Givry

Claudette a épousé le fond et la forme de Johnny afin d'en restituer l'essence même

Non, Johnny n’est pas rongé par la dégradante solitude là où il se trouve depuis dix mois. Ce serait une hérésie pour lui que d’interpréter une énième fois « Le chanteur abandonné ». Samedi soir en la salle des fêtes de Givry, moment qui avait valeur de première, il a été ressuscité sous les coups de boutoir de Claudette, de par un récital « Tous autour de Johnny » qui a dû faire remonter à la surface maints coups d’éclat chez ses plus fervents adorateurs…

Une progressive montée en puissance

Actualité oblige, c’est le charisme universel de Charles Aznavour que le public prit de plein fouet d’emblée, avec à l’issue d’une vidéo sacralisant « J’me voyais déjà » des applaudissements nourris. Forte de cette introduction, Claudette devait entamer son ascension vers le sommet de l’idole des jeunes en y allant crescendo. Les alter ego du disparu de marque qui ont effectué un ou plusieurs duos en sa compagnie, la chanteuse en a fait son affaire en reprenant des chansons tombées dans le domaine public il y a bien longtemps pour un certain nombre d’entre eux. Sylvie Vartan, Lara Fabian, Céline Dion, Louane, France Gall, Maurane, Florent Pagny et Patrick Bruel, ont ainsi ouvert le champ des possibles, mettant de facto  la puce à l’oreille des auditeurs-auditrices consentants à souhait.  

 

Vingt chansons au milieu d’un océan

Stimulée par un écran retraçant les grands lignes de la carrière du déclencheur de passion,  l’égérie de la cause défendue se mua en rockeuse-blueswoman pour mieux entrer en relation avec le défunt artiste. Car ne s’improvise pas Johnny qui veut. Si Cloclo pouvait compter sur ses claudettes, l’ex-enfant terrible de la chanson française a désormais SA Claudette. Pour cela elle a dû contrarier sa nature et s’équiper d’un taux de testostérone élevé pour réduire le fossé entre les deux façons de procéder originelles. Arc-boutée sur les émotions à dégager vaille que vaille et galvanisée par une voix qu’elle sait faire fauve. De « Souvenirs, souvenirs » à « Rester vivant » (tout un symbole !), ce sont vingt titres que l’émissaire des souveraines cordes vocales, un crève-cœur vraisemblablement au regard des 1000 titres commercialisés, firent l’effet d’une bombe dans l’esprit des groupies. « J’ai oublié de vivre », « Le bon vieux temps du rock ‘n’ roll », « L’envie », « Quelque chose de Tennessee », « Diego », « Vivre pour le meilleur », « Toute la musique que j’aime », etc., autant d’accroches et de réminiscences d’un passé encore frais, pourvoyeuses de grain à moudre. Un coup fumant à l’actif de la propagandiste au micro à tête chercheuse.

 

Des sculptures et des motards, pour faire comme si

Orchestré par l’association givrotine Musique et Spectacle, au four et au moulin quant à la technique, le concert a disposé par ailleurs de plus-values délivrant un surcroît d’ambiance. Placés sur la scène, les très significatifs instruments à cordes et en inox d’Alain Longet (des guitares et un violon) auront donné de la substance de bout en bout à la révérence communautaire. D’autre part, dix membres de l’association Val de Saône Cabillonnum Riders, lesquels laissèrent à l’extérieur le temps de la prestation leurs chromes rutilants, conférèrent à la grand-messe ce je-ne-sais-quoi  de terriblement volatil. Ce galop d’essai sera –t-il suivi d’autres séances de considération envers le « Jojo » national ? C’est le désir le plus cher de Musique et Spectacle, joignable au 06.62.15.39.10 A bon entendeur…

                                                                                            Michel Poiriault

                                                                                           poiriault.michel@wanadoo.fr 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche