Edito

Emmanuel Macron face au casse-tête de ses annonces

L'édito du jour sur info-chalon.com

Dans un édito précédent, info-chalon.com pointait déjà les marges de manoeuvre extrémement réduite du Président de la République, et ce d'autant plus après l'annonce inattendue et non demandée de la disparition de la taxe d'habitation. Une annonce qui à l'époque n'était pas financée et qui ne l'est toujours pas à ce stade. Une annonce qui finalement avait eu comme impact immédiat la limitation directe des marges de manoeuvre financière du gouvernement dans un mode de fonctionnement identique. A moins d'un mois des élections européennes, Emmanuel Macron avait à coeur d'éteindre ou pour le moins de circonscrire l'incendie qui ravage la société française depuis quelques mois, samedi après samedi. 

Le mal de fait

Disons-le très franchement et dire le contraire reviendrait à nier la réalité. Le fossé qui s'est établi entre le Président de la République et les Français franchit toujours plus un cap, et les dernières annonces formulées dans le cadre des conclusions du Grand Débat ont sans doute étaient un coup d'épée dans l'eau. Non pas que les annonces en tant que telles soient foncièrement inefficaces mais à ce stade, c'est bien plus la parole présidentielle qui est devenue inaudible aux oreilles d'une proportion grandissante d'une population française qui se détourne toujours plus de la chose publique. 

Trouver 17 milliards d'euros ! 

Les caricaturistes s'amusent ces derniers jours à montrer le Président de la République accompagné de son 1er Ministre, évoquant l'incendie de la Tour Eiffel, permettant de réunir les sommes recherchées estimées après les annonces de jeudi dernier à 17 milliards d'euros. C'est dire l'ampleur du casse-tête auquel est confronté le gouvernement. La fameuse expression attribuée au Général de Gaulle, "l'intendance suivra" trouve ici toutes ses limites face à une équation à x  inconnues. Entre la suppression de l'ISF, le renoncement aux suppressions des 120 000 fonctionnaires, les classes primaires à 24 élèves... Emmanuel Macron oscille désormais entre Midas et Tantale mais pas sûr qu'à ce petit jeu, le Pactole soit touché par les uns ou les autres. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche