Edito

GILETS JAUNES - Philippe sur RTL, Macron sur TF1, y'a le feu au sommet de l'Etat !

De toute évidence, l'heure est au déminage, sauf que le gouvernement n'a pas pris la mesure de la grogne sociale à temps, et même si la planche à billets devait être de sortie, rien ne pourrait changer l'ambiance désastreuse du moment. Le sentiment d'info-chalon.com.

La tentative gouvernementale d'affilier le mouvement des gilets jaunes est tombée à l'eau, et avec, la tentative d'accoler une étiquette d'extrême droite au mouvement, un moyen de jouer la dispersion. Une tentative qui s'est finalement transformée en échec cuisant pour la majorité et le gouvernement. Il y a donc péril en la demeure et sur le terrain, les parlementaires de la majorité font face à une grogne sans précédents, une grogne face à laquelle, nombre d'élus LREM ne sont pas préparés. Ce mercredi matin, c'est le 1er Ministre qui jouera la montre sur RTL, essayant d'apporter des mesures chiffrées en faveur des automobilistes alors que ce mercredi soir, Emmanuel Macron fera acte de pédagogie sur TF1. Reste l'incapacité à trouver une parade face à un mouvement citoyen spontané, sur lequel les partis traditionnels n'ont aucune emprise, ni même les syndicats. Le mouvement se veut tellement pluriel que le gouvernement est dans l'incapacité de pointer du doigt un quelconque responsable. 

Reste maintenant la carte de la menace, celle de la fermeté des forces de l'ordre, une fermeté qui si elle devait avoir lieu, risque bien d'être contre-productive. En début de semaine, Christophe Castaner, le Ministre de l'Intérieur s'est voulu très menaçant, « Je demande qu’il n’y ait aucun blocage total. (…) Partout où il y aura un blocage, et donc un risque pour les interventions de sécurité et aussi la libre circulation, nous interviendrons », a-t-il prévenu, tout en assurant qu’aucune manifestation ne sera interdite « si elle ne menace pas l’ordre public et si elle n’entrave pas la libre circulation ». Après le mauvais coup porté sur le dossier de la limitation de la vitesse, la très mauvaise gestion des carburants est finalement la démonstration que la bataille du pouvoir d'achat voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement est d'ores et déjà perdue dans l'inconscient collectif des Français. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche