratoires. Particulièrement en ce qui concerne notre département de Saône-et-Loire, Angelico Surchamp, a décoré la petite chapelle du hameau de Velée sur la commune d’Anost. C’est en 2004 qu’il y viendra une dernière fois pour soutenir l’association locale qui a décidé de gérer la conservation de ce lieu.

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche