Givry

La majorité municipale s'affirme autour de Juliette Méténier-Dupont...

... et joue la carte de la pédagogie sur les travaux du centre-bourg de la commune. Samedi matin, une grande partie des élus de la majorité de Givry étaient réunis autour de Juliette Méténier-Dupont afin de réaffirmer leurs soutiens après la polémique soulevée par la sortie de Sébastien Ragot. Les explications d'info-chalon.com.

La semaine n'aura pas été de tout repos pour la majorité municipale de Givry, réunie autour de Juliette Méténier-Dupont, après l'annonce de la démission formulée par Sébastien Ragot, en sa qualité de premier adjoint, même si il reste élu au conseil municipal et conseiller communautaire du Grand Chalon. Une phase d'instabilité qui fait suite également à une mobilisation citoyenne menée par l'association Ici Givry, et qui a réuni plus de 1200 signatures réclamant une pause dans les travaux du centre-bourg.

Autant de sujets qui ont obligé la majorité municipale à sortir du bois et à mettre les choses au clair, à la veille de l'un des conseils municipaux clé de l'année, à savoir celui qui concerne le vote du budget. "Finalement, cette polémique aura été salutaire, elle aura permi de resserrer les liens entre nous et même d'avoir le soutien d'élus de l'opposition qui ont salué les travaux réalisés dans le centre-bourg" ont salué en choeur Juliette Méténier-Dupont et Fabien Rossignol, adjoint en charge de la voirie. 

"On a été secoué, peiné, surpris de la sortie de cette pétition" ont précisé les élus Givrotins, se disant en aucun cas prévenus d'une telle intention, alors même que la grogne couvait depuis quelques temps. D'ailleurs, info-chalon s'était fait l'écho suite à l'expression publique du pharmacien communal Philippe Dorier, d'une telle intention. Reste que les choses sont allées plus vite que la majorité municipale ne l'entendait. 

"On est sur une pétition avant de parler du problème"

Pour les élus de la majorité, les pétitionnaires semblent avoir mis la charrue avant les boeufs, alors que ces derniers font état de leur côté d'une absence de concertation. Absence qui avait été la cause de la pétition. En attendant, les élus de la majorité ont souhaité faire la démonstration ce samedi matin, des preuves d'une concertation et du soutien d'une majorité de Givrotins. 

"Les retours sont là, on a travaillé avec l'UCAG et les réponses avaient été très claires. On a lancé un appel à tous les Givrotins pour intégrer les commissions de travail, composées chacune d'une dizaine de personnes. Chacune des commissions s'est réunie à trois reprises. Certes les comptes rendus n'ont pas été rendus publics mais on les tient à disposition y compris avec les listes d'émargements. On a toujours été dans la concertation et on l'est toujours ! Rien n'est gravé dans le marbre". 

"On travaille pour l'intérêt de la commune et pas pour des indivualités"

Le message est clairement porté par la majorité municipale qui réaffirme ses engagements en faveur de Givry et des Givrotins. "Bien sûr que nous sommes conscients que nous ne pouvons satisfaire tout le monde. Des registres ont été mis à disposition en mairie, tous les riverains ont été informés par courrier dans leurs boîtes aux lettres" rajoute Juliette Méténier-Dupont, agacée des reproches formulées à son égard, l'accusant "de dictature, entendue ici ou là". 

"Il faut intégrer que 70 % des commerces de Givry ont été rendus accessibles à la problématique fixée par la législation en vigueur par l'intermédiaire des travaux réalisés. Autant d'accessibilités qui auraient du être réalisées par les commerçants. La zone bleue a été définie en concertation avec l'Union des commerçants et on a essayé de trouver un juste équilibre avec toutes les autres façons de stationner. Sur la vingtaine de commerçants, seulement 3 se sont fait connaître pour entamer une procédure d'indemnisation par rapport à leur activité commerciale". 

Sur le stationnement, Juliette Méténier-Dupont est arrivée à concéder le fait que la signalétique au sol n'était sans doute pas forcément la plus pertinente, obligeant à l'installation de potelets, "mais la concertation continue, on est dans l'échange quotidien avec tous les services et les usagers". 

A propos de l'arrêt de bus contesté...

Une phase d'essai a été mise en place au 26 décembre dans le cadre du changement de sens de circulation," après les fêtes de Noël, afin de ne pas perturber les commerçants. On attend les retours de l'architecte des bâtiments de France, on y va piano. Ca prend du temps avec l'administration. Oui le citoyen n'est pas dans ce temps d'échange, c'est une réalité mais on attend les retours par écrit avant de dire quoique ce soit. On est chaque jour dans l'ajustement" rappelle le maire de Givry . Une réunion publique est d'ores et déjà annoncée pour le 5 avril. 

En attendant le nombre d'arrêt de bus à Givry devrait donc passer de 3 à 2, avec un transfert de l'arrêt de bus actuel vers La Billebaude, "c'est à 190 mètres !". "On fera encore les tests avec le Grand Chalon et on s'adaptera encore".

"On nous accuse d'avoir tout ficelé par avance sur la phase 2 des travaux, "dont le coût est d'1,7 million d'euros TTC". Mais il n'y a même pas encore de permis d'aménager" lance Fabien Rossignol. On s'était dit que l'idéal était de commencer après le Marathon mais finalement ce ne sera pas le cas". 

Côté finances, là aussi Juliette Méténier-Dupont a souhaité être très transparente, "la phase 1 aura coûté 1,3 million d'euros subventionné à hauteur de 74 %. Le reste à charge est de 211 000 euros pour la commune. Vu ce qui a été fait, si je devais signer une seconde fois, je signerai encore à ce prix là pour Givry".

Le cas Ragot ?

Là encore, les élus de la majorité ont souhaité rappeler les faits. "On est dans le cas d'une ambition personnelle. Il mise sur son projet personnel pour 2020. Libre à lui, nous on travaille pour Givry et les Givrotins" souligne le maire alors que Fabien Rossignol qui était l'un des principaux soutiens de Sébastien Ragot en 2014 rappelle "j'apprécie l'ami mais pas l'homme politique qu'il est devenu". La veille au soir de l'annonce de "la démission" de Sébastien Ragot, Juliette Méténier-Dupont avait pris soin de convoquer les élus de la majorité. "18 élus sur 22 se sont exprimés. Tous n'avaient pas le même niveau d'information sur les travaux notamment. La décision a été prise à l'unanimité de retirer la délégation de 1er adjoint à Sébastien Ragot considérant qu'on n'était plus sur la même position. C'est une décision démocratique même si elle a été compliquée et on est beaucoup à avoir mal dormi" ont-ils rajouté. 

Lundi soir, le conseil municipal se réunira pour voter son budget alors que mardi Juliette Méténier-Dupont recevra les pétitionnaires de l'association Ici Givry, l'occasion de déminer éventuellement la situation.. à moins que... 

Laurent Guillaumé

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche