Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON : 2 ans de prison ferme pour avoir percuté mortellement un cycliste à Autun le jour de la Fête Nationale

L’accident de la route mortel survenu le 14 juillet 2015 à Autun a connu son épilogue judiciaire ce vendredi matin...

... avec la condamnation de son auteur, un Autunois de 36 ans, par le tribunal correctionnel de Chalon à 3 ans de prison, dont 1 an avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve de 2 ans avec obligation de se soigner pour l’alcool et les stupéfiants et de payer une amende de 200 €.
« Une peine mixte, compte tenu de votre passé judiciaire » a précisé la présidente Céline Therme, en s’adressant au prévenu, déjà condamné en 2002, 2007 et 2010 pour des infractions liées à la législation routière.

 

Le mis en cause, qui devra également faire un stage de sensibilisation aux dangers des produits stupéfiants, a aussi écopé de 5 ans d’interdiction de conduire tout véhicule terrestre à moteur et d’une annulation de son permis de conduire avec interdiction de le repasser dans un délai de 5 ans. Anthony Escutenaire, qui était poursuivi pour « homicide involontaire par conducteur de véhicule terrestre à moteur ayant fait usage de stupéfiants et refus de priorité par conducteur tournant à gauche » est ressorti libre de la salle d’audience, aucun mandat de dépôt n'ayant été prononcé à l'issue du procès qui a duré deux heures et qui s’est déroulé dans la plus grande dignité.
Le drame a eu lieu au carrefour de la route de Beaune et de la route de Chalon en ce jour de Fête Nationale. Ce matin-là, Philippe Linger, âgé de 46 ans et qui habitait Autun, a été percuté de plein fouet par une voiture, tandis qu’il revenait d’une sortie à vélo.
En arrêt cardiaque à l’arrivée des premiers secours, le malheureux quadragénaire est décédé sur les lieux de la collision. Philippe Linger était très connu dans le milieu de la course à pied non seulement dans la cité éduenne mais également dans l’Autunois voire au-delà. Anthony Escutenaire, qui avait fumé du cannabis la veille, n’aurait pas vu le cycliste et n’aurait pas respecté le « cédez-le-passage ».
Alors que le Tribunal apprenait que l’épouse de l’infortunée victime venait d’être accidentée en se rendant au palais de justice de Chalon assister au procès, Dimitri, le fils de Philippe Linger, aujourd’hui âgé de 18 ans, a rappelé non sans émotion tout ce qu’il avait perdu en perdant son père apprécié de tous pour sa modestie et sa bonté naturelle. Avant de faire remarquer aux trois magistrats composant le Tribunal qu’il n’aura le sentiment d’avoir été compris par la justice que si le conducteur de la voiture va en prison.

« Un comportement meurtrier »?Un conducteur à l’égard duquel Marie Gicquaud, la représentante du ministère public, s’est montré particulièrement sévère. Qualifiant le prévenu de « chauffard » et son comportement le 14 juillet 2015 de « comportement meurtrier puisque conduisant avec un taux de stupéfiant positif ». Et d’avoir réclamé à son encontre une peine de prison de 38 mois, dont 12 mois avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve. Peine non aménageable, la peine de prison ferme demandée étant supérieure à 2 ans.
La défense d’Anthony Escutenaire a été assurée par Me Damien Varlet. Dans le cadre de sa plaidoirie l’avocat autunois s’est efforcé de démontrer que s’il fallait bien sûr exclure son client de la route par contre il ne fallait nullement l’exclure de la société.
« Celui-ci est poursuivi pour homicide involontaire et il est toujours difficile d’expliquer un fait involontaire » a souligné Me Varlet. « Ce n’est pas parce qu’il a du mal à verbaliser sa conscience des faits que cette conscience n’existe pas. L’envoyer en prison me paraît excessif, me parait manquer de recul, manquer de hauteur ».
Gabriel-Henri THEULOT

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche