Election municipale

Le temps du bilan des municipales est venu pour les communistes chalonnais

Daniel Bachelet, Noémie Danjour, Chantal Forest et Aurélien Jacques ont tenu à dresser le bilan des élections municipales à Chalon sur Saône. Il n'était pas question pour eux de réagir trop à chaud mais de laisser le temps d'analyser le vote du 23 mars dernier.

Unanimement, ils ont tenu à souligner un "taux de participation pour les élections municipales qui atteint un nouveau record à l’échelle nationale comme à l’échelle locale. La forte abstention traduit non pas un manque d'intérêt des chalonnais pour la commune ou le débat public, mais bien une marque de défiance politique qu'il convient de prendre à sa juste mesure".
Une abstention qui  "exprime le mal de vivre et le déficit d'espoir commun ressenti par une immense partie de nos concitoyens. L'insécurité sociale, l'absence de perspective d'avenir sont deux éléments essentiels qui éloignent le peuple de la démocratie et de la citoyenneté. Une crise démocratique à Chalon, comme ailleurs, c'est la droite et l'extrême droite qui profitent malheureusement de cette absence d'espoir".

Les communistes vont même plus loin dans une analyse pointilleuse des résultats, "la liste UMP-UDI remporte l’élection avec 7844 voix sur 27702 inscrits soit à peine plus de 1 électeur sur 4. Par rapport à 2008, la liste de gauche perd 4322 voix alors que la liste de droite ne gagne que 1675 voix. Il s’agit donc plus d’un vote sanction qu’un vote d’adhésion à un projet.Nous ne nous attendions pas à un tel revers même si nous alertons depuis des mois sur les conséquences des politiques d'austérité mises en oeuvre par le Gouvernement, la baisse inconsidérée des dotations aux collectivités à un moment où les citoyens ont cruellement besoin de solidarités, de services publics forts et de plus de démocratie.  Nous notons que Christophe Sirugue demande un changement de ligne politique et c'est une bonne chose".
 

A destination de Gilles Platret, les communistes considèrent que "le candidat de la droite a su cristaliser certains mécontentements pour masquer son absence totale de projet pour la ville et la Grand Chalon. Il a également attiser les peurs et les craintes des citoyens en utilisant la rumeur (rumeur du 9-3) et le mensonge (un ville proche de la mise sous tutelle)... Au projet de la liste « Chalon, la Ville qui nous rassemble », la droite n'a opposé que populisme et démagogie".

Sur la question de l'intercommunalité,  "l'avenir du Grand Chalon suscite beaucoup d'inquiétudes quand on connait les liens forts et cordiaux qui unissent le nouveau Maire de Chalon et le futur Président du Grand Chalon (ironie) et leur absence de vision pour notre territoire"

Sur le bilan proprement dit pour le Parti Communiste, "c'est une lourde défaite pour toute la gauche et le PCF compris même si le parti peut compter sur deux élus communistes à Saint Rémy avec  Laure Houmass-Baldan et Rolland Palluet et Noémie Danjour à Chalon. Le point positif est le renouvellement de nos élus locaux et de l'ensemble de nos candidats et une large ouverture à la jeunesse du PCF mais aussi une confiance qui leur a été affirmée. C'est un gage d'avenir pour notre ville, notre agglomération et nos idées".


Inquiétudes et vigilance

Plusieurs points entendent cristalliser la vigilance des élus communistes du chalonnais notamment ceux portant sur les politiques en matière d'éducation et le travail réalisé par la précédente majorité, l'organisation de la réforme des rythmes scolaires, les politiques de solidarité à destination des seniors, de la jeunesse et des quartiers de Chalon sur Saône, mais encore les politiques liées au service public et l'administration des deux collectivités, la démocratie et la vie associative. Cible centrale également de la vigilance des communistes, ce sera bien entendu la présence du Front National au conseil municipal de Chalon et au Grand Chalon.


Une association pour organiser la riposte


Les communistes entendent poursuivre leurs présences régulières aux côtés des chalonnais, " nous continuerons d'expliquer notre vision pour le territoire, défendue par l'ensemble de notre liste. Nous convaincrons les chalonnais du bienfondé de notre projet, un projet résolument ancré à gauche et progressiste. Notre implantation locale et notre proximité sera à n'en pas douter un facteur de mobilisation et d'espoir pour les plus démunis et l'assurance de voir notre ville se rassembler autour des valeurs et propositions portées par la liste "Chalon, la ville qui nous rassemble ». Des réunions publiques trimestrielles verront le jour autour de Noémie Danjour, la section du PCF et le collectif Jeunes Chalonnais à Gauche "afin de rendre compte de son activité d'élue et de débattre des dossiers et grands enjeux de la ville et du Grand Chalon avec la population". Les communistes entendent prendre toute leur place au sein de l'association qui devrait prochainement voir le jour pour "organiser la risposte et le travail politique au cours des six prochaines années avec les forces vives de notre ville, les anciens candidats de la liste aux municipales et autour de Christophe Sirugue".

 

Marche contre l'austérité, pour l'égalité et le partage des richesses ce samedi

"La politique d’austérité menée par l'Europe et par le gouvernement français plonge notre pays et l'Europe dans une crise, sociale, économique, morale et politique de plus en plus profonde au fil des mois, provoquant la défiance et la colère des peuples. La très forte abstention aux élections municipales est une lourde sanction de la politique gouvernementale . Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique pour une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses. Cette marche ne restera pas sans lendemain.

Laurent Guillaumé

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche