Culture

Mandol’in Echo prépare son concert avec Mandolinata de Genève prévu le 2 juin

Mandol’in Echo a fait son apparition dans le paysage musical chalonnais en juin 2014 et depuis cette date l’ensemble à plectres, composé de sept instrumentistes (mandolines, mandole, guitares), continue son bonhomme de chemin, fait de répétitions, de concerts et de rencontres...


De rencontres. Parlons-en ! Au cours du stage international de mandoline et guitare de Mirecourt 2015 Josiane Blavier, présidente de Mandol’in Echo, a fait la connaissance de Frank Beyer, son homologue de Mandolinata de Genève, et au fil de la conversation est née l’idée d’une rencontre entre l’ensemble chalonnais et l’orchestre de mandolines et guitares genevois. Une idée qui s’est concrétisée fin 2017 avec un déplacement des musiciens de la cité de Niépce les 25 et 26 novembre en Suisse. Et qui se poursuivra avec la visite des mandolinistes et guitaristes helvètes à Chalon pendant le week-end des 2 et 3 juin 2018, avec notamment un concert le samedi soir au Studio 70 à 20 heures.
Depuis plusieurs semaines, chaque samedi, les membres de Mandol’in Echo préparent leurs retrouvailles musicales avec leurs amis suisses et la salle municipale Claudius-Gazelle, mise à disposition par la Ville de Chalon, résonne des airs répétés avec le plus grand soin.
Demandez le programme !
Le programme du concert du 2 juin est d’ores et déjà connu. On pourra entendre la tarentelle opus 18 de Raffaele Calace, compositeur napolitain de la fin du 19e siècle-début du 20e siècle, la piragua, la fameuse cumbia que l’on doit au Colombien José Barros, auteur de plus de 800 chansons, et la cucaracha, chanson rendue célèbre par les républicains mexicains qui combattaient le gouvernement de l’empereur Maximilien. La musique japonaise sera aussi mise à l’honneur avec Beyond the blue ocean et Na luz de Takashi Yuasa et Hamabe no uta de Tamezo Narita. La première partie se terminera en beauté avec Le carnaval de Venise, que l’on doit à Niccolo Paganini, compositeur italien de la première moitié du 19e siècle.
Comme il est de coutume en pareilles rencontres, les deux orchestres se produiront ensemble en fin de concert pour le plus grand plaisir des spectateurs attendus nombreux. Dans Oriental rain, autre composition du Japonais Takashi Yuasa, et dans Mexicania, une œuvre, comme sa dénomination l’indique, qui nous vient du Mexique.
Pour la petite histoire, Mandolinata, qui compte une vingtaine de membres, fête cette année ses 125 ans d’existence et a décidé de venir célébrer cet anniversaire à Chalon. Quand on sait qu’il y a de moins en moins de concerts de ce genre, faute d’ensembles à plectres, on mesure la chance qu’ont les Chalonnais et Grands Chalonnais de pouvoir goûter un tel événement musical. Un rendez-vous à noter sur votre agenda.

Gabriel-Henri THEULOT

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche